La grâce

herbert_james_draper_014_pot_pourri_1897

peinture: Herbert James Draper, « Pot Pourri », 1897 

 

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un livre.

 

Mademoiselle Else.

 

9782253063445G

 

J’ai d’abord connu cette histoire par le biais de son adaptation BD, par Manuele Fior.
Première claque (j’y reviendrai ensuite).

Un peu bouleversée par cette lecture, je m’étais promis de lire le roman d’Arthur Schnitzler (impossible à prononcer Bonsoiiiiir!).
Puis deux ans ont passé, et j’avais totalement oublié cette bribe de découverte.

Jusqu’à ce que mon amie Jen m’en reparle. Elle l’achète, le dévore, et nous voilà en pleine discussion romanesque au Fnac Café, autour d’un muffin framboise, à détailler les états d’âme tourmentés de Mademoiselle Else. Il me faut ce roman, me dis-je.
Pas besoin de le dire deux fois, en cachette Jen me l’achète et me l’offre à la sortie du magasin (vous avais-je déjà dit que mes amis sont les meilleurs du monde?)

Fenêtre ouverte, carré de chocolat et gambettes sur le balcon, je m’installe sur ma petite chaise en rotin blanche et commence ma lecture.

 

Grosse…

…claque.

Mademoiselle Else a 19 ans, et évolue dans le Vienne des années 20 (vous avez dit fait pour moi?). Elle réside en Italie avec son cousin pendant l’été, quand elle reçoit une lettre désespérée de sa mère: son père a de gros soucis d’argent, il est au bord de la ruine et menacé de prison, il faut agir. Else doit, ordre parental, quémander 30 000 gulden à Monsieur Von Dorsday, richissime ami de la famille, à l’œil pervers et à la bedaine gainée dans son costume de luxe.
Seulement voilà. Il n’accepte ce don qu’à une condition.
Il veut voir Else nue.

La petite centaine de pages de ce livre, c’est le monologue agacé, provocant et balbutiant de Mademoiselle Else, qui du haut de sa virginité préservée plus par hasard que conviction se demande s’il est envisageable de se montrer nue devant cet infâme bourgeois lubrique.
Duel permanent entre conscience et fantasme, entre morale et concupiscence, séduction et devoir de jeune fille envers son père (On sent le bon vieux tabou incestueux dégueulasse sous-jacent ou bien?).

 

*SPOIL ALERT si tu veux du suspense, ne lis pas Les deux lignes ci dessous*

Ce soliloque la ronge, la tord, et Mademoiselle Else, par crainte et par faiblesse passagère peut être, s’empoisonne…et regrette.
Meurt sous nos yeux impuissants, devient lentement muette et disparaît finalement sous quelques derniers points de suspension.
Ce qui est est plutôt atroce et fascinant à la fois, c’est que l’auteur, pour qui la mort et plus précisément le suicide a été un thème récurrent (voire obsessionnel) dans son oeuvre, a perdu sa fille de 18 ans, Lili, d’un suicide regretté.
Extrait de la préface de Roland Jaccard:  « (Arthur Schnitzler) ses derniers mots furent: « Je ne voulais pas mourir, c’est un instant d’énervement ». Presque les mêmes mots qu’Else. Et d’ailleurs à Vienne, on n’a pas manqué d’établir un parallèle entre le destin de ma fille, et celui de mon héroïne, comme si la réalité avait été absorbée par la fiction, comme si Lili avait été envoûtée par Else ».

Glaçant.

 

*C’EST BON TU PEUX LIRE*

Ce livre est incroyable pour plein de raisons: depuis « Lettre d’une inconnue » de Stefan Zweig, je n’avais pas retrouvé d’homme capable de se glisser dans la peau d’une femme avec tant de finesse. Else est mutine, pédante, fragile et toxique à la fois. Un portrait troublant et décadent, subtil et détestable à la fois. J’aime quand je ressens ces contradictions chez un personnage de fiction.

Et le style est aussi délicieux, immersion complète dans la tête de cette femme, sans interruption, sans intervention du narrateur. De pensées en pensées, le drame se tisse.

Revenons maintenant à la BD de Manuele Fior (qui l’a adapté tout seul, du texte à l’image: « bonjour je suis un génie et je vous emmerde! »).

mademoiselle-else

 

Je crois qu’il ne pouvait pas exister plus belle, plus sublime, plus gracile adaptation au monde.

À chaque relecture, je suis partagée entre l’envie de me taillader les veines de jalousie, moi pauvre auteure de BD de pacotille qui dessine des bonhommes sans nez, et une admiration sans faille qui me donne envie de sortir mes pinceaux, mes carnets et mes aquarelles et de dessiner dessiner dessiner.

mademoiselle-else-fior-L-7kB7kA

melleelse_1

Capture d’écran 2013-06-19 à 15.28.30 Capture d’écran 2013-06-19 à 15.28.35

Capture d’écran 2013-06-19 à 15.28.44 Capture d’écran 2013-06-19 à 15.28.59

 

Le style est semblable aux peintres viennois de l’époque, la ligne est fine, douce et anguleuse à la fois, Klimt et Schiele ne sont pas loin, c’est F.A.B.U.L.E.U.X.

Je viens d’acheter la dernière BD de ce génie italien, j’ai hâte de la commencer (autant que peur, parce que tant de taleeeeeent c’est chiaaaaant).

Voilàààààààà!
J’espère que certains seront intéressés par cette découverte.

Sur ce, je retourne sur ma BD (qui se passe en 2013 et est faite sur Photoshop… -__- ) (complexe), encore une vingtaine de pages et j’ai FINI! (N’oubliez pas que c’est en prépublication dans le magazine BISOU)

Ce week end je vais enterrer ma dignité à la Titanic Exhibition à Paris, histoire de me re-motiver un coup, et je m’y remets. 

Je vous aime! Je vous câline!

Commentaires

  • Luna dit :

    wow ok, c’est à ajouter à ma liste de livre pour cet été haha ! J’adore quand tu fais des post comme ça, c’est vraiment super intéressant et ç

  • Little-proust dit :

    Raah j’aurais jamais dû lire le spoooile ! Surtout quand tu as dit que c’était comme du Zweig – je t’aime d’amour pour avoir autant de gôut, Lettre d’une inconnue est mon roman préféré.Je pense que je le lirais quand même

  • charlène dit :

    Je n’ai pu m’empêcher de lire « ce qu’il ne fallait pas » ^^ mais ça ne m’a pas gaché l’envie de courir me l’acheter au plus vite !
    Et une petite question, de qui est la peinture en couverture? elle est si douce.

  • Pandore dit :

    J’adore Manuele Fior mais je n’ai pas lu cet album ni ce roman, tu me donnes envie (même si je me suis lamentablement spoilé u___u )
    Merci pour ces découvertes!! 😉
    Bisettes,
    Pandore

  • Innyatima dit :

    Ho je l’avais lu en classe d’allemand, en traduction quoi ^^ c’était un livre bien glauque ^^’

  • Caroline dit :

    Tes critiques de bouquins ont l’air toujours tellement magiques, alors que je sais que ce n’est absolument pas ce que j’aime lire. Pourtant tu en parles avec tellement de passion, tellement de fascination, ça donne incroyablement envie !

    Par contre petite remarque, une fois le spoiler fini, tu cites quand même la préface en continuité avec ce spoiler. Attention à ceux qui n’auraient pas lu 🙂

  • Lucie dit :

    Si tu aimes les romans sur des femmes rédigés par des hommes, je te conseille « La femme en vert » de Arnaldur Indridasson. C’est un polar islandais absolument génial, qui m’a glacé le sang. C’est la première fois qu’en lisant, j’avais mal au ventre de peur pour le personnage féminin. Je te le conseille vraiment vivement, ainsi que tous ses autres bouquins !

    Bisettes 🙂

  • Griffon dit :

    Non mais bon, en plus de dessiner méga bien, tu écris comme une déesse, c’est moi qui suis jalouse, na ^^ Tu as des mots délicats et convaincants, j’aime ce genre de post, on se sent l’irrémédiable envie d’acheter ce livre. Merci !

  • Kyô dit :

    Ahah, je n’ai pas lu le spoil et j’en suis bien heureuse. D’ailleurs, en plus de « Mademoiselle Else », je lirais certainement « Lettre d’une inconnue ». Merci et bonne journée ou soirée !

  • Amandilh dit :

    Merci pour l’envie que tu nous (me) donnes de lire ce livre…

    Étonnant, la différence de couleurs entre la première reproduction du tableau et celle du livre !

  • dit :

    La planche de bd aux bulles molles, coulantes, arrondies.. je ne sais quel mot utilisé est superbe! 😀
    ça donne très envie, ce dessin et ces couleurs… c’est puissant!

  • exilda dit :

    Merci pour cette découverte littéraire ! Je vais acheter « Mademoiselle Else » car j’avais lu et adoré « Marie-Blanche » de Jim Fergus donc tu sembles de très bons conseils 🙂 bonne continuation pour ta BD !

  • DrCouine dit :

    Eh bien ça donne envie ! Je vais de ce pas me procurer le roman ET la Bédé.

  • RaphaL dit :

    Oh, c’est drôle comme coïncidence… Des « amies d’amies » viennent justement de monter leur pièce de théâtre qui est une adaptation de ce roman…
    C’est au Lucernaire si tu repasses à Paris d’ici là :
    http://www.lucernaire.fr/beta1/index.php?option=com_content&task=view&id=1415&Itemid=56

  • Nuggette dit :

    Il y a un film qui est sorti sur ce livre il y a quelques années. Un peu trop glauque pour moi, mais bien fait.

  • Lls dit :

    Hey Diglee,

    Merci pour cette découverte, ça donne envie ! Je te recommande aussi le roman de Japrisot, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil. Si tu veux être bluffée par un homme qui se met dans la peau d’une femme, et qui le fait plus que bien, lis-le ! C’est également ce que j’ai expérimenté de plus proche de l’expression « sombrer dans la folie ». L’héroïne est fantastique, constamment au bord du gouffre, si proche de sombrer puis si forte…

    Bref, à toi de le lire !

  • marie-anne dit :

    bonjour,
    tes conseils lectures m’aident toujours… Là tu m’as eu quand tu as comparé l’auteur a MON livre préféré, adoré, de toute ma vie lettre d’une inconnue…
    Je ne connais pas beaucoup de personne qui ont lu ZWEIG donc je ne peux pas souvent en parler. Merci grâce à toi plus de gens liront cette merveille de la littérature…
    J’ai hâte de lire ta BD car même si elle se passe en 2013 et est photosopée se sera une merveille et dans 100 ans qui sait elle sera surement citée comme le reflet de l’époque…

  • Dabs dit :

    Cool critique. Il se trouve que je bosse dans un théâtre à Paris et : http://www.lucernaire.fr/beta1/index.php?option=com_content&task=view&id=1415&Itemid=56 !
    ah oui et il y a deux pièces de Zweig aussi.

    Bibis

  • Clémentine dit :

    Ton spoiler est pas vraiment vrai ! On ne sait pas si elle meurt, elle est juste en suspension, elle s’endors. Certains médecins ont même affirmé que la dose qu’elle avait pris n’était pas suffisante pour mourir et ce cher Schnitzler était médecin. Bref c’est une fin ouverte, dans un autre de ses romans Lieutenant Gustel du même type dans le genre de dialogue intérieur il ne laisse pas le doute sur la fin et là c’est intentionnel. L’idéal reste de le lire en allemand pour apprécier les petites phrases de français qu’Else glisse dans le texte apportant encore un peu plus de complexité au personnage. Bref il ne faut pas le lire qu’une seule fois ce bouquin et je pense aussi qu’il faut connaitre un peu le Monsieur Schnitzler et comment ses contemporains l’ont vu. C’est un homme fascinant et si tu as aimé Mademoiselle Else y’a encore plein de choses à découvrir de lui qui en plus se lise très vite.

  • Aurélie dit :

    Diglee,

    J’y suis allée à la Titanic Exhibition, y’a 15 jours ! Je voulais t’envoyer le compte-rendu et j’ai oublié jusqu’à lire ta note :s

    Si jamais tu as 5 minutes à perdre, j’ai fait mes devoirs sur l’expo lol :

    http://aurealisations.wordpress.com/2013/06/13/titanic-lexposition-cest-a-paris-lexpose-cest-par-ici-2/

  • Wonky dit :

    Dite moi… pourquoi je lis toujours en dessous de spoil quand c’est marqué spoil , ah oui par ce que la nature humaine veut que l’on fasse toujours ce qu’on nous dit de ne pas faire ( cruelle va!)
    Ce livre à en effet l’air génial , l’époque , la psychologie de l’héroïne tout celà à l’air très intéressant. A lire donc après la demi tonne de bouquin à lire pour le français et la philo ( ah la la que c’est bon d’être en L =) ). Pour ceux qui sont intéressés par l’art ( Diglee fait toi plais’) si vous n’en avez pas entendu parlé Jean Charles de Castelbajac à fait un partenariat avec le livre de poche en réillustrant les couv’ de neuf lignes dont les héroïnes l’ont marqué. En plus de redécouvrir les classiques de la littérature ( Alice aux pays des merveilles , Tendre est la nuit , Carmen..) c’est un bonheur pour les yeux de découvrir les couv à travers le coup de crayon si particulier de Castelbajac

  • Anna dit :

    Dommage que le spoiler ne soit pas fini à « c’est bon tu peux lire », parce que quand tu cites la préface on comprends la fin du coup… Je comptais le lire, je suis un peu déçue 🙁
    Super article sinon !

  • Bella dit :

    C’est commandé. Nous verrons bien! 😉

  • charlène dit :

    Merci (c’était noté en plus >< pas douée).
    Rien à voir avec le post mais en faisant les magasins à Lille aujourd'hui, je suis tombée sur Jeffrey Campbell soldées alors tout de suite j'ai pensé à toi diglee ^^

  • Clarisse dit :

    Et sinon tu touches une commission sur les ventes du livre? Non parce que tu te donnes corps et âmes pour nous convaincre de le lire! Et ça marche à fond! En tout cas moi je me l’achète! Merci pour ce conseil, je suis toujours à la recherche de livre passionnants qui te dévorent (oui oui les livres me dévorent et pas l’inverse!) et je trouve que c’est de plus en plus difficile à trouver!
    Bref! Merci! 🙂
    Et sinon l’expo Titanic c’était comment? J’ai bien envie d’y aller aussi. Qu’en as-tu pensé?
    Bises!!

  • Anouk dit :

    Oh c’est génial que parles de ce livre, on a fait avec ma classe de première L l’année dernière une adaptation théâtrale qui avait été un succès. Super histoire, Else est vraiment un personnage complexe et touchant à la fois, gros coup de coeur 😉 Bisouus Diglee

  • Lady Moriarty dit :

    Oh putain, comment j’avais aimé ce truc !!

    Zweig/Schnitzler, même combat !

    Tu m’as l’air parfaite pour tout un tas de films comme La fille de Ryan, Senso et l’intégrale de David Lean. Le pire, c’est que tu as peut être déjà tout vu !

    See U !

  • La Bradasse dit :

    Je ne connaissais pas l´adaptation BD, ni le roman…en tant que grande cultivée j´ai vu…le film!
    Et je n´avais pas trop aimé dans mes souvenirs, mais en lisant ta critique, je me dis que j´étais peutetre trop jeuen pour tout comprendre, et que je devrais me lancer dans le livre… 🙂 (ou alors je fais ma feignasse et j´achete la BD héhé)

  • Aurore D. dit :

    La description que tu fais de te livre m’a tout de suite donné envie. Acheté le jour de la lecture de ton article, dévoré en une soirée, c’est le livre qu’il me fallait à ce moment précis. Et j’ai adoré ! J’ai même tellement aimé que j’en ai fait également un article sur mon propre blog, où je me permets de citer ton article et de mettre un lien vers ton blog, j’espère que ça ne te dérange pas? 🙂

    Merci en tout cas pour cette belle découverte !

  • Toffee dit :

    Très bel article =) et sinon je voulais savoir, un agenda cette année ?

  • Ania dit :

    Tu m’as donné envie de lire ce livre. je l’ai acheté et je l’ai lu et au secours j’ai pas du tout adhérer. Mais chacun ses gouts hein :p

  • Sabrina dit :

    moi qui avais envie d’acheter un nouveau livre… (malgré le fait que j’en possède déjà 3740 qui attendent seulement d’être lus ou même ouverts… les pauvres…) merci Maureen. j’attends fin octobre rien que pour avoir le plaisir d’acheter ta BD ♥ (en espérant qu’ils la vendent en Suisse, mais bon, aucune raison pour qu’ils ne le fassent pas (sauf si ils tiennent à voir une fille très énervée… haha)) bonne continuation !

  • Ça donne très envie, je vais me pencher là-dessus… As-tu lu Belle du Seigneur?

  • Agatha dit :

    J’avais vu l’adaptation en téléfilm y a déjà un bon moment à la télé (sans doute au même moment que toi en fait !) et elle m’avait glacée le sang. J’ignorai que c’était issu d’un livre, et que ça avait aussi donné le jour à une adaptation BD ! Merci du tuyau, je creuserai prochainement !

Laisser un commentaire

*

Commenter