Lecture de jour férié pluvieux

Il y a quelques jours,  j’ai fait tomber mon premier livre dans mon bain.
Des années que je lis au dessus de l’eau bouillante sans que ma main ne faiblisse et ne lâche l’objet précieux dans un dérapage incontrôlé.
Mais voilà, il a fallu que cela arrive avec l’un de mes livres préférés: « Venus Erotica », d’Anaïs Nin. Une superbe édition de 1978, retrouvée dans la bibliothèque de mes parents et subtilisée pour être ajoutée à ma collection grandissante de livres de/sur Anaïs.

 

Le sublime bouquin sulfureux est maintenant légèrement gonflé, ses pages jaunies gondolent et se recourbent, mais finalement je trouve que ça ne lui va pas si mal.
Pardon Anaïs.

Pour me faire pardonner, voici un (minuscule) extrait que j’aime beaucoup, accompagné d’un petit croquis.

 

extrait de « Artistes et Modèles » d’Anaïs Nin- Venus Erotica

« La femme d’un des peintres à la mode était nymphomane. Je crois qu’elle était tuberculeuse. Elle avait un teint d’une pâleur de marbre, des yeux noirs brûlants qui s’enfonçaient dans son visage, des paupières qu’elle peignait toujours en vert. Elle avait un corps voluptueux qu’elle aimait habiller avec un satin noir brillant. Sa taille était très fine par rapport au reste du corps. Autour de la taille, elle portait toujours une énorme ceinture grecque en argent de plus de quinze centimètres de large, ornée de pierres. Cette ceinture était fascinante. Elle faisait penser à une ceinture d’esclave. Et l’on sentait que tout bas, au fond d’elle même c’était une esclave – une esclave de son exigeante sensualité. »

 

C’est très étrange, ce que j’éprouve pour Anaïs Nin.
Elle m’insupporte autant qu’elle me fascine.
J’ai été tellement de fois sidérée, choquée, en rage même (ouais, carrément, à lâcher mon bouquin et à avoir envie de lui mettre une bonne petite claque) quand j’ai lu son « Journal de l’amour »: sa façon perverse de mentir et de se jouer des autres, son nombrilisme exacerbé et cette tendance agaçante à constamment chercher l’absolution dans les yeux d’un homme. Et pourtant… Je n’ai jamais rien lu d’aussi marquant, d’aussi dérangeant, d’aussi intense. Je ne me suis jamais sentie si proche d’un écrivain. Elle exerce sur moi une fascination incontrôlable et qui dépasse tous les jugements que je pourrais porter sur elle. C’est malgré tout une femme absolument unique, dans son entière personnalité, avec ses défauts et ses qualités, et je n’ai pas encore été lassée de la lire. Et comme Henry Miller est mon chouchou… Ça aide.

Bon jour férié mes lapereaux effarouchés.

XXXXX
Diglee

Commentaires

  • Alcide dit :

    Sûrement l’un de mes ouvrages préférés, il est superbe 🙂 Elle réussit à rendre séduisantes des situations que l’on trouverait inacceptables normalement.

  • yooiou dit :

    Aaaah Anaïs… Mon premier, je l’ai piqué dans la bibliothèque de mes grands-parents (ils l’avaient en double ! mais pourquoi donc ?) et je le relis de temps en temps avec toujours autant de plaisir.

  • LadyOmega dit :

    Depuis le temps que tu en parles, ça m’intrigue… Je vais bien finir par me lancer!

  • Pandore dit :

    J’avais adoré lire ses journaux d’enfance quand j’étais collégienne (avec les écrits de Duras of course!)… J’ai découvert ses journaux d’adulte quand j’étais étudiante, après avoir lu Miller, et j’ai eu le même sentiment d’agacement et de fascination… J’espère que tu arriveras à récupérer ton livre!
    Des bisettes 😉
    Pandore

  • Anne-Claire dit :

    C’est dommage pour ton livre!
    Moi je suis beaucoup trop maladroite pour lire dans l’eau ^^
    Très jolie illu 🙂

  • Lady & Olga dit :

    Superbe illustration de la citation ! tu m’as donné envie de la lire…

  • delphine dit :

    Tiens, je vois ce soulier pailleté dans la colonne de droite, et sur son blog Annette Haga vient de faire l’inventaire de ses Campbell…11 paires, vous devriez avoir des choses à vous dire… 😀
    http://nettenestea.com/

  • Mademoiselle dit :

    Tiens, je ne connaissais pas du tout ! Il va falloir que je me le procure 😉
    Merci pour la découverte.

    mademoiselleretro.wordpress.com

  • thiob dit :

    L’illustration est chouette !

    Tu as rallié 3 nouvelles personnes à la cause de la littérature érotique, félicitations ! 🙂
    Personnellement, j’ai fini récemment Opus Pistorum d’Henry Miller (un de mes chouchous également). C’est autrement plus suggestif qu’Anaïs Nin mais ce fut très divertissant.

  • Elisa Boelle dit :

    Rho la pauvre Anaïs… la voilà toute mouillée 😉 (oueh… ça fait vraiment la vanne à deux sous, mais c’est tout ce que j’ai trouvé ce matin) ;))…

    L’illustration est très réussit !

  • Maricha dit :

    Comme je te comprends! Il m’est arrivée le même genre de mésaventure dans une piscine… haha

    http://mademoisellemaricha.blogspot.com/

  • cecile dit :

    moi je suis bien trop sensible à l’écologie pour lire dans un bain…

  • Steff (la voisine) dit :

    As-tu lu Histoire d’O?

    • Diglee dit :

      Steff> Pas encore, j’ai juste lu une adaptation BD mais je guette la Pauline Réage depuis bien longtemps! ^^ PS: C’est quand que tu viens sonner chez moi et qu’on se boit un verre?

      Krisisse> Oui, bien sûr: Bon, il y a aussi « Les petits oiseaux », d’Anaïs Nin, suite de Venus Erotica; il faut absolument lire « Histoire d’O » comme cité plus haut, que Pauline Réage a écrit pour reconquérir son homme , « La vénus à la fourrure » de Leopold von Sacher-Masoch , « Onze Mille Verges » d’Apollinaire, « Hilda » d’un anonyme dans les années trente… ou encore, le superbe « Gamiani ou deux nuits d’excès » d’Alfred de Musset écrit à l’époque sous un pseudo. Après, il y a évidemment Bataille, Sade etc mais je les trouve un peu moins « sensuels ». Et en littérature récente, je ne saurais que trop te conseiller l’excellent « Mr. » d’Emma Becker. Voilà, n’hésite pas à m’écrire si tu en lis certains.

      Mélo> Héhé, oui c’est vrai, mon style a beaucoup évolué, mais pas ma technique! J’utilise exactement la même, seul le dessin en dessous change. ^-^

  • Krisisse dit :

    Merci Diglee,

    pour ce conseil littéraire hautement avisé. Ces coquineries polissonnes et élégantes sont tout à fait à mon goût. Si tu as d’autres suggestions dans la même veine, je suis preneuse!

    (j’avoue que ça me titillait, la littérature érotique, mais je n’osais pas. Ton post m’a décomplexée)

  • Steff (la voisine) dit :

    Je serai ravie de prendre un verre avec toi ^^ Par contre faudra m’indiquer à quelle porte sonner:p car j’ai des doutes sur ton immeuble.
    Sinon je t’avertis, je fais partie, euh comment dire…, de celles qui contribuent à faire monter la moyenne d’âge de tes lectrices 😉

  • Lalie dit :

    On m’a prêté ce livre il y a peu, j’aime beaucoup également !

Laisser un commentaire

*

Commenter