Diglee et Colère

diglee_colere-totebag

diglee_colere-totebag2

diglee_colere-totebag3

diglee_colere-totebag4

diglee_colere-totebag5

harcelement de rue-diglee

EDIT: Je dis dans l’article que Laura a monté ça toute seule, mais en tout, les filles sont 10 dans l’Association. Coeur sur elles <3

Je suis d’autant plus heureuse que ce tote bag sorte ce vendredi, que cette précédente semaine internationale contre le harcèlement de rue s’est achevée sur une bonne nouvelle.

J’en parlais sur ma page Facebook ce vendredi, forte du verdict rendu jeudi par le Haut Conseil à l’Égalité Entre les Hommes et les Femmes, qui rapporte que 100% des femmes ont bien été victimes de remarques, injures, attouchement ou commentaires sexistes dans les transports en commun parisiens (on imagine le bilan dans tout le reste de la France…).
Un constat glaçant qui permet de mettre des mots sur le gros malaise que ressentent les femmes dans les lieux publics, à plus forte raison les métros. D’ouvrir les yeux sur ce qui nous paraissait « normal » parce que quotidien, et de le combattre plus efficacement

Presque un an après mon post sur le harcèlement de rue, je vois enfin des mesures être prises, et c’est un sentiment nouveau, un peu flippant et excitant à la fois. Je me dis qu’en fait, les choses peuvent bouger. Rien n’est figé dans le marbre, et même des petits dessins peuvent aider à bousculer un peu les choses.

Tant que je suis là, toute contente de poster, j’en profite pour vous partager la super affiche réalisée par le Collectif  « Stop Harcèlement de rue »,  (qui a déjà bien fait le tour du web depuis quelques jours), qui reprend les codes de la campagne actuelle de la RATP « restons civils ».
La RATP représente par des animaux humanisés divers comportement incivils, et vise (je cite) à faire de la pédagogie autour du « bien voyager ensemble ».
On a donc un éléphant qui bloque la sortie des voyageurs devant la porte de la rame, une poule qui caquète au téléphone et gêne les voyageurs, un paresseux qui prend toute la place dans une wagon plein, une tortue qui gêne avec son sac à dos, des inséparables qui bloquent le passage dans les escalator, et un phacochère qui mange et sali tout le wagon etc etc.

visuels_incivilites

Outre quelques stéréotypes parfois moyens dans le choix des animaux, je salue évidemment l’initiative.
Respecter les autres dans les lieux publics me semble indispensable (ouais, je suis de celles qui râlent quand on me bloque la sortie d’un wagon « Mais met-toiiii sur le côtééé BORDEL!! » )

Mais dans cette campagne, je remarque surtout qu’il y a un GROS ABSENT : le frotteur. 

Celui qui se colle derrière vous pour vous palper, qui profite de la foule pour venir coller son érection sur votre cuisse ou laisser traîner sa main sur votre fessier (vécu, vécu et vécu, raconté des centaines de fois dans mes commentaires ici et dans mon entourage). Le fléau des transports pour beaucoup de (toutes les?) nanas ne semble pas exister aux yeux de la RATP plus concernée par la grenouille qui saute par dessus le tourniquet (acte incivique, certes, mais en quoi gêne t’il les autres passagers?….) (bref).

Le collectif a donc décidé de réunir plusieurs créatifs pour parodier façon coup de poing ces campagnes RATP, en y ajoutant le prédateur manquant.
Plutôt que de céder à la facilité de faire un vieux porc immonde, ils ont choisi de représenter le frotteur en crocodile, clin d’œil à Thomas Mathieu qui combat le sexisme ordinaire dans son blog et livre « projet crocodiles ».

stop harcelement de rue 2

Voilà, sur ce, je vous laisse savourer votre lundi, et je vous reparle bien vite.

Love,
Diglee

Commentaires

  • Charlotte dit :

    Très joli visuel ! Bravo !

  • valentoune dit :

    super ! je valide sur toute la ligne ! bravo 🙂

  • Tamara dit :

    Yeaaaaah!! Ils sont trop cools!! J’en veux un tout de suite <3

    Bravo en tout cas, belle collaboration!

  • helene dit :

    Félicitations !

  • Samia dit :

    J’adore ce slogan et le visuel est vraiment très sympa ! J’espère que tout le monde pourra s’y reconnaître ! Moi j’achète vendredi !!

  • Paprika dit :

    Ha super ! J’avais déjà leur premier tote bag qui m’a valu pas mal de remarque dans la rue, surtout de mecs qui le prenaient mal (ce à quoi je leur rétorquai : « pourquoi, vous vous sentez concernés ? »), je vais sauter sur l’occasion pour prendre celui-ci, surtout si c’est toi qui a fait le visuel !

  • Caroline dit :

    J’aime beaucoup le sac.
    Mais, ce que j’apprécie encore plus, c’est que tu n’éprouves plus le besoin de te représenter tout le temps en bombasse.

    P.S. J’aime beaucoup la nouvelle bannière.

    • diglee dit :

      Caroline> Merci! Enfin, petite précision quand même, je ne me suis jamais représentée en « bombasse » et l’essentiel de mon boulot dans chacun de mes bouquins, c’était d’abord de me moquer de moi, beaucoup. Surtout sur le physique (cellulite, petits seins,lunettes de bigleuse bide mou et poils étaient mes atouts précieux ^^)

  • Mél dit :

    J’admire bcp ton travail, et la manière dont tu te bats pour faire valoir tes idées (que je soutiens à 99% ^^) J’ai un simple bémol sur ton visuel, j’ai l’impression que c’est du Sanaa-K et non pas du Diglee et je trouve ça dommage… Mais ce n’ai que mon humble avis… Bon courage pour le reste de tes projets 🙂

  • Jane de la Jungle dit :

    Marrant cette sur-représentation des minorités sur les visuels des campagnes porteuses de bonne conscience. Pour bien faire, je pense qu’il aurait fallut un bras blanc, un noir… enfin, une étoile de mer colorée pour être sûre de bien choquer personne.

  • Jess dit :

    Cooool !! J’avais déjà la première version du sac, et étant fan de tout ce que tu fais je vais cliquer vendredi à la première heure pour avoir ce nouveau modèle ! 😀
    (dimanche soir dans l’émission 66 minutes, ils ont fait un reportage sur le harcèlement de rue… que je n’ai pas trouvé top mais bon…)

  • Math dit :

    Nooooon, ça ne livre pas en Belgiiiique… :'(
    Dommage, c’est une chouette initiative en tout cas.

  • Natacha dit :

    C’est super, bravo!!

  • Brelaser dit :

    Très joli dessin et jolie typo !

    J’ai juste un petit hic de mon côté : en voyant le dessin « de loin », au premier abord j’ai lu « Mon corps ? Non ! », ce qui me semblait en totale contradiction avec ton propos général. En cliquant sur l’image pour zoomer, j’ai pu lire le « est » de « La rue est publique ».
    Ainsi « rue », « mon corps ? » et « non ! » sont très lisibles et le « est » l’est beaucoup moins, ce qui me semble un peu embêtant dans le message à faire passer.

    Toutefois, en voyant les visuels des sacs, où les écritures sont rapprochées, le message semble plus lisible globalement.

    • diglee dit :

      Brelaser> Oui, sur le sac c’est plus grand, et plus lisible! 😉 Sur mon Facebook ce n’est pas l’image définitive. ^^

  • Marine :) dit :

    Génial !! Le rendu est splendide ! 😉 Bisettes et bravo !

  • Laura dit :

    Math : l’atelier livre partout dans le monde 🙂

  • Chloé kawaii dit :

    le dessin est très sympa;c’ est cool bravo!!!!!♥

  • Chloé kawaii dit :

    Oui c’ est vraiment bien pour toi.Bravo <3

  • cskellington dit :

    Le résultat est vraiment génial, j’adore! Bravo 🙂

  • Eleonore dit :

    J’adore ton visuel !!! ♥♥

    Mais je trouve le message pas clair j’ai pas capté tout de suite perso (pardon ? Ma couleur de cheveux ? Blonde pourquoi ?) je sais pas si c’est la présentation ou le texte lui même mais j’ai pas compris tout de suite que le « non » été la réponse à la question du personnage. Peut être est ce la ponctuation « ?! » qui ne m’a pas aidée.
    En tout cas je pense qu’un: « la rue est publique, pas mon corps » aurai été plus clair selon moi.

    Après je joue un peu les inspecteurs des travaux finis je sais l’on. Mais sinon le dessin rien à dire je trouve que le choix de la fille, des habits tout ça est bien et n’exclut personne. En tout cas moi je ne me sens pas exclue même si je ne suis pas comme le personnage physiquement.

  • Yael dit :

    Salut Maureen! Bravo pour cette collaboration, c’est très réussi et à ton image, décalé et engagé. Bien sûr c’est excluant, comme tu l’as souligné, mais cette « warrior » féminine et plutôt glamour (terme moins connoté que « sexy ») est un symbole de cette lutte évidente contre ce fléau qu’est le harcèlement de rue…
    D’ailleurs M6 à diffusé hier dans 66 minutes un reportage là dessus et c’était édifiant, je t’invite à le virement et en parler dans tes poste car tu as une arme que peu ont, une influence et une exposition médiatique…
    Je t’embrasse et serai toujours à tes côtés dans tes justes combats

  • Seleneia dit :

    Bonjour, je viens de lire plusieurs de tes articles.

    Je trouve la première affiche sympathique mais le dernier sac m’hérisse un peu le poil.
    Pourquoi représenter une fille sexy ? Pourquoi toujours ce type de visuel pour représenter la femme ?

    Oui la femme est libre, nous portons ce que nous voulons. En parlant de cela, les hommes aussi devraient porter ce qu’ils veulent ! Ils sont d’ailleurs très restreints dans leurs choix vestimentaires mais plus libres quand au soin de leur apparence car ils ne sont pas obligés de se maquiller ni de s’épiler. C’est un peu l’inverse pour les femmes.

    Ton message est que les femmes peuvent s’habiller sexy si elles l’entendent. Il faut voir cela comme une contrainte que nous impose la société car c’est l’inverse qui est mal reçu !

    Se maquiller, de se faire « belle » est une contrainte, non une liberté car notre société nous l’impose. Et cela, je le vis tous les jours car je sens inconsciemment que je ne m’habille pas comme il faut. J’aime bien m’habiller simplement et il y a beaucoup de vêtements masculins que je trouve beaux, cependant ils siéent moins à une femme, une femme qui s’habille de manière masculine est qualifiée de « négligée » en général. De même, le fait de ne pas me maquiller me pèse beaucoup car je sens bien que je suis hors-norme en ne le faisant pas.

    Je ne me sens pas soutenue par ce nouveau féminisme qui continuent de perpétuer ces clichés de femmes qui sont censées être à la pointe de la mode. Ce n’est pas la solution …
    Dans un autre post, tu déplores qu’on ne lise pas beaucoup de femmes à l’école. Mais au niveau des représentations visuelles, on ne représente pas la diversité des femmes. On ne montre quasiment que des femmes sexy. Ce n’est pas le cas de tes billets de blog par contre la bannière et la colonne de droite … cela représente complètement ce que je déplore !

    Tu le sais aussi peut-être déjà mais les vêtements ont une signification. Et le problème c’est qu’en France, beaucoup de femmes s’habillent avec des vêtements « sexy » justement pour séduire. Tu ne pourras jamais retirer cette signification-là si justement tu tiens à l’être à travers ces vêtements. Cela ne veut pas dire que cela autorise tous les bonhommes qui croisent ton chemin à nous faire des remarques désagréables.

    Personnellement, je n’ai pas ce problème de harcèlement de rue vu que je m’habille assez sobrement (j’ai «  » » » »juste » » » » » eu 1 ou 2 remarques alors que je suis parisienne et que j’ai 24 ans). Il y a une fois où je suis sortie dans la rue habillée en rouge bien pimpant et maquillée (pour un mariage) et deux hommes m’ont appelée. C’était assez désagréable en effet et de ce côté, j’ai trouvé cela dérangeant. Donc je peux comprendre les femmes qui se prennent des remarques car tous les jours elles s’apprêtent (contrairement à moi à qui ça arrive qu’une fois tous les deux ans !!). Et c’est vrai que ces femmes-là ne doivent pas se sentir libres à cause du regard de certains hommes, je le reconnais cela doit être pénible. Mais il faut cesser d’autant les représenter car ce ne sont pas les seules oppressées et peut-être pas les moins libres car elles suivent une « norme » de la société.

    C’est pour cela qu’il est important de représenter toutes les femmes et tous les styles !

    PS: A ce titre c’est dommage d’avoir choisi un sac et de ne pas avoir repris le t-shirt . Le Le sac est un accessoire purement féminin et que je porte rarement (ce n’est pas par opposition, c’est juste que je ne comprends que je n’en ai pas l’utilité, et d’ailleurs pourquoi en aurais-je plus besoin qu’un homme ?). La seule chose qui me porte à utiliser un sac est le fait que les concepteurs de vêtements féminins ne prévoient pas de grandes poches ou pas de poches du tout (contrairement aux vêtements de mon copain).

    • diglee dit :

      Seleneia> C’est toute l’ambivalence de ce combat, j’en suis consciente. Tu penses bien que je me suis posé la question.
      Et j’ai fait un choix, que j’assume à 200%.

      Je suis une jeune femme de 27 ans qui a la chance d’évoluer dans un pays libre: j’aime m’habiller, et entre autres, porter des shorts quand il fait 25°. À vrai dire, même quand il fait 10°. Parce que j’aime ça, que je me sens bien comme ça et que c’est mon choix. Je ne m’habille pour personne, pour aucun homme ni aucune autorité. Je savoure ce droit pleinement, je m’amuse, je joue avec, j’en profite. Porter une tenue courte n’est pas synonyme de volonté de séduction. Et plus on tendra à montrer des femmes combatives en pantalon, plus on ira dans ce sens, plus on dira « ah ben, t’as une jupe, tu ne peux pas combattre, c’est contradictoire ».
      Baaah, non, ce n’est pas contradictoire. On peut etree engagée ET en mini. L’invention de la mini jupe par Mary Quant était d’ailleurs une révolution qui a libéré la femme. On s’habille pour nous, selon nos envies, nos goûts, nos humeurs, point barre.

      En l’occurrence mon personnage porte certes un mini short, mais pas de décolleté ni de pause aguicheuse: elle a un pauvre t shirt blanc lose avec une licorne. Pas sûre qu’il s’agisse des codes ultra sexy machistes ^^ Elle porte également le fameux foulard du célèbre « We Can Do it », symbole de l’émancipation des femmes dans les années 40.

      On peut porter un short parce qu’il fait chaud, parce qu’on aime nos jambes, parce qu’on se sent bien avec et oui, aussi pour séduire, si on en a envie.

      Mon message à travers ce choix, c’est que le féminisme n’est pas réservé à un type de femme. On caricature souvent les féministes comme « non féminine » (non sens qui me file la gerbe) « moches », « non baisables » et ça me met hors de moi: comme si la « féminité vestimentaire » était gage de réelle appartenance au sexe féminin, et que le féminisme était une branche hybride pour les « fausses femmes ». NON. Chacune est libre d’avoir le physique et les vêtements qu’elle souhaite, cela n’en fait pas une bonne ou une mauvaise féministe, ni une vraie ou une fausse femme.

      Jusque là, dans imageries propres aux combats féministes, j’ai personnellement vu beaucoup de jeunes femmes qui rejetaient beaucoup la mode représentées (j’ai d’ailleurs longtemps eu des groupe de féministes extrémistes à mes trousses, prêchant que j’étais un mauvais exemple pour les filles d’aujourd’hui). J’avais peur de ne pas m’y sentir à ma place, d’être jugée, d’être une mauvaise militante. C’est la première image que j’ai eu des féministes. Fausse, évidemment.

      J’ai donc décidé en toute conscience de faire une place dans ce combat à cette branche de jeune femmes à laquelle j’appartiens, qui aime la mode et ne s’en cache pas, tout en menant de front un combat engagé.

      Pour moi, il est important de dire que le féminisme ce n’est pas nécessairement renier tout apparat ou tout signe distinctif féminin. ÇA PEUT l’être, et je ne reproche rien à celle qui n’ont pas besoin de cela, c’est leur liberté. Laissons donc la liberté inverse exister aussi. J’attends avec impatience le moment où les propos d’une femme ne seront pas validés ou non en fonction de sa tenue vestimentaire.

      Quant au choix du sac, je ne suis pas d’accord avec toi, le tote bag reste un sac très mixte. C’est le visuel en soi qui l’est moins, puisque le texte est à la première personne et que le dessin illustre une fille. C’est la limite du dessin face au slogan. mais le support n’y change pas grand chose, à mon sens.

      bien à toi,
      Diglee

  • Tiphaine dit :

    Encore une fois bravo pour ton engagement dans ce combat qui, une campagne l’a récemment démontrée, touche la plupart d’entre nous.
    Le visuel est vraiment sympa et le slogan moins « agressif » que le premier. Je lui souhaite, ainsi qu’à toi bien sûr, plein de succès pour la suite.

    P.S. : A noter, l’excellente chronique de Sophia Aram sur France Inter ce matin : http://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-sophia-aram-sophia-aram-drague-lequipe-de-la-matinale-en-direct

  • Sophie dit :

    Haan tu l’as représentée en bonnasse, le vieil amalgame sur le fait qu’elle l’a cherché…
    Non, je plaisante, je sais que sur Facebook, l’affiche du Croco a fait un peu polémique à cause du fait que la nana était attractive…Franchement il faut arréter de toujours chercher la petite bête.
    C’est bien, bravo à toi, ça commence à aller vachement loin cette histoire!
    Continuuuuue!

  • Waw ! Tu a mit un post sur l’harcèlement et aujourd’hui te voilà emballé dans la lutte pour de vrai, au delà du post. Ca fait quoi hein ? Ce qui est plaisant c’que c tout un vœu qui se réalise. Alors je voudrais moi aussi que mon entourage comprend que pour réussir une quête on a besoin de tout le monde, même les illustratrices. Très peu comprendrons l’impact que peut avoir cette initiative, mais moi je t’y encourage.

  • Lili dit :

    Très sympa ce visuel, j’aime bien le côté monochrome avec juste le doré. Le slogan est chouette aussi, simple et efficace.

    Par contre, je tiens à rectifier les statistiques du « 100% de femmes ont déjà été victimes de… » (j’ai lu ça dans le journal aussi, il y a quelques jours) : en 26 ans de vie parisienne et de transports en commun quasi-quotidiens, je n’ai JAMAIS été emmerdée. Je suis peut-être une exception, mais en tous cas, c’est la vérité. J’aimerais assez savoir combien de personnes ont été interrogées, et où…

    Ce genre de résultats m’embête un peu parce qu’au fond, ils ne font qu’alimenter la psychose collective de toutes ces jeunes filles qui sont persuadées de ne pas pouvoir mettre un pied hors e chez elles sans se faire agresser ou harceler… et qui, du coup, adoptent une posture hostile et défensive qui donne d’autant plus envie à des personnes mal intentionnées de les emmerder. Faut pas exagérer, on est quand même en sécurité en France par rapport à plein d’autres pays. Je ne dis pas que le harcèlement est acceptable, bien sûr – mais psychoter à outrance ne nous rendra pas service.

    • diglee dit :

      Lili> je pense qu’un gros amalgame est fait au sujet de ces sondages.
      Le résultat ne veut pas dire que les femmes en sont toutes arrivées à une main au cul. C’est un constat bien plus large.

      Si je te suis, tu affirmes donc que JAMAIS, à Paris, on ne t’a regardée avec un désir inapproprié, que jamais aucun homme n’a commenté ta tenue d’un air lubrique, ni fait des bruits de bouches sur ton passage, ou lancé un petit adjectif bien senti dans ton dos? Personne ne s’est retourné sur toi, ne t’a hélée, demandé ton numéro, ton nom? Tu n’as jamais hésité à prendre une rue, le soir, après minuit, seule? Tiré un peu sur ta jupe dans une allée, au cas où?

      Je ne te demande pas si ça t’a atteinte. Juste si VRAIMENT, ce n’est jamais arrivé. Si c’est le cas, eh bien, je veux bien tes adresses parisiennes!

      Une amie à moi très grande gueule et très confiante, qu’on « n’emmerde jamais », me disait la même chose.
      J’ai fait un tour en ville avec elle, un jour, et lui ai désigné tous les hommes qui se retournaient sur son passage et la commentaient. Elle m’a répondu « oui mais je m’en fous, je suis chez moi, ça m’atteint pas ». Ce qui est TOTALEMENT différent.

      On ne dit pas dans ce constat que toutes les femmes ont peur ou se sentent en danger. On dit qu’elles ont toutes été sujettes au moins une fois à ce type de comportement. GROSSE NUANCE. Qu’on en ait quelque chose à faire ou pas, qu’on y soit sensible ou pas, ce n’est pas le soucis. Je suis toujours très chagrinée de lire ce genre de réponse, venant des femmes, quand le but est de rendre la rue plus agréable pour tous les monde.

      Je t’embrasse,
      Diglee

  • Catherine dit :

    Bonsoir, beau travail, sans équivoque et qui n’est pas agressif. J’aime tes prises de position et ta facon de les exprimer. Bravo, j’essaierai d’être présente vendredi

  • astraordinaire dit :

    Bravo pour tous tes positionnement et celui-ci en particulier! Cela fait un bien fou en tant que minorité invisible de se voir représentée dans une campagne qui fait sens (et là je parle en tant que femme et pas seulement en tant que brune et métèque).

  • Nena dit :

    Je t’applaudis Jane de la Jungle pour ton commentaire: « la sur-représentation des minorités sur les visuels des campagnes porteuses de bonne conscience ». Tu as quand même trouvé le moyen, en une phrase, de cracher sur toutes les associations qui luttent pour la revalorisation des laissés pour compte, et ça, c’est fort et ça mérite d’être soulevé.

    Je suis tellement ébahie que je passerais outre le commentaire sur l’étoile de mer, parce que je ne veux pas enlever l’attention de la première partie de ton commentaire en montrant à tout le monde que tu ne sembles visiblement pas au courant que les minorités manquent cruellement de représentation POSITIVE dans la société. Je veux dire, zut à la fin, pourquoi les blacks râlent? Ils sont dans les films! Mais si…c’est eux qui meurent bêtement et en premier dans les films d’horreur. C’est drôle non? Moi les clichés et les stéréotypes, j’adooooore.

    Pis oui tiens…y’en a marre des campagnes qui nous font sentir coupables. J’ai pas envie de me demander pourquoi je me sens coupable, il n’y a sûrement aucune raison. Ca rend donc le concept totalement invalide.

    Au lieu de faire des affiches chocs, les assoc’ devraient…je sais pas, se taire?
    Ou mieux! Poster des commentaires désobligeants sur le blog des gens qui bougent leur fesses pour quelqu’un d’autre que leur propre petite personne.

    (Arf, sorry Maureen. Je commence à saturer des petits nuages noirs cyniques qui se promènent sur internet et font pleuvoir leur mauvaise humeur/foi sur les autres…Des fois, faut que ça sorte.)

  • Alexanor dit :

    Euh mais moi je veux le dernier visuel jaune et noir avec ta bouille sur un tote !! 😀

  • MissERichard dit :

    clap clap au visuel aperçu sur le compte FB de l’assoce aujourd’hui. J’ai peur de ne pas réussir à capter la fenêtre de vendredi, vu la série limité, mais en mm temps j’aime l’idée que ça reste des petites séries qu’on ne trouve pas PARTOUT !
    Et clap clap à ton nouveau header. Je faisais la semaine dernière un article sur le pouvoir de la représentation et comment j’aurais adoré savoir dessiner comme ça. Tu fais parti des dessinatrices dont j’apprécie particulièrement le trait, et son évolution !
    clap clap clap quoi.

  • Rei-hina dit :

    chouette colab’ ^^ bravo
    joli visu, mais j’avoue encore plus aimer le slogan SIMPLE et CLAIR (alors pourquoi des ***s n’arrivent toujours pas à comprendre ?!)

  • Sophie dit :

    J’avais une légère préférence pour le précédent slogan… mais encore bravo et merci pour tes dernières notes de blog, quelle belle prise de conscience, quelle belle maturité!

  • Seleneia dit :

    Bonjour,
    J’avais posté un commentaire plus tôt dans la journée mais il n’apparaît plus :. Un problème technique ?

  • ByNa dit :

    Bravo ! Chouette projet ! Chouette collaboration ! J’adore voir l’évolution d’un tel projet merci ! 😀

  • Charlotte dit :

    Hello Diglee,

    Bravo pour ton engagement !!!
    Ce midi, je regardais un reportage sur ce qu’on appelle les bimbos égyptiennes, je pense que le reportage va t’intéresser. Voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=ZK2NDkac5fQ

    Bisous !

  • Superbe initiative ! J’adore le visuel ! Je viens de passer commande pour le débardeur, je suis trop pressée de le recevoir pour le porter !

  • marie astrid dit :

    bonjour diglee,
    je suis partagée : je suis pour le fait que les femmes s’habillent comme elles le souhaitent, mini ou maxi , mais je pense qu’elles doivent avoir conscience que en mini elles attirent ( volontairement ou non ) le regard des crocodiles. alors doit on les considérer comme des victimes ingénues? si elles sont libres ne sont-elles pas aussi « responsables » de leur tenues et donc de l’effet qu’elles peuvent provoquer?
    je me demande si il ne faut pas aussi informer les femmes de ça : évidemment bon nombre d’hommes agissent très mal ( je suis parisienne je connais ) mais aussi la femme ne joue-t-elle pas aussi avec le feu?
    j’aimerais bien avoir ton avis si c’est possible car je suis souvent face ce dilemme et je ne trouve pas de réponse.
    merci d’avance

    • diglee dit :

      Marie Astrid> Eh bien..je comprends ton interrogation, mais je t’avoue y avoir répondu personnellement depuis looooongtemps, et de façon catégorique.
      Je ne suis pas mais alors pas d’accord du tout avec toi (ceci est dit sans agressivité, hein, je vais développer ^^)

      C’est bien à l’agresseur de se tenir, et d’être civilisé, de respecter les lois: pas à la victime de DEVOIR empiéter sur ses propres droits fondamentaux pour obéir à la dictature de certains hommes incontrôlables.

      le viol est un crime, l’agression verbale ou physique est punissable par la loi: mais porter une jupe ne l’est pas. Ni un short. Ni une robe. Ni rien, en fait.

      La femme n’est pas « responsable » des travers de certains hommes mal éduqués, persuadés d’être des chasseurs ou des dominants.
      C’est malheureusement les restants d’un mythe vieux comme le monde, qui soutient que la femme est une vile tentatrice, vicieuse, responsable des pires atrocités commises par les hommes. Quoique l’homme fasse, c’est toujours de la faute des femmes (on peut remonter loin, puisque déjà Ève foutait la merde dans l’Eden en poussant ce pauvre Adam innocent à croquer avec elle le fruit défendu. Puis il y a eu Pandore, responsable de tous les maux, etc etc. C’est terrible, parce qu’INJUSTE et fou, quand on y pense. Quand on voit que des juges sont encore capables, en procès pour viol, de demander « ce que portait la victime » ou si « elle avait beaucoup d’amants » comme si c’étaient des situations aggravantes, il y a de quoi trembler)

      Les femmes sont bien consciente de la pression qu’entraine le port d’une jupe (il suffit de marcher plus de vingt minutes dehors pour s’en rendre compte), et beaucoup cèdent à cette pression en remisant les jupes au placard, de peur d’attirer l’attention.
      Au secours! Où en arrive t’on?? Dans un pays qui revendique son « égalité et sa « liberté »?? Dans un sens, oui, dans l’autre, moins, visiblement.

      Nous sommes dans un pays libre, une simple jupe ou un short ne doivent pas être des excuses à viol! (je ne suis même pas encore à défendre ici les extrêmes, tenues « sexuelles » et/ou volontairement outrageuse -que je défends par ailleurs, mais là ce n’est pas le sujet-: on parle ici JUSTE d’un short)

      Il y a des villes (Londres, Berlin, Montreal par exemple) où les filles en jupes mini et talons haut sont totalement invisibles, tranquiles, font partie du décor tellement il est reconnu et intégré que c’est là leur droit fondamental, et non une envie de « pavaner ». Être consciente que nos tenues peuvent émoustiller ou attirer le mâle débile en chasse, c’est normal et assez sain (ça permet d’éviter des situations parfois dangereuses, d’en avoir conscience), on s’en rend toute bien compte très vite.

      Mais pourquoi céder à cette pression?
      Pourquoi s’empêcher de mettre une tenue dans laquelle on se plaît, sous prétexte que certains hommes mal élevés et primaires ne savent pas se contrôler?
      Plus on se cachera, plus la première à dévoiler une jambe ou un décolleté fera tourner les têtes et subira les foudres.
      Avant, montrer une cheville était quasiment aussi chaud que montrer ses seins aujourd’hui. Du moment où les jupes ont raccourci, on a jasé quelques siècles et aujourd’hui la cheville est d’une banalité sexuelle affreusement affligeante. Il faut désamorcer ce mythe du « corps féminin appât pour mâles en rut », en acceptant de le montrer, d’en disposer comme bon nous semble, et non pas toujours sous le joug de la vision concupiscente de quelques hommes attardés.

      On est en 2015, dans un pays civilisé où il est établi que le viol est un crime. Aucune tenue ne doit être tenue pour responsable d’un acte criminel. Le responsable, c’est l’agresseur, point. L’agresseur et sa pathologie, l’agresseur et son manque d’éducation, l’agresseur et son histoire personnelle. Pas la jupe ou le short de la victime.

      Expliquer les viols en fonction des tenues des victimes, déjà, c’est du slut shaming (quelques articles intéressant sur Mademoizelle à ce sujet: http://www.madmoizelle.com/motsclefs/slut-shaming) et c’est surtout vraiment très grave: un homme commet une agression sur une jeune femme non consentante, et c’est son comportement à elle qui est remis en question.
      Really?
      Et puis, jouer avec le feu, ça veut dire quoi après tout?
      On peut séduire un homme, et dire non au dernier moment. On peut être dans un jeu de séduction, dans une parade sensuelle, et pour autant ne pas vouloir aller plus loin. C’est la base du principe de liberté de disposition de son propre corps. Tout acte sexuel imposé est puni par la loi, quel que soit le contexte. on n’est pas dans un « ah ben t’as commencé, maintenant tu finis! ». C’est la première excuse des viols, et c’est inacceptable. Un non veut toujours dire non, et doit toujours être respecté. C’est la loi.

      Disposer de SON corps, le mettre en valeur OU NON, c’est la première des libertés, et il faut avoir le choix d’en disposer comme bon nous semble: on a de la CHANCE, de l’avoir, ce choix.

      Or aujourd’hui, avec ce genre de discours et d’atmosphère, porter une jupe ou un pantalon ne devient plus un choix en soi, mais plus une décision prise par dépit pour certaines (et on le comprend!): « je veux mettre ma jupe mais je SAIS que des gros porcs vont me reluquer et me parler, donc j’abandonne, je me plie à leur loi et je mets un pantalon ».

      On est en train de régresser puissance mille (pensons à George Sand qui portait des pantalons, acte militant dans une société hermétique aux femmes qui leur interdisait le port de ce dernier) (interdiction qui n’a officiellement été abrogée qu’en février 2013 dans les textes de loi Française!!): on est en train de faire du mal aux deux sexes ici, en sous entendant d’un côté que les hommes sont tous des prédateurs à la libido incontrôlable, que c’est dans leur nature d’être lubriques et violents (au secours!) et que les femmes (de surcoît, en jupe) sont des tentatrices averties qui jouent avec le feu.
      again: AU. SECOURS.

      Dire ça, c’est minimiser la souffrance des victimes et surtout LES CULPABILISER, quand c’est en fait ce qu’on devrait faire ressentir aux agresseurs. De fait, ce n’est parce qu’une situation est établie qu’elle est juste. Cen’est pas parce qu’on sait que certains hommes ont tendance à accoster, voire harceler les femmes dans la rue, que c’est ACCEPTABLE ou NORMAL.

      Est ce qu’un mec se pose la question des fringues qu’il va porter quand il sort dans la rue? Est ce qu’il se demande si son pantalon qui lui tombe aux genou et révèle 40% de ses fesses dans son boxer est « trop provocateur »? Un peu « slutty »?
      Non.
      Parce que l’équivalent pour les hommes n’existe pas.
      Il n’existe pas, parce que malheureusement nous vivons encore dans une société patriarcale qui perpétue des légendes urbaines qui racontent que l’homme est le dominant sexuel, que c’est lui qui a du désir, que la femme n’est la que pour s’y soumettre, qu’elle n’a pas de propre désir, de propre sexualité.
      Le terme même de « salope » n’a aucun sens: ce serait quoi une salope? Une nana qui aime le sexe? Qui aime enchaîner les amants? Quel est le problème?… La sexualité a t’elle un sexe?
      Pensée d’autant plus rageante quand on sait que l’équivalent masculin serait tout au plus « queutard », « Dom Juan », ou « Casanova ». Pire: « séducteur ». C’est relativement valorisant pour un homme d’enchainer les conquêtes. On ne dit pas d’un homme à femmes qu’il ne « se respecte pas ».

      BREF, je m’égare, mais tout ça est lié, tout ça est profond, ce sont des pensées ancestrales qui palpitent de façon sourde. Elles sont terribles parce que souterraines, enracinées. Des pensées tellement ancrées qu’on ne les remet même plus en question, qu’on ne voit même plus leur absurdité.

      Je porte des jupes quasiment tous les jours parce que c’est ce que j’aime (mon mec préfère les baskets et les jeans, je n’ai même pas d’excuses): je ne m’habille pas avec l’arrière pensée de séduire, et quand ça m’arrive, je suis fière de disposer de ce droit. Quand je porte une robe, ce n’est pas pour pavaner ou attirer les hommes, mais juste pour être moi, au plus proche de ce que j’aime et de qui je suis, selon des codes esthétiques qui ME plaisent, avant tout.

      Et je compte bien défendre ce droit aussi, longtemps que je vivrai.

      Amicalement,
      Diglee

  • Liiise dit :

    Génial !
    J’avais déjà le tote bag « ta main sur mon cul… » et le t-shirt « et ta maman tu la siffles ? » mais je veux bien agrandir la collection.
    Cette collab tombe sous le sens !

    Je suis moins fan des affiches dans le métro qui ont recours à des animaux pour représenter des comportements humains. Paradoxalement, je trouve que çà renvoi l’idée que ce sont les « autres » qui sont gênants alors que je pense que l’idée de la campagne est de montrer que ce sont les comportements de chacun (mais c’est ptet un peu tiré par les cheveux).

    par ailleurs, je vois que, encore une fois, tu as eu droit à ton lot de commentaire à la noix….
    mais je suis ravie de voir que çà n’entame pas ton enthousiasme !

  • nashys dit :

    Déjà le tote bag est génial , le visuel est sympa et que dire du slogan. J’espère que je pourrai être parmi celle qui en auront un 🙂 . En tout cas je l’achèterai même s’il faut se mettre sur liste d’attente :).
    Ensuite au sujet du harcèlement de rue l’ayant moi même subi est un sujet dont la lutte me tient à coeur. D’ailleurs c’est l’objet de mon prochain article sur mon blog ( la petite pub au passage désolé :p) . Je mettrai les liens et le lien de ton blog diglee :). Ensuite j’aimerai juste intervenir sur un commentaire qui m’a un peu voire disons le franchement laisser perplexe. Cependant auparavant je vais dire comment j’ai moi même interprété le visuel je peux avoir tort bien sur 🙂 . Pour moi , ce visuel femme en short est un peu à l’image qu’on les gens c’est à dire si elle s’habille en short , en jupe , en débardeur alors elle l’a forcément cherché. Le foulard démontre que c’est faut car c’est un signe féministe utilisé dans les années 40 et le slogan cloue au pilori l’idée reçu.
    Ensuite Marie Astrid , désolée mais premièrement une femme peut porter ce qu’elle veut du moment qu’elle se sent belle et bien dedans. On est personne pour juger sa tenue.
    Deuxièmement, j’ai 27 ans , des formes et certaines trop bien placé donc je suis souvent sujette au relucage et peu importe ma tenue. On peut être harcelé et je suis plutôt bien placée pour le dire même quand on porte un manteau bien fermé.
    Troisièmement , les femmes sont les victimes et non les coupables pour reprendre un sketch de Jamel Debouzze dans tous sur Jamel au sujet de DSK , on est pas chez les bonobos faut un minimum de tenue pour les hommes.
    Enfin , les hommes qui font ça considéré les femmes comme des objets ou des proies donc la femme peut être un sweet nike et jogging ça ne changera rien.
    Je dirai pour conclure que notre société considère le harcèlement qu’il soit de rue ou sexuel ainsi que le viol comme un sujet tabou et toujours la faute revient aux femmes ce qui est bien dommage car cela empêche des plaintes , et nous fait sentir coupable de quelque chose dont est les victimes. Ces délits sont reconnus comme tel par la loi , ils doivent être puni et le harcèlement de rue doit avoir une visibilité donc dénoncer pour être combattu efficacement ou du moins pousser les femmes en cas d’attouchement ou de pelotage non voulu de porter plainte.
    Bonne journée
    nashys 🙂

  • Diane dit :

    Putain Diglee, tu dis juste tout ce que je pense, c’est limite flippant.
    Merci, sa rassure de savoir que d’autres personnes ont cette perception des choses, on se sent moins seul !
    Je t’encourage de toute mes forces à continuer le combat.
    -au passage ton travail est au top-
    Luv

  • Alizée dit :

    Hello,

    Bravo pour cette collaboration ! C’est du beau travail et c’est « on point » avec la façon dont bon nombre de filles et de femmes se font traiter dans la rue ou dans les transports.

    Je viens de lire les commentaires du post, et je me sens bien moins éloquente pour m’exprimer sur la question, le féminisme et le harcèlement de rue sont des sujets qui me tiennent de plus en plus à coeur. Par coïncidence, j’ai lu ton post hier matin et, hier après-midi, je me suis fait suivre en allant faire ma lessive. Rien de grave, heureusement (et c’est affreux de ce dire que j’ai de la « chance » plutôt que de penser que c’est NORMAL de me laisser vivre ma vie), mais juste le rappel bien relou que oui, je n’ai pas tout à fait tort d’être « parano » dans Paris.

    Alors oui, j’étais en short. Mais comme tu l’as très bien dit dans tes commentaires, là n’est pas le problème. Et d’ailleurs, j’ai déjà été suivie en jean et en débardeur et j’ai déjà été suivie en gros jogging dégueulasse en sortant de mon cours de sport. Ce ne sont pas mes fringues qui sont le problème. Le problème, c’est le regard que certaines personnes posent sur moi parce que je suis une fille. Ce regard qui dit que parce que je suis une fille, ben je suis un objet, je suis à disposition, je suis faible et je ne suis pas maître de mon corps et de ma vie. C’est ce regard-là qu’il faut changer, pas ce qu’il voit.

    Bref. Tout ça pour dire que je me retrouve énormément dans tes écrits féministes et sur le harcèlement de rue, et que je trouve ton travail top à ce sujet. D’ailleurs j’aimerais beaucoup me renseigner de façon plus approfondie sur le féminisme: aurais-tu des lectures à conseiller à ce sujet? (si tu l’as déjà fait, mea culpa pour l’avoir loupé !) Merci d’avance 🙂

    Continue à faire ce que tu fais, c’est génial.
    Alizée

  • célia dit :

    donc si je vais me frotter nue sur un type et que celui-ci me met la main aux fesses je peux crier comme une ingénue effarouchée « mais mon bon monsieur , vous êtes un sauvage !!! qui a donc dit que le fait de se frotter sur un homme était un appel à l’approche charnelle ! »

    Disposer de son corps c’est aussi avoir conscience des dangers de sa sur-exposition et du contexte dans lequel il évolue, je peux m’offusquer d’une main baladeuse lors d’une répétition à l’opéra, si je porte un justaucorps dans la rue mieux vaut réfléchir deux minutes avant de crier au scandale La vraie liberté ce n’est pas de pouvoir se fringuer en fille légère (et entendons nous bien j’adore ça également) sans se faire siffler, mais de s’habiller tous les matins comme bon nous semble sans penser à ce qui arrivera dans la rue, je tiens à ajouter que la plupart du temps si courte vêtue rimait avec élégance les demoiselles auraient moins de problème -la grâce laisse pantoise

  • Nina dit :

    Bonjour Maureen !
    En échos à ton article « Femme de lettres je vous aime » et ton implication contre le harcèlement de rue, je me permets de te recommander de lire « King Kong Theory » de Virginie Despentes, si tu ne l’as pas déjà lu. J’aimerais beaucoup avoir ton avis sur cet essai 🙂
    Voilà voilà, bonne continuation !

  • F dit :

    Merci pour votre travail, Diglee, que je découvre petit à petit, ainsi que toutes celles-ceux qui s’investissent, dans leur vie de tous les jours en refusant de cautionner les discours et actes sexistes, culpabilisant, raciste, etc (oui juste dire « ce que tu dis c’est sexiste/raciste/etc, je ne suis pas d’accord c’est déjà énorme, c’est reprendre de la place, redonner la parole à une autre façon de voir les choses que celle déjà en place) et/ou en les dénonçant, combattant via des supports médiatiques.

    Cela aide à libérer la parole, à se soutenir, à rendre visible, à faire réfléchir, et c’est important. Cela aide aussi celles-ceux qui n’arrivent pas encore à s’exprimer mais qui voit d’autres mettre des mots sur leurs maux, leur donne espoir qu’un jour elles-ils arriveront à en faire autant.
    Comme moi par exemple, qui face à toutes les situations de ma vie où j’ai fais face à des actes/propos misogyne, raciste, etc, je n’ai su que me taire (au sens de taire la parole écrite/orale, mais aussi quand on tais ses envies, ses choix de vie, ses activités) sous peine d’être « remise à ma place » (traduction=>ferme ta gueule où tu te mange une raclée mémorable).

    Et quand je vois certains commentaires culpabilisant même ici, après toutes les explications que Diglee communique via ses articles (ainsi que via ses réponses justes) je me dis que c’est un travail nécessaire et qui portera ses fruits sur le long terme j’espère.
    Car on a toutes-tous été + ou – imprégné de ces injonctions patriarcales, de ces comportements sexistes/racistes via les supports médiates (pubs, films, livres, jeux, journaux, enseignements scolaire) etc. Quand c’est inconscient, forcément on ne s’en rend pas compte, mais une fois la prise de conscience faite, on peut déconstruire tout ça, petit à petit.

    Moi-même j’ai tenu ces fameux propos misogyne, raciste, etc, par habitude car c’était juste cette pensée là que je voyais, entendais, vivais, et aussi par survie. Bien que depuis toute petite, je me rendais compte que quelque chose n’allais pas, mais je n’arrivais pas à mettre de mots dessus. Petit à petit j’apprends à me redonner ma parole, mes choix et non plus ceux dicté par une société qui tente de faire rentrer dans un moule précis les personnes, et marginalise celles-ceux qui veulent s’exprimer différemment de la norme intégrée.
    Et c’est ça je pense, la finalité de ces combats menés par des personnes comme Diglee, et d’autres. Laisser LE CHOIX. Tout simplement.

    Je cite 1 passages d’1 commentaire :

    « Ce ne sont pas mes fringues qui sont le problème. Le problème, c’est le regard que certaines personnes posent sur moi parce que je suis une fille. Ce regard qui dit que parce que je suis une fille, ben je suis un objet, je suis à disposition, je suis faible et je ne suis pas maître de mon corps et de ma vie. C’est ce regard-là qu’il faut changer, pas ce qu’il voit.  »

    Je suis tellement d’accord !

    Tant qu’on tiendra des discours culpabilisants envers la victime, du type « t’as vu l’heure ? T’as vu où tu traine ? Comment t’es habillé aussi ? Fallais pas boire. Si tu portes une jupe aussi tu cherche quelque part à aguicher. T’avais qu’à/t’avais qu’à ne pas ci ou ça), on entretiendra le mythe que quelque part c’est « inéluctable » que des agressions sexuelles arrivent et que la victime « donne le feu vert » quelque part à l’agresseur.

    La seule responsabilité incombe à l’agresseur qui DECIDE qu’il va agresser (et ouais, c’est rarement une « pulsion incontrôlable » comme on aime, mais bel et bien une décision prise à un moment ou autre). Et les agresseurs ne vivent pas isolés de la société,ce sont des gens « comme vous et moi » sauf que eux n’ont pas intégré le respect de l’intégrité physique/mentale d’autrui qu’importe la situation.
    Ils entendent parfaitement ces discours laissant penser que quelque part « telle attitude » donne le « droit » d’agresser. Qu’être une femme c’est être une potentielle victime, qu’être un homme c’est être un potentiel agresseur. Et eux ça les confortent encore + dans leur impunité (bah ouais, quelque part c’est pas ma faute puisque même la société le dit et blâme/suspecte la victime donc en fait…j’ai le droit).

    Perso j’ai subis X agressions, dans des contextes divers et variés, et je dis MERDE à cette culpabilisation qui NE FAIT QU’AIDER L’AGRESSEUR et ENFONCER LA VICTIME.

    Ici on parle de harcèlement de rue, mais le principe reste le même dans tout type d’agression.

    TW : n’allez pas plus loin si vous ne voulez pas lire des exemples d’agressions.

    —————————————————–

    Quand en sortant avec des amies on ne pouvait pas faire 3 pas sans avoir des hommes qui sifflent, nous ordonnent de sourire, et nous insultent qu’on les ignorent ou qu’on leur demande d’arrêter,

    Quand avec des amies et une personne âgée, on décident de se balader en groupe (on étaient que des femmes, la personne âgée inclue) le soir de Noël pour voir les illuminations, et que des groupes de mecs passent, sifflent et disent « salopes, putes » tranquillement au passage, ya un problème. Et c’était pas NOUS mais EUX. Leur responsabilité.

    Quand en entrant dans un café-tabac, un mec mets SA main sur MES fesses, elle est où ma part de responsabilité ? Nulle part. Je ne suis pas responsable de l’agression, l’agresseur si.

    Quand dans un train d’une ligne quelconque, à 14h, un mec, quand je lui ai demandé poliment s’il pouvait éteindre sa cigarette ou la fumer plus loin car ça enfumait le wagon (ne parlons même pas de la loi qui était en vigueur depuis quelques années) m’a soufflé sa fumée au visage, m’a insulté, m’a menace de coups et autres joyeusetés. Sous le regards des voyageurs. Qui se sont contenté de faire comme si de rien n’était. Je ne suis pas responsable de cette agression verbale, l’agresseur si.

    Quand en marchant dans la rue d’une petite ville quelconque, en journée, habillée de façon quelconque, un inconnu qui marchait derrière moi, me dépasse soudainement en me balançant un coup de poing dans la tronche et m’insulte de « salope, je vais te baiser, te violer » etc. Ma part de responsabilité ? Nulle part, l’agresseur est responsable.

    Quand dans cette même ville, en rentrant chez moi je vois une fille se faire harceler par un inconnu qui l’a suis, essaye de l’enlacer malgré ses protestations, qui se montre violent quand elle refuse et la frappe, où est sa part de responsabilité ? Nulle part, l’agresseur est responsable.
    Heureusement un mec en vélo s’est arrêté pour la défendre, et perso j’ai appelé la police, j’avais trop peur, pour intervenir directement.

    Quand un prof balançait des « mes biches » « salopes » « tu dessines des culs ? » (c’était des <3 pour info) tripotais des élèves durant les cours pendant que les autres se marraient ou se taisaient, elle est où la part de responsabilité des victimes ?
    Nulle part, les élèves ne sont pas responsables du comportement du prof agresseur. L'agresseur si.

    Quand à 11 ans, en rentrant des cours avec une amie, je lui dis au revoir sur le trottoir devant chez moi, habillé en jogging/basket /t-shirt et qu'une voiture avec 4 mecs (20-25 ans, le genre BCBG) s'arrêtent, nous reluquent tranquillement en mode lèche vitrine pour lâcher un "Bof non, pas terrible à baiser" avant de repartir tranquillement, où est ma part de responsabilité ? Nulle part, je ne suis pas responsable de cette agression verbale, ces agresseurs si.

    Quand une gamine de 9 ans raconte à ses amis dans la cour de récré, qu'elle a été violée par son beau-père la veille, qui l'a menacé d'un couteau, et que le directeur de l'école et l'infirmière alertés par un parent d'élève ont eu comme 1er réflexe de convoquer la fille SEULE (elle, le directeur, l'infirmière) pour lui dire d'arrêter de mentir, qu'elle cherchait à se donner des excuses pour ses échecs scolaires, et l'ont menacé de punitions, où est la part de responsabilité de la victime ? (tip : nulle part)
    "Heureusement", elle n'a pas eu peur sous cette pression et a maintenue avoir été agressée. "Heureusement", les dégâts physiques étaient assez visibles pour ne pas en douter lors de l'examen médical suite à la plainte. Heureusement que l'agresseur et sa complice (sa mère) ont avoués. En tentant d'expliquer que la gamine avait aguichée et était une telle emmerdeuse qu'elle le méritait… La responsabilité de la victime ? NULLE PART. Les agresseurs sont les responsables.

    Et c'est le cas pour n'importe quelle victime, c'est le propre même du terme victime.
    La seule responsabilité vient de l'AGRESSEUR.

    ——————————————————————————————–

    Je m'arrête pas pour les exemples, ça m’écœure. Car dans ces exemples vous aurez toujours quelqu'un pour venir dire que la victime l'a cherché (c'est ce qu'il s'est passé, oui oui, dans chacun de ces cas, pas mal de personnes ont été dire que la victime avait aguiché, n'avait qu'à pas sortir, n'aurait pas du se défendre, etc) D'une façon ou d'une autre il y aura toujours des gens pour minimiser voir excuser l'agresseur au détriment de la victime (cadeau point Godwin d'avance, yen a bien qui continue encore aujourd'hui de minimiser/excuser/applaudir ou nier ce qu'à fait Hitler et les Nazis).

    Et malgré les témoignages, les chiffres où on voit clairement que la majorité des victimes sont des femmes et la majorité des agresseurs des hommes, que la majorité des agressions se passent dans un lieux familier (famille, amis, travail) on continuera toujours de mettre en avant les mêmes discours culpabilisants, les mêmes stéréotypes etc, et la même tendance à rendre coupable la victime, à la faire douter, culpabiliser, jusqu'à parfois la laisser crever. A faire comme si l'agresseur était un monstre d'inhumain qu'on ne connaissais pas, qui vivait hors de nos sociétés.

    A croire qu'on a tellement toutes et tous bien intégré le petit disque qu'il n'arrive pas à s'enrayer après tout ? J'ose espérer que non.

    Alors oui, merci à toutes ces initiatives, celles qu'on juge bonne comme moins bonnes; elles sont parfois maladroites, elles sont parfois pas "assez" quand on subis jour après jour toutes ces violences, mais elles ont au moins le mérite d'exister, et de donner envie de libérer de + en + la parole aux profits de toutes-tous et non plus aux mêmes. .

    Bon courage à toutes-tous !

  • Trenty dit :

    Sympa le visuel.
    Tu as prévu d’en faire avec d’autre dessin de fille ?

  • Camcam dit :

    Au delàs du sujet très interessant, merci de nous faire partager les différentes étapes de ton travail pour la réalisation du sac à main, c’est hyper interessant ! J’en veux encore !!! 😉

  • Estelle dit :

    Vraiment TROP TROP chouette ton post ! Je suis ravie de voir que tu participes à cette belle initiative associative. Justement aujourd’hui, je parlais de ton post « le harcelèment de rue » à d’autres filles, et on était beaucoup à l’avoir lu. On s’est toutes plus ou moins retrouvées dans ton histoire, même si chaque histoire singulière varie en degré.
    Je cours sur le e-shop du site pour voir les tote bag !
    Bisous

    Estelle
    http://chroniquesd-unefrenchie.blogspot.fr (ouais j’ai un blog mode…Alors j’en profite, je te mets l’url) 😉

  • Seleneia dit :

    Bonjour Diglee
    Tout d’abord merci d’avoir répondu à mon message.
    Je comprends le choix de ton visuel. Je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Je n’ai pas le cliché de la femme féministe « moche et qui ne prend pas soin d’elle d’elle » au contraire, je baigne dans l’autre cliché l, féministe qui baigne dans la psychose de l’harcelement de rue comme le dit Lily et qui en même temps est soumise aux diktats de la mode.

    Je comprends aussi qu’on s’habille pour soi. L’exemple du short illustre bien notre vie quotidiennes: on le met parce qu’on a chaud. Cela n’empêche pas que certaines femmes portent certains vêtements pour attirer l’attention sur elles et le revendiquent ! Le problème c’est qu’elles encouragent donc les hommes à faire des remarques dans la rue. Je me demande ce qu’il faut faire: expliquer à ces femmes que ce qu’elles font n’est pas un bon choix ou bien respecter leur liberté ?
    Est il possible de trouver un entre deux ?

    Lily: je ne me fais jamais emmerder dans la rue aussi mais j’avoue que je me voile peut être la face sur les regards que jettent certains hommes (en général de milieux défavorisés). La rue n’est pas un immense terrain de drague
    .. En parler ainsi sur le net ne changera pas grand chose. Par contre, en discuter à l’école ou faire des campagnes de pub dans les transports pourraient être efficaces. Mais visiblement notre ancienne ministre des femmes qui est aujourd’hui ministre de l’éducation nationale a totalement oublié ses anciennes fonctions. Son ppremier projet sur les ABC de l’égalité étaient une bonne initiative !

  • Anath dit :

    Beau post, et joli dessin !

    Je trouve qu’elle est sexy, et que justement ça sert tout à fait la cause du sac.

    (Mais quand même, je te cite : « pas de décolleté ni de pause aguicheuse: elle a un pauvre t shirt blanc lose avec une licorne. » EEEEUUUH… dans la vrai vie, un tee-shirt « lose », mais assez large au col pour laisser sortir les 2 épaules… c’est HYPER décolleté !!!
    Mais je ne trouve pas ça choquant pour autant, c’est juste pour attirer l’attention que le mot « décolleté » n’a pas la même définition pour tout le monde ! ^^)
    (Et les films, séries, et mon expérience personnelle m’ont fait comprendre que le tee-shirt qui glisse sur une épaule, c’est étrangement très attirant pour nos amis les hommes…)

    Bref, continue comme ça !

  • Alexia dit :

    Très beau slogan et dessin. C’est vrai qu’aujourd’hui, une fille ne peut plus mettre ce qu’elle veut sans se faire emmerder par des gros lourds. Mais il n’y a pas que la tenue, car je prends les transports, je suis plutôt habillée comme un garçon manqué, j’ai pas un physique qui attire, pourtant, je me suis fait emmerder ou au droit de frottage. Comme quoi, il n’y a pas que la tenue qui les fait réagir. L’affiche avec le crocodile est super et elle devrait être mise. Elle est très bien réalisée.

  • Aurélie dit :

    Super dessin!!!

    je voulais prendre le temps de commenter au calme…. j’avais été à l’époque assez interpellée par ton article… je ne vais pas dire que je n’en avais jamais entendu parler en Suisse, mais presque…

    Et je trouve fou comme on reste encore à leur trouver des excuses pour leur comportement, totalement inexcusable… personnellement je me suis faite traiter de « pute » et « salope » dans la rue par des types, car je ne répondais pas positivement à leur sifflement… et ça m’avait quand même un peu choquée… des collègues m’avaient conseillé d’aller porter plainte à la police, ce que je n’ai pas fait parce que je trouvais ça excessif.
    Mais aujourd’hui quand je raconte cette histoire à des connaissances; la première question qui tombe généralement c’est « t’étais habillée comment? » ok pour une fois je portais une jupe mais vraiment pas courte non plus…
    donc en gros, on dirait que ces gars peuvent être excusés parce que j’osais sortir un peu de mes jambes…

    voila, donc merci d’avoir partagé ton expérience et de t’engager pour ce problème… parce que notre société a encore un sacré chemin à faire…

  • naima dit :

    e suis plusieurs fois par jour importuner dans mes déplacements . Je ne prends que les transports en commun ou je me déplace à pieds. Lorsque je descend la rue qui mène au supermarché, je dois traverser 5 ou 6 fois. Juste pour éviter ces « compliments » que je vis comme des infantilisations: d’une part, parce que la forme n’y est pas (on me hèle, on me demande de venir recevoir une félicitation, je suis censée dire merci…), parce que j’ai l’impression que mon statut de femme ne me donne plus droit au respect un peu du à mon âge : à plus de 35 ans, on est pour les très jeunes (on emmerde dès 14 ans , rituel initiatique) une .. »belle milf », « jolie cougar »..A longueur de journée j’encaisse les « madame vous êtes belle, je vous dépose… », « trop bonne la reum », « belle dame », « charmante », « j’habite pas loin »… ça y va, alors maintenant je marche tête baissée, comme si j’avais honte, je baisse les yeux devant des gosses de 20 ans, et ils passent près de moi en se retournant « oh, la timide… pourtant elle est bien mignonne, allez un sourire »…les plus âgés jouent le « mademoiselle » pour me flatter et mettent 5 minutes à saisir que non c’est non…, et chaque fois, de loin, on voit le truc arriver, le mec qui se prépare, la voiture qui ralentit, le monsieur qui cherche ton regard, le groupe de collègues bedonnants en terrasse qui veulent se « payer un délire » ( histoire de montrer qu’on est des hommes, bordel de zemmour!)……..marre de faire milles détours pour les éviter, ou de prendre le métro pour faite un arrêt, juste pour ne pas descendre cette rue. …. Je ne supporte plus d’être accostée comme ça par des gamins, des hommes, ou par des messieurs qui me proposent un hôtel parce que je leur réponds par politesse , étant à milles lieux de m’imaginer qu’un type de 65 ans qui me parle de la pluie et du beau temps veut faire tempête dans mon lit…
    Infantilisée, forcée à baisser les yeux, à dire merci…je me sens rabaissée.
    J’ai été agressée il y a quelques années par un gars à la sortie du métro, il m’a plaquée au sol, parce que j’avais un dos nu… il m’a traquée, suivi pendant que je faisais mes courses, attendu au métro , puis au tournant de la rue il m’a fait tomber et m’a embrassée de force. des gens sont arrivés et ça l’a fait fuir(mais ces personnes sont passées près de moi en larmes, sans rien dire, un peu gênés d’avoir voulu changer de route lorsqu’ils ont surpris cette agression (je n’oublierai jamais ce temps d’arrêt , eux me regardant et attendant que le gars se sauve pour continuer leur chemin ).Bon, je me dis que lui, c’était un malade, pas un harceleur, mais qu’il ait pu faire ça en plein jour ça m’a fait très peur (je n’ai pas porté plainte, je me sentais coupable d’avoir porté ce dos nu et de ne pas avoir su voir la menace: un physique de fils à papa , en polo et bermuda, bien propre sur lui, genre étudiant de première année. et la réaction de ces gens , leur regard quand ils sont passés près de moi, j’étais démolie…).
    C’est globalement l’image de la femme qui est véhiculée qui m’énerve, l’impression que tout ce qu’on a gagné à force de lutte, on nous le retourne contre nous: liberté sexuelle= salope avide de sexe, liberté vestimentaire= salope aguicheuse, liberté de gagner sa vie= poule dépensière, liberté de choisir son partenaire= vieille cougar en manque, liberté de choisir son mode de contraception= femme égoïste, liberté de ne pas avoir de gosses= femme qui veut pas vieillir , juste pour faire la belle …toute les libertés que l’on a acquises, dans la tête de certains mecs, c’est juste pour « faire la belle et baiser »……..

  • Léo dit :

    J’adore ! Je m’en vais commander un de suite.

    J’adore ce type d’association. Et l’idée d’aider à financer des cours de self-defense me plait beaucoup. J’étudie à Londres en ce moment, et j’ai pu profiter de cours de self-defense à tout petit prix proposé par l’association Hollaback , et c’était vraiment génial.

    Le visuel est superbe en tout cas.

  • Auly dit :

    Merci. C’est tout ce que je saurais dire. Merci de t’impliquer dans une cause extremement importante qui reste un lourd tabou et qui est royalement ignoré dans notre société. Merci.

Laisser un commentaire

*

Commenter