Un petit coffret

Bonjour à tous!

Je passe ici vous faire parler d’une petite sortie qui me tient à cœur… Celle de mon coffret de cartes postales sur le thème de « Mes égéries », chez Marabout.

IMG_6050

coffret diglee

L’histoire de ce petit coffret remonte donc, pour ceux qui l’ont et à qui ça n’échappe pas, à la création de mon Agenda 2015

J’avais bossé ce dernier en choisissant d’illustrer de façon un peu nouvelle, en m’échappant de mes codes graphiques habituels, des femmes plus ou moins célèbres qui m’ont inspirée au fil de ma vie.  
Un portrait de femme par mois, c’était le fil conducteur. J’expliquais en face de chaque portrait ce qui me plaisait chez chacune d’elle, ce que j’avais lu d’elle ou les concernant, et partageais avec vous mes émois et lectures. 

Quelques exemple de mes images:

Simone-Beauvoir--diglee-cartes

oates-diglee-cartes

Capture d’écran 2014-11-18 à 16.04.09

Casati-diglee-cartes

Puis, au fur et à mesure que je dessinais ces femmes, je trouvais terriblement dommage de travailler ces illustrations avec autant de minutie pour finalement les enfermer dans un agenda.
C’est quand même un objet qu’on n’utilise qu’une fois, et qu’on ne rouvre pas souvent.

J’ai surtout tiqué quand Pierre m’a dit qu’il adorerait voir certaines d’entre elles affichées chez lui. Que l’objet de l’agenda lui plaisait et lui servirait peu, mais que les illustrations en revanche, il les adorait.
J’ai donc appelé mon éditrice le soir-même, lui demandant si on ne pourrait pas imprimer ces images en cartes postales.
Pour qu’elles soient plus mises en valeur qu’étriquées dans un agenda qui sera jeté au bout d’un an. Étant moi-même friande de cartes postales (dès que je fais une expo, vous pouvez être sûre que je me rapporte la carte de l’œuvre que j’ai préféré: c’est mon p’tit côté Mamie), forcément, j’étais excitée par le projet.
On peut les offrir, les garder chez soi en déco, les envoyer… Bref: j’aimais assez l’idée de faire découvrir ces femmes encore de façon différente. Les réunir en plus dans un joli coffret qu’on aurait envie de garder, c’était un challenge plutôt excitant.

feuillet - copie

On a donc adapté un peu le format des illustrations, et j’ai rajouté 3 nouvelles muses pour que ceux qui possèdent déjà l’agenda ne se sentent pas lésés: Frida Khalo, Marilyn Monroe (impossible de passer à côté, si attendue soit-elle) (on se souvient de ma Marilyn mania…) et Mata Hari.

frida khalo-diglee-cartes

mata-hari-diglee-cartes

Marilyn-diglee-cartes

Marilyn a été l’un des dilemmes les plus complexes de ce projet: je ne voulais surtout pas représenter la très commerciale poupée de sucre moulée dans sa célèbre robe blanche au vent, ou encore la vamp sexy parée de son indécent fourreau doré cousu à même ses hanches nues pour émoustiller Kennedy, ni la pin-up figée au sourire émail diamants de ses débuts. 

Je voulais plutôt dessiner la Marilyn fragile, souffreteuse. Celle qui m’émeut. L’oisillon escamoté aux cheveux presque gris qui se cache maladroitement derrière une nudité qui la dépasse. Je suis partie pour ça de sa très célèbre dernière séance avec Bert Stern , où elle apparaît un peu amaigrie, exhibant sous ses voilages orange et rose, en filigrane, sa cicatrice et sa poitrine appauvrie. Entre fierté et pudeur. Choix qui peut être contesté, j’en conviens. Mais l’idée de cette série, c’est de vous emmener dans ma tête, de vous montrer à travers le filtre de ma sensibilité purement subjective, l’idée que je me fais de ces femmes que j’aime tant.

Ma Virginia Woolf, dans son intérieur kitsch anglais, fixe le vide, la tête déjà sous l’eau.
(ndlr: bon sang, il faut que je vous parle de Virgina Woolf. Je vous prépare un article chiant littéraire sur ma fascination bien trop tardive pour cette auteure visionnaire.)

Woolf-diglee

La recherche de motifs, de tons, de cadrage a été vraiment stimulante, et tellement loin de ce que j’ai l’habitude de travailler. C’était un vrai casse tête. Aujourd’hui, certes j’en toise certaines avec lassitude ou dégoût, et la déception caractéristique du dessinateur qui consiste à se répéter inlassablement « Rhâââ, j’aurais pu faire mieux » (c’est le sort que je réserve à la plupart de mes travaux…), mais j’en contemple aussi d’autres avec le regard ému et fier, un peu surpris de celle qui ne reconnaît pas son trait. Ça, c’est déjà plus rare!

Voilà c’était la minute ego.

Mais merde, je suis heureuse que ce projet existe, que des gens épinglent sur leur frigo ou leur table de nuit les visages de celles qui m’ont tant aidée à devenir femme.

cartes-coffret-diglee coffret diglee 2

Voilà.
Que vous dire d’autre? Il devrait être disponible en librairies, depuis mercredi dernier.

Sur ce je vous laisse, et je pense revenir bientôt pour vous parler Woolf.

Love,
Maureen

coffret-diglee-cartes-postales
(Les mille et un essais de couverture pour le coffret…)

PS: c’est un petit tirage, donc si ça vous intéresse, je vous conseille de le commander assez vite. Je ne suis pas sûre qu’on le ré-éditera, enfin en tout cas ça ne dépend pas de moi… Voilà! 

Share on TumblrShare via email
Lire l'article entierCommentaires { 29 }