Mise au point

Bonjour à tous,

Suite à mon précédent article sur le sexisme dans le cinéma, qui prenait pour exemple le récent « it follows », quelques commentaires sont revenus plusieurs fois.

J’ai validé tous vos messages, allant dans mon sens ou contre moi.
Et j’ai noté deux réactions importantes, auxquelles j’aimerais prendre le temps de répondre.

1er Point:

Vous êtes quelques uns à me citer Mirion Malle du blog Commando Culotte, et me demander pourquoi je l’ai plagiée et pas citée.

Capture d’écran 2015-02-07 à 15.20.44

Mirion Malle, je l’aime beaucoup, et je respecte énormément son travail.

Je l’ai découverte grâce à Mademoizelle et ça a été la révélation.
À chacune de mes tentatives encore maladroites de prise de parole sur le sexisme et le féminisme, je l’ai toujours citée en exemple. Ici, et Ici, entre autres. Elle est l’une de celles qui m’ont le plus aidée à ouvrir les yeux sur plein de choses. 

En ce sens là, je suis d’accord avec vous, j’aurais pu la créditer à nouveau parce que ses articles engagés m’ont aidée à prendre position et assumer mes idées. Oser me battre un peu, et prendre la parole sur ces sujets importants. Dans l’émotion et la fatigue après 9 heures sur ce post, j’ai effectivement oublié de parler de certaines de mes influences comme Mirion, mais aussi comme le site Mademoizelle, le site Macholand,  IV  le blog d’insolente veggie, la photographe Petra Collins, ma copine Olga d’Hashtag Eclectique les mouvements Stop Harcèlement de Rue, Ovidie, et j’en oublie, qui TOUS m’ont aidée à ouvrir les yeux et comprendre un peu mieux le phénomène du sexisme et de la société patriarcale. 

En ce sens là, je dis oui, MERCI MIRION. Ton courage a été un exemple.

(On s’est rencontrées en coup de vent à Angoulême l’année dernière pour nous dire à quel point on aimait le travail de l’une et l’autre. Elle était drôle, piquante, fraîche, décomplexée et l’échange si court fut-il, m’a beaucoup touchée.)

MAIS:

Il n’a évidemment jamais été question de la PLAGIER. Grands Dieux. Je suis dans le milieu depuis assez longtemps pour ne pas en avoir besoin et surtout pour connaître personnellement les ravages professionnels et psychologiques du plagiat. Nous avons d’ailleurs chacune un style graphique bien propre.

Ce blog devient de plus en plus intime, et de ce fait, de plus en plus lié à mes combats personnels.

J’ai, pendant des années, choisi de ne parler que de choses légères, par peur de devoir me battre, de devoir répondre aux attaques ou d’être ridicule (alors qu’en fait, j’ai dû me battre, répondre aux attaques et j’ai été ridicule. Donc tant qu’à faire, autant que ce soit pour les bonnes raisons).

J’étais jeune, je n’avais pas les épaules. Et ça m’allait très bien comme ça. Pas de regrets.

Mais, depuis quelques temps (est-ce mon graaand âge ou mes expériences personnelles récentes qui remuent tout ça, je ne sais pas), je suis de plus en plus sensible aux questions autour de l’égalité des sexes, et j’ai vraiment besoin d’utiliser cet espace pour les mettre en forme. Pour communiquer.

Quand je suis sortie du film il y a quelques jours, je pensais que son sexisme pitoyable était flagrant et donc, à la limite, risible. Quand j’ai compris après quelques discussions animées avec mes amis, que ce n’était pas si clair, pas si limpide, j’ai vraiment eu besoin d’en parler ici. De montrer ce qui m’avait tant choquée, et surtout d’essayer de comprendre et d’expliquer pourquoi ça m’avait tant choquée.

Ça a été un film parce que je suis tout le temps fourrée au cinéma, et qu’en effet, ce coup là c’est là bas que j’ai pris une claque. Ça aurait pu être un livre (comme j’en partage souvent sur mon Instagram), une discussion avec des gens, une pièce de théâtre ou une émission de radio. 
Dénoncer toute forme d’abus ou d’injustice me semble nécessaire. Mon seul moyen pour cela, c’est le dessin. Je suis illustratrice auteure et blogueuse BD depuis respectivement 6 ans et 8 ans, le dessin, c’est encore le media dans lequel je me sens la moins nulle plus légitime.
À aucun moment il n’a été question de plagier qui que ce soit, et surtout pas quelqu’un dont je respecte et diffuse régulièrement le travail. Mon blog ne se transformera pas en copie du sien, j’ai parlé d’un film ici comme je parlerai d’un livre demain, de ma BD en cours ou de mes pérégrinations auto centrées incluant mon chat, mon mec ou un inconnu dans la rue.

NO WORRIES.

 

2ème Point (plus ESSSENTIEL)

 

Certains soulignent comme étant incohérent avec mon discours féministe et engagé que je sois en « petite tenue » sur ma bannière, et de manière générale que mon personnage soit associé à des tenues légères.

Capture d’écran 2015-02-08 à 12.41.17

J’aimerais expliquer en quoi: 

1) Ce ne sont pas deux choses contradictoires
2) à quel point je m’interroge sur mes précédentes publications, sur mon rôle jusqu’ici, sur ma légitimité à être dans ce combat aujourd’hui..

J’avais déjà parlé de cette grosse remise en question dans ce post là: c’était il y a plus d’un an déjà.

J’expliquais à quel point j’avais des doutes sur certains mes choix, à quel point j’étais écœurée des remarques à mon égard toujours axées sur le fait que j’étais une fille, que mes BD étaient pour les filles, que j’étais bête et anti-féministe, et surtout à quel point mon travail et l’axe que j’avais choisi avait peut être pu y contribuer.

Ma pensée est la suivante:

Outre le fait que cette image (ma bannière), vieille de 4 ans et ne me corresponde plus des masses (j’ai passé mon délire paillettes lunettes tutus et plateformes shoes: la vieillesse, vous dis-je), je ne la pense pas du tout contradictoire avec mon combat.

Pourquoi?

Parce que ce contre quoi je m’insurge, ce n’est pas la nudité en elle même: c’est la nudité instrumentalisée par l’un des deux sexes en défaveur de l’autre. 

Ce que je décrie, c’est la volonté de faire d’une femme (ou d’un homme) un OBJET sexuel. Pas d’être un SUJET sexuel.

Je m’explique: qu’une personne, en tout état de conscience, décide de se mettre nu ou de s’habiller sexy, ça ne me dérange pas outre mesure. Je suis même avidement POUR.

Chacun est libre de disposer de sa sexualité, de son corps, de son image.

Qu’une industrie, une société, une plateforme publique, se serve de cette nudité pour « chosifier » la personne déshabillée, ça en revanche ça me gêne.
Qu’on déshabille systématiquement le personnage féminin d’un film quand tous les personnages masculins sont habillés, ça m’agace. Dans le cas de « it follows » (loin d’être le pire exemple de sexisme qui soit, c’est un exemple parmi tant d’autres) : le scénario est écrit par un homme, le film est réalisé par ce même homme, et les producteurs sont quasiment systématiquement des hommes aussi. La nudité répétée (je devrais dire « l’érotisation », car elle est en lingerie rose fluo la plupart du temps, pas seulement « nue »), ici, est utilisée uniquement pour plaire au milieu masculin dans lequel le film va évoluer.
Elle n’a aucun but scénaristique.

Pour illustrer mon propos (j’ai toujours été nulle en dissertation, mes plans sont confus et partent dans tous les sens), je voudrais vous citer l’exemple d’Emma Holten.

Capture d’écran 2015-02-07 à 16.08.24

Cette journaliste Danoise avait été victime de « revenge porn » (quand on quitte quelqu’un et qu’il ou elle publie par vengeance nos photos intimes sur le net). Elle s’est retrouvée nue sur le net, sans son consentement, et noyée de mails d’insultes ou à caractère sexuel. Au bout de deux ans, et alors que le flot de remarques ne cessait pas, elle a décidé d’agir.
De reprendre possession de ce corps qu’on lui avait volé.
Elle a alors pris des clichés d’elle nue, avec une photographe qu’elle a choisi, et elle les a postés elle même sur le net.
Pour bien montrer la différence entre la nudité consentie et la nudité imposée.

Qu’on soit biens clair: je ne souhaite pas qu’il n’y ait plus aucune femme nue nulle part. Que la nudité devienne taboue.
Ce serait une hérésie.

La nudité peut avoir un grand rôle et dire beaucoup (la plupart de mes tableaux de maîtres préférés sont des nus: le corps nu reste à mon sens le meilleur vecteur de grâce, de pureté, de beauté).

Ce qui serait souhaitable, c’est dans un premier temps que la nudité, s’il y en a, puisse au moins être MIXTE, et non toujours dans un seul sens.

Prenons l’exemple du film « Shame ».

La nudité a un rôle très fort: chacun des deux personnages principaux (Michael Fassbender et Carey Mulligan) commence le film par une scène de nudité frontale. Il n’y a pas de mise en avant de l’un ou de l’autre, les deux corps sont égaux dans leur fragilité et leur animalité. Cette nudité est au service du récit car elle sert à illustrer leur lien névrosé au corps et au sexe (la jeune fille se mutile et lui est sex addict) (le fait que la soeur se retrouve nue devant son frère ajoute aussi au malaise et sert à illustrer le climat incestuel qui va s’installer au fil de l’intrigue). La nudité, là, a un sens FORT, elle est au service du récit est en plus, elle est mixte.

Quand une jeune fille de 17 ans court, crie, pleure, se fait ligoter poursuivre et balancer sur la route en lingerie et talons aiguilles dans une séquence sensée « faire peur », c’est de l’érotisation bas de gamme et gratuite, qui positionne juste l’actrice en objet sexuel.

Être nu, sexy, dénudé, sexuel: pas de problème, si c’est une volonté personnelle. On n’est pas obligé de porter des pantalons et de ne pas se maquiller pour être féministe. On porte ce qu’on veut et heureusement.

Le faire au service d’une industrie ou parce que quelqu’un nous le demande (l’impose…): NON.

Quand on a 17 ans, qu’on rêve d’être actrice et qu’on nous dit que « telle scène » sera à jouer en petite culotte sans quoi on ne sera pas retenue, je ne suis pas sûre qu’il soit si AISÉ de dire non.
Ça, c’est dégueulasse, et c’est une réalité établie par une société patriarcale ancestrale qui pense que l’homme a du désir sexuel, que c’est dans sa nature d’homme, et que la femme est là pour y répondre, qu’elle n’a pas de désir propre (ou alors, c’est une pute).

Aussi, quand Madonna a l’époque débarque en body conique et portes-jarretelles dans les années 80, entourée d’éphèbes huilés et qu’elle mime un acte masturbatoire sur scène, elle utilise les codes machistes pour les attaquer: pour dire qu’elle aussi, en tant que femme, elle a du désir, qu’elle est maitresse de son corps. Que le sexe n’est pas une affaire d’homme, et qu’une femme qui a une libido n’est pas une pute (le mythe de la madonne et de la pute n’y est pas pour rien dans son choix de pseudo).
Elle revendique son pouvoir et sa sexualité, et ça, c’est fort.

MAIS.

Là où ma réflexion est encore floue, et là où je doute, sans cesse, c’est sur ma légitimité et ma cohérence. Jusqu’où suis-je juste?

Je ne suis pas aveugle. J’ai moi-même produit des images très stéréotypées.
Oui, ça m’est arrivé.

Je suis tombée moi aussi dans le piège.

J’ai par exemple été capable, il y a 5 ans, de dessiner ça:

Capture d’écran 2015-02-08 à 13.02.52

Cette image sous entend qu’une fille, ça porte des bas et des talons, des noeuds dans les cheveux et mange des cupcakes en buvant du thé. Tous ces éléments en soi ne sont pas graves, et chacun est libre de les adorer ou les détester, ce n’est pas le problème. Mais les rendre inhérents au genre féminin, c’est une connerie sexiste.

C’était une bourde.

Se dessiner en petite tenue et talons, ce n’est pas grave.
C’est la liberté de chacun.
En cela, je le répète, je ne considère pas ma bannière sexiste: le personnage que je dessine, c’est moi, j’ai le droit de me déguiser et porter des tenues affriolantes et des talons à paillettes si le coeur m’en dit.

Le faire en disant que c’est ÇA la féminité, là ce serait plus grave. Et ce serait un peu puant.

Ces productions maladroites, elles font partie de ma grosse remise en question. Elles en ont été le départ.
Mais cela n’englobe pas tout mon travail et je sais encore ce que je fais. Je ne considère aucune de mes 3 dernières BD comme sexiste, et un tome 2 de Forever Bitch est en cours, qui illustrera justement ce phénomène ultra complexe qu’est le féminisme, et à quel point même au sein des féministes il y a d’énormes discordes. À quel point ce mot fait peut et comme les femmes ont du mal à tomber d’accord.

Je ne vais pas m’arrêter de rire des clichés, c’est aussi ce qui me caractérisait et qui m’éclate.

Je fais juste attention à ne pas tomber moi même dans les pièges que je dénonce. C’est important.

Aujourd’hui je me demande pourquoi dans ma vie comme dans mon travail (les deux étant intimement liés en tenant un blog autobiographique), j’ai pu avoir ce besoin de féminité exacerbée et caricaturale. Comprendre tenues affriolantes et talons démesurés, par exemple.

Quels ont été mes modèles féminins dans ma vie et dans les médias pour que mon émancipation en tant que femme passe par l’acquis de certains codes sexuels aussi marqués (voire sexistes)?

Aujourd’hui ma vraie interrogation, et pour cela j’ai besoin de lire beaucoup, de discuter beaucoup, de réfléchir sur moi aussi, beaucoup, c’est d’essayer de trouver jusqu’où, pour une femme, l’utilisation de son corps est libre et jusqu’où elle est quand même influencée par les médias et l’image de la femme qu’on diffuse à outrance dans notre société.

Jusqu’où des Rihanna, Miley Cyrus ou Nicki Minaj ont raison de triompher de leur corps, d’en être fière et de le montrer, d’illustrer leur sexualité explicitement.
Est ce que ça dessert la cause féministe ou la valide à 100%?
Ça, je n’arrive pas encore à être claire là dessus. Les avis divergent, et je n’ai pas encore élaboré le mien totalement (mais à priori, je les AIME et les soutiens ^^). 

En tout cas en ce qui concerne mon travail, il est clair que j’ai pu parfois tomber dans le stéréotype. J’ai commencé ce blog à 20 ans, j’habitais encore chez mes parents, j’étais étudiante: je ne m’étais pas encore posé toutes ces questions. Et j’ai fait quelques erreurs.
En prônant l’acceptation de soi et la liberté de porter ce que l’on veut, je me suis un peu mélangée j’ai diffusé des messages contradictoires. Mais être tombée dans le piège ne devrait pas m’interdire d’en sortir.

Je ne vous cache pas qu’aujourd’hui dans ma tête, c’est 14-18.
Qui suis-je, où est ce que je me situe dans tout ça, suis-je cohérente, suis-je juste, suis-je sensée?

Je fais ma crise d’ado quoi. Youpi!

Mais je ne compte pas baisser les bras.

Je n’ai que 27 ans, j’ai encore tout à dessiner et tout à dire.
Je suis suivie par des milliers de personnes, c’est une chance inouïe: je peux les emmener à réfléchir à tout ça avec moi, je peux tenter de changer un peu les choses.

Des ratés, il y en aura sûrement encore. 
Des confusions, des hésitations, des remises en question aussi. Beaucoup. Be prepared.

Mais je ne vais pas abandonner maintenant.

Je viens seulement d’entrouvrir la porte.

Bon dimanche à tous,
Maureen

Commentaires

  • Sanaa K dit :

    Ta démarche est sincère, je continue à te suivre de près! Go girl!

  • Isabelle dit :

    Les gens critiquent beaucoup, mais combien sont capables de remise en question et d’auto-critique comme ce dont tu viens de faire preuve ?

    Ce qui m’agace, ce n’est pas tant ceux qui pointent du doigt les contradictions, etc, mais ceux qui pensent qu’un tel travail de réflexion se fait rapidement, et qu’il doit toujours être cohérent. Nous ne sommes rien de plus que des êtres humains, bombardés de messages contradictoires dont on essaye de se dépêtrer du mieux que l’on peut, on tente de démêler le faux du vrai, le juste du cliché, de se départir de ce dont on a toujours cru vrai, de déconstruire des croyances établies par la société dans laquelle on vit… Tout cela prend du temps, nécessite des couacs, des erreurs pour mieux comprendre, etc.

    Avant de crier à la fraude, il serait de bon ton de pouvoir regarder en dedans de soi et de déterminer avec honnêteté si on a fait ou si on est capable de faire un travail d’introspection aussi important. On juge beaucoup les gens sur des faits dont on est nous-mêmes coupables…

  • melanieD dit :

    Bonjour Maureen,

    Simplement merci.

    Tes post développent ma propre pensée. Je n’ai pas encore d’avis affirmé (à 24 ans, c’est aussi 14-18 chez moi). Mais néanmoins je partage l’envie de réflexion. Donc merci du partage, qui m’est très utile, en plus d’être passionnant et diablement bien dessiné.

    Très bon dimanche.
    Mélanie

  • Enora dit :

    Juste un mot , bravo! Il en faut du courage pour dire tout haut ce qu’une bonne partie des femmes pense. C’est plaisant de lire ça. Merci !

  • Mka dit :

    En lisant le post au sujet d’it follow, et quand la page s’est chargée, je me suis aussi arrêtée sur le bannière, c’est vrai.
    Et je me suis interrogée, sur la cohérence, sur cette chose que je cherche personnellement davantage que le bonheur et qu’on nomme « honnêteté intellectuelle ».
    Et finalement, avec le même raisonnement que celui développé dans ce billet, j’ai considéré que ça n’était pas incompatible.

    Parce que oui on peut être choupi-guimauve, girly jusqu’à la gerbe, par goût ou par héritage, et on peut aussi défendre intelligemment la cause féministe. Un exemple parmi d’autres : Lacy Green, dont je n’embrasse pas 100% des idées (encore heureux!) mais qui propose une réflexion intéressante, construite et nécessaire dans chacune de ses vidéos. Lacy Green ne se filme pas avec des sourcils broussailleux, sur un décor gris, le teint cireux et les yeux éteints. Non, c’est une femme qui s’assume dans sa féminité et qui se met en valeur tout en cherchant à comprendre comment tout ça, ce qu’elle est, fait et tend à être est autant le fait de sa volonté que de sa culture et les stéréotypes connexes.

    L’image de la féministe avec des tresses sous les aisselles, habillée comme un sac et qui n’a jamais croisé un gloss de sa vie (et qui dans le prolongement n’aime pas les hommes, les gosses, l’amour, et le bonheur) est à mon avis une représentation construite par la société patriarcale, au même titre que la femelle qui trouverait horriiiiible de porter autre chose que du rose et des paillettes.

    Nier ce que le monde considère être la féminité pour défendre la cause des femmes c’est une aberration! Je crois même que c’est un piège que l’on nous tend, pour au final nous discréditer. La remise en cause du « modèle patriarcal » et des concepts qui vont avec c’est un processus, un cheminement et certainement pas une fin en soi. C’est un combat quotidien que l’on mène avec nos histoires et nos passés. Brûler ce qu’on a était ne nous aide pas à devenir ce que nous voulons être, bien au contraire. Tu (vous?) a bien raison d’assumer tes desins antérieurs, ils témoignent de ce que tu as été, comme tes dessins actuels témoignent de tes combats présents, et tes dessins dans 10 ans refléteront tes combats et tes préoccupations du moment.

    La cohérence, la lucidité, l’honnêteté intellectuelle ne sont pas synonyme de constance intégriste, bien heureusement. Et pour conclure ce trop long commentaire, j’en appelle à la sagesse populaire « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis » et la remise en question de ses propres pensées et aspirations et la preuve de la rigueur que l’on s’impose.

    Continue ce combat, ce sera un plaisir de te lire, et de prendre les armes avec toi. Je te laisse le crayon cela dit 🙂

  • Almada dit :

    Moi, je trouve que tu as beaucoup de courage de parler de tout ça, d’assumer tes choix. On fait tous des erreurs et il faut continuer d’avancer avec elles.
    Alors continue, on tombe, on se relève et on continue d’avancer.

    En tout cas, merci pour tes posts qui m’ouvrent un peu les yeux sur certaines choses.

  • France dit :

    Diglee,
    Merci pour ces 2 posts, tu m’amène à réfléchir moi aussi.
    Je ne me rendais pas compte de cette présence du sexisme autour de nous,
    Je vais commencer a ouvrir les yeux moi aussi,
    Et doucement me réveiller.
    France, 26 ans

  • Momshal dit :

    Ton image « pourquoi j’aime être une fille? »
    Moi j’y ai vu autre chose que « une fille c’est des bas résilles »
    Moi j’y vois un fait établi. Si tu aimes les paillette, le glitter… c’est tellement plus simple quand tu es une fille et jolie.

    Je suis une fille, pas jolie, sur moi le glitter, c’est moche.
    Pourquoi? Si j’aime ça moi?
    Je peux être une femme, pas une fille-girly? Pourquoi?

    Mes amis gay très gais, s’ils paillettes… attention à la cible.
    Pourquoi? S’ils aiment ça eux?
    Ils peuvent être des hommes gay ou pas, pas un homme… girly? Pourquoi?

    Mes amis homme hétéro-doux. Rose? tapette. crème irisé? tapette. ça brille? tapeeeette.
    Pourquoi? Sils aiment ça eux?
    Ils peuvent être hommes, mais ternes ou foncés. …. Pourquoi bon sang?

    Pour moi le seul problème dans tout ça c’est qu’on est dans un monde tellement étriqué que quoique tu dises, quoique tu penses, même dans le respect de toi même et de l’autre.. Il y aura toujours quelqu’un pour te dire que c’est nul, pas dans le ton, impensable.
    Bref, j’en ai marre de ce monde ou les différences doivent être sujet à débat, à bagarre. De ce monde ou on oppose tout et tout le monde. Tout le temps. Partout.

    La seule réponse a tout ça c’est de se tendre la main jusqu’à ce que le monde ressemble a une toile d’araignée de mains entrelacées où chacun finira par se rndre compte qu’en partant de son petit point, même avec seulement deux mains, il finit par être relié a tout les autres et que.. c’est bien comme ça.

    Nous sommes tous des colibris. On peut pas grand chose, mais si on fait ce petit truc, genre juste tendre une main et rester ferme sur ses positions, réfléchies et assumées, sans jamais user de violence, on peut grandir et … oui c’est bête, mais on peut sauver le monde.

    Reste girly si tu veux. Reste mignonne et fraiche si tu veux. Milite et crie si tu veux. Sauve le bon fond qui est le tien. Le bon n’est jamais perdu.

    Je t’aime. Comme beaucoup d’autre. Pour ce que tu es.

    Alx

  • Jayma dit :

    La difficulté dans ton travail et sur ce blog c’est que les gens ont tendance à tout voir en noir et blanc. Sans nuances. Mais je trouve ça tellement génial que ton blog soit « girly » ou peu importe comment ils veulent appeler ça. Pendant très longtemps dans ma vie je pensais que je ne respecterais pas les femmes, que je renoncerai au féminisme si je me permettais d’adhérer aux clichés féminins. Les paillettes, le rose, les cupcakes.
    Et bien que je l’ai déjà mentionné, c’est toi qui m’a aidé à accepter tout ça. En tant que femme je ne me suis jamais sentie ni rabaissée ni dégradée par ton blog ou tes articles. Les tenues qu’ont affiché tes personnages jusque là ne m’ont jamais dérangé. Et tu as toujours travaillé sur des nus féminins. Je pense que c’est dur d’expliquer aux gens qu’être girly, etc ça nous enlève pas le droit de s’indigner quand on trouve qu’un sexe est discriminé par rapport à l’autre, quand on sent qu’une différence a été faite parce qu’on est un homme ou une femme.
    Et je crois sincèrement que dire à quelqu’un : « tu peux pas être féministe parce que tu t’affiche en petite tenue » ou « tu peux pas critiquer le sexisme alors que tu dessine du rose et des paillettes et des cupcakes » c’est comme dire « tu peux pas t’habiller comme tu veux parce que tu risque de te faire agresser dans la rue ».
    Et pour toute personne dotée d’un cerveau et d’un minimum de bon sens, il est très facile de voir que tu as grandi avec nous, sur ce blog.
    Puis n’oublions pas que nous vivons tous dans une société où on nous a toujours enseigné que les femmes sont des mères au foyer et les hommes travaillent, bien que les choses soient en train d’évoluer concrètement les clichés et stéréotypes sexistes nous accompagnent partout.
    Ta démarche est tellement belle parce que c’est extrêmement facile de ne pas se poser de questions, de tout accepter sans rien dire mais il faut beaucoup de courage pour dire qu’on est pas d’accord, pour changer, ouvrir les yeux et surtout pour se remettre en question.
    J’ai grandi sur ce blog, j’ai acheté mes premiers talons à paillettes parce que si Diglee peut le faire, moi aussi.
    Et quand j’ai lu ton post sur le harcèlement de rue j’ai vraiment réalisé pour la première fois que non ce n’était pas normal que j’ai des techniques pour stopper les mecs qui me draguent. C’est pas normal qu’en tant que fille je sois consciente que ma tenue va déclencher des remarques.
    Evidemment tu vois bien que je suis pas du tout objective avec toi mais je crois sincèrement que tout ce que tu as été dans ta vie, tout ce que tu as fait, dit ou dessiné ça ne t’enlèvera jamais le droit de t’indigner ou de pousser un coup de gueule. Et si c’était le cas, nos vies seraient vraiment nulles.

  • liloo dit :

    j’aime les tutus le thé les cupcakes les accessoires dans les cheveux j’ai 28 ans et je suis plutôt stable dans la vie ^^… je vois pas en quoi ton dessin serai une insulte à la femmes on est toutes différentes mais tes dessins son a prendre au 100eme de degré, je trouve sa dommage toutes ces attaques sur ton travail. je me considère comme féminine féministe, mais là honnêtement je comprend pas toute ces attaques c’est extrême c’est bien de défendre l’image de la femme mais retez ouverte à l’humour.

    Diglee ne perd pas ton pep’s ta bonne humeur, la légèreté de tes dessins (se n’ai pas une critique) c’est une douceur dans un monde de brute.

  • Poh dit :

    Euh sinon Maureen, je t’adore, j’adore ton boulot, tu m’inspire beaucoup et j’apprécie ce que tu fais mais là, le plaisir d’aller sur ta page s’est depuis quelques temps éteint et n’est plus le même… Certes tu te bat et débats sur des choses importantes, tel que les femmes, leurs droits ( non pas que je ne m’y intéresse pas… je suis une femme in’ ) mais je crois qu’en se moment on a tous besoin d’une dose de rire… Un bon coup de marrade grâce à des artistes comme toi, qui savent si bien détourner la morosité de notre société en une grosse blague. Ou est passé ton coup de crayon magique rayonnant que me faisait mourriiiiiirrrr de rire ? Ca se prend trop la tête dans le coin, je vais aller regarder Shrek… Bisous

  • Valentine dit :

    Juste MERCI et <3 <3 <3

  • Julie dit :

    Salut Diglee,

    Je viens de lire ton post et ai un peu suivi depuis un an tes remises en question.

    Je suis Julie, j’ai 35 ans, je suis chercheur à l’Université, au Canada.

    Je tiens à te dire que j’ai toujours beaucoup aimé tes anciens posts, les ayant pris au second degré. Je comprends ta réflexion actuelle et je la trouve saine mais sache que quand je lis que tu a tendance à « renier » tout ton humour d’antan, je suis un peu déçue. En quoi est ce mal qu’une fille puisse assumer avec humour « porter des bas et des talons, des noeuds dans les cheveux et manger des cupcakes en buvant du thé. »?

    Effectivement une fille ce n’est pas toujours ça mais c’est quand même parfois cela, c’est drôle et c’était beau de l’assumer! Je ne sais pas, je me sens comme triste de sentir que tu tires un trait sur tout cela. Au delà de toute influence sociétale ou venant de l’homme, si une femme assume ce côté « pimpante, frivole, légère voire instrumentalisée », et bien pourquoi pas??? le principal est de le vivre en légèreté et en toute conscience.

    D’autre part, dans tes mots je sens comme un déni de la société patriarcale, et je suis chagrine d’oser penser que tu souhaiterais un contraire. Je vis dans une société matriarcale, au Québec et je peux te dire que les travers qu’ils engendrent ne sont pas tous beaux à voir….rien n’est idéal. L’idéal étant l’égalité des sexes. Ou d’accepter l’une ou l’autre de ces sociétés tout en combattant les extrêmes qu’ils puissent engendrer.

    Voilou, juste une petit mot depuis une société nordique, et féministe.

    Bisous,

    Julie

    • diglee dit :

      Julie> Je ne renie rien du tout, rassure toi! ^^ Un tome 2 de Forever Bitch est en préparation et je ne rejète pas l’ensemble de mon travail. Tu m’as mal lue. Je suis juste assez lucide pour savoir que « certains » de mes boulots ont été empreints de sexisme involontaire. Je ne rejète par exemple aucune de mes BDS à ce sujets. Mais sur certains dessins, parfois, j’ai été un peu à côté.

      Le reconnaître me permet d’avancer.

  • Abratagada dit :

    C’est surprenant ce que tu dis concernant tes anciens posts, que tu considères sexistes. Moi, quand je les ai lus, je les ai pris au 2nd degré, pour moi tu t’appropriais des codes ultra genrés (rose, paillettes, jarretelles…), afin de mettre en avant le fait qu’une fille, une femme ce n’est pas QUE ça, mais qu’une fille, une femme, peut décider de porter cela, sans pour autant devenir un objet sexuel …
    Pour moi, le féminisme, c’est avoir le choix.
    J’ai le choix de me mettre nue ou PAS, de voter ou PAS, de faire un enfant ou PAS, de conduire ou PAS, de me marier ou PAS, de dessiner une meuf hypersexualisée ou PAS, etc… Et je ne supporte pas l’idée que qui que ce soit puisse m’imposer quoique ce soit (ne plus exposer une partie de mon corps par ce que je ne sers pas la cause féminine par exemple, payer plus cher des produits d’hygiène, gagner moins d’argent qu’un homme…). J’ai depuis des années, fait le choix de ne plus regarder des films d’horreur, parce que justement, les codes employés dans ce type de cinéma me déplaisent fortement (tout comme je ne matte pas de films de cul, mais ça c’est un autre débat). De cette façon je n’apporte pas mon soutien financier à ce type d’industrie, mais je ne suis pas sûre que cette décision ait un réel impact…!
    Chacune et chacun apporte sa pierre à l’édifice, à sa façon, et reconnaître soi-même que l’on a fait des erreurs, c’est déjà accepter ses imperfections et démontrer une prise de conscience. (Il y a six ans, pour mon neveu, je suis tombée dans tous les pièges de l’éducation genrée. Aujourd’hui, mon fils porte n’importe quelles couleurs de vêtements et joue autant à la poupée qu’avec sa panoplie de cow-boy !). Je suis féministe, je suis pour l’égalité femme/homme et je suis pour le droit à l’erreur. Ce délire de perfection féministe, que ce soit dans les actes, les paroles ou le physique, c’est pesant et ô combien culpabilisant…

  • Yooiou dit :

    Putain mais lauve <3 Bravo pour ton cheminement sur la voie du féminisme, bravo pour ta dissertation pas si mal fichue que tu le crois, bravo pour tes dessins et ton engagement public <3

  • C’est très intéressant de te lire, je pense que beaucoup des femmes qui s’engagent dans le féminisme se sont révoltées contre leur propre façon de penser à un moment. Je dénigrais moi-même le girly il y a quelques temps (j’ai 21 ans), mais maintenant que je deviens indépendante dans ma vie d’étudiante et que je prend conscience vraiment du monde autour de moi, je me remet pas mal en question, aidée d’artistes comme toi et autres multiples références. On a besoin d’un éveil pour se révolter, il faut remplir le vase et pour nombre d’entre nous la coupe est pleine.
    Plein de bonnes choses à toi et bonne continuation! =)
    Pauline

  • MinettePaulette dit :

    Bravo et merci
    C’est beau quelqu’un qui assume ses erreurs et apprend d’elles.
    C’est encore plus beau lorsqu’on le fait de manière publique. Quel courage cela demande.
    Ton blog n’a jamais été aussi autobiographique que dans cet article.
    Bravo encore, et merci de mettre des mots et des arguments sur des sentiments que beaucoup d’entre nous ressentent, sans avoir le temps de réflexion et/ou le courage de l’exprimer.

    Keep going We’ll keep reading

  • En te lisant et en faisant le parallèle avec certaines de mes réflexions, je me dis que c’est peut être ça la nouvelle génération des féministes : nous, des nanas fières d’en être, qui s’interrogent sur ce qui est ancré dans nos stéréotypes « sociétaux », ce qui est juste, ce qui est sexiste, ce qui est de l’ordre du « combat pour le combat » qui peut parfois en devenir absurde. Bref des nanas qui s’interrogent, qui se remettent en cause, invitent qui veut (filles ou garçons) à faire de même pour avancer ensemble, être d’accord ensemble, se désaccorder aussi… Mais au moins faire en sorte que le sujet soit sur la table, sans avoir forcément LA réponse.
    Et le tout, en étant, aussi, capable de parler de plein d’autre choses avec plus ou moins d’humour. Comme le dirait Miss.Tic, repris sur mon blog et qui s’adapte pas trop mal au tien : « Je prête à rire, mais je donne à penser ».
    Ceci n’est qu’un énième commentaire perdu dans le flot, mais quand on se met à nu comme tu le fais, je me dis que c’est surement appréciable de sentir qu’on est couvert de certains regards bienveillants. C’est en tous cas l’idée de mon commentaire 🙂 .

  • Alex dit :

    Bravo.

    Et merci pour la planche qui a suscité ce pavé.

    Signé: un homme féministe

  • Neomeris dit :

    Bravo, et merci.

  • Theodora dit :

    Je suis tellement contente que ta réflexion ait évolué comme ça, je te suis depuis un moment, et le coté girly trop revendiqué de ton blog m’avait conduite à arrêter de le lire, alors que j’adorais ton style de dessin ! Donc je suis ravie de re-découvrir ton blog. C’est plaisant aussi que tu oses affirmer ton engouement récent pour le féminisme, surtout en sachant que tu es beaucoup suivie, j’ai espoir que ça améliore un peu les mentalités. Bref un immense merci pour ce post qui est très juste !

  • zviane dit :

    Woah!

    Je connaissais un peu ton boulot, mais ça ne me parlait pas trop (je suis pas trop cupcake et froufrou 😛 mais bon ya pas de mal, on fait juste des choses différentes) mais alors là, pour toute la section qui est sous le « MAIS », franchement, chapeau! Sincèrement! Je ne sais même pas si moi-même je serais capable de me remettre à ce point en question, ça me rend fort admirative. Total respect! 🙂

  • cha dit :

    Bonjour! Je te suis depuis des années et je n’ai jamais pris le temps d’écrire, pourtant j’aime énormement ce que tu fais, dans toutes phases, et je trouve ce genre d’article et de reflexion fantastique, tu es tout à fait légitime et ton écriture transparait l’intelligence.
    Merci beaucoup pour tout ce travail
    Charlotte

  • C’est bien, les remises en question… Il y a certes de la confusion et un magma d’interrogations pendant ce type de phase, mais ensuite, on remet tout dans un nouvel ordre et on avance.
    Tu sais, je te souhaite les meilleurs commentaires sous tes billets, en particulier celui-ci où tu exposes une réflexion très personnelle. Maintenant, si certains sont parfois agressifs ou un peu durs… que ces lecteurs-là commencent par balayer devant leur porte. Personne n’est parfait, personne ne peut dire de façon péremptoire qu’il n’a jamais connu d’inflexion dans son comportement ou d’interrogation au cours de sa vie.
    Concernant ta bannière… écoute, ne te tracasse pas trop (bien que tes interrogations soient à ton honneur), elle t’appartient, tout simplement. D’abord – et ce n’est que mon avis – je la trouve très second degré, elle me fait sourire alors que je suis très attentive à la place de la femme dans la société. Ensuite… tu as bien le droit de la changer si tu la trouves trop vieille ! ^^
    Voilà… beau chemin, belle continuation, dans le rire et la bonne humeur.
    Et, pour avancer pas à pas… Bon dimanche ! (Pardon pour mon commentaire trop long.)

  • MCF dit :

    Je ne suis on ne peut plus d’accord avec toi, sauf pour la partie sur Rihanna, Miley Cirus et autre.
    Je ne vois pas en quoi elles ont un impact positif vis-a-vis de ton thème.
    Je trouve que ca va a l’encontre de ce que tu défends. Je trouve qu’eulles sont vulgaires plus qu’autre chose. Selon moi Madonna bien plus classe dans sa provocation.

  • Apsara Bird dit :

    Salut Maureen,
    Pétard. C’est la deuxième fois en moins de deux mois que je t’écris alors que ça fait plusieurs années que je te lis.

    Si je devais être très très honnête je dirai que le féminisme me dérange – j’entends d’ici les harauts de la foule en colère.

    Le féminisme me dérange parce que je n’ai jamais pensé que les femmes devaient être sauvées. Je ne pense pas que les femmes doivent être sauvées parce que je n’ai jamais pensé les femmes comme de petites choses faibles et fragiles.

    Je ne suis pas féministe car lorsque je pense à moi, je pense à moi comme un à humain. C’est la confrontation sociale qui me range dans « les femmes ». Seule, je suis « moi » et « moi » ce n’est ni une femme ni un homme. Effectivement, je suis une femelle humaine. Great.

    Quand on regarde le rapport mâle/femelle des autres espèces cela semblerai incongru d’avoir besoin de « défendre » l’un ou l’autre de leur représentant.Il ne viendrai à l’esprit de personne d’avoir de la déconsidération pour les lionnes, les ourses ou les biches au prétexte que ce sont des femelles. Eh bien je refuse de porter un regard différent sur les femmes.

    J’ai toujours refusé de limiter mon champs de possibilité au prétexte que « je suis une fille ».
    Porter des talons ne m’empêche pas de me servir d’une scie sauteuse.

    Et par dessus toutes les choses qui me sont clairement incompréhensibles et auxquelles je suis hermétiques, reste ce profond désarroi face à cette idée qui à l’air d’être pourtant assez partagée « pourquoi être féminine serait-il une injure faite aux femmes?.. »

    Quand je regarde les féministes de mon entourage – ou du moins celles qui se revendiquent comme telles – je m’aperçois bien souvent que ce sont des femmes en guerres avec elle-même, qui revendiquent l’égalité mais qui se griment en « homme » et qui non contente d’être souvent mysandre sont aussi – Ô toi abîme sans fond de paradoxe – très souvent de grandes mysogine… Qui a dit qu’égalité était synonyme similarité?..

  • JLo dit :

    Merci pour cette enfilade de posts intéressants.
    Tu sais, pas vraiment besoin de 14-18 et de psychose. Perso je n’ai jamais aimé les films d’horreur parce que:
    – ils font peur et sont violents et ça n’est pas une émotion qui me rend meilleur
    – les scénarios sont rarement intéressants
    – ils véhiculent des clichés

    Ce genre de film a pour but de nous faire réagir dans le cerveau profond, celui de la culture de masse, la sexualité, la nourriture, les émotions brutes. Ça n’est donc pas un hasard que s’y croisent les stéréotypes faciles à ingérer pour le cerveau.
    Les films et la communication en général sous toutes ses formes (artistique, illustrative, informative, publicitaire, etc.) sont à la fois le reflets et la cause des stéréotypes. Quand tu dessines une fille en petite tenue, tu renforces le stéréotypes féminin « en petite tenue ». C’est ni bien ni mal en soit, c’est juste de la cause-conséquence. Donc si ta vision de la femme évolue et c’est bien normal avec l’âge, le couple, la maternité, etc, tu peux choisir de faire évoluer ton dessin et nous influencer tous.
    Ce qui est sûr c’est que d’un coup, le segment des gens « naturellement » intéressés par tes dessins va changer et vieillir avec toi. Car en effet quand tu t’éloignes de la culture de masse a destination des 15-25ans, tu n’es qu’une goutte d’eau dans l’imaginaire de cette tranche d’âge qui découvre la sexualité. Mais plein de gouttes d’eau font les rivières et tu peux bien sûr avoir une influence sur ces tranches d’âge. Mais pour y arriver, tu vas peut-être avoir besoin de sacrifier sur l’hôtel de l’adoption (le fait que cette tranche d’âge apprécie tes dessins) d’autre stéréotypes non-sexuels comme par exemple le type d’aventure de tes personnages, leur lexique, ou autre.
    Parce qu’il ne faut pas se leurrer, si un seul cerveau met du temps à apprendre, à changer, il en est de même pour des millions de cerveaux en réseau.

    Quoiqu’il en soit, merci de la prise de conscience et bon courage pour la suite (je ne reviendrai sans doute pas à cause de l’atmosphère trop girly pour moi du blog, c’est mon incorrigible cerveau de mâle qui doit encore apprendre à apprécier ton univers). Ciao !

  • Gabrielle dit :

    J’avais peu à peu laisser tomber ton blog parce qu’il ne me correspondais plus, je commençais à m’intéresser au féminisme, à lire Madmoizelle, et du coup à réaliser combien certains de tes posts étaient sexistes !
    Comme tu as du le réaliser récemment, une fois qu’on se rends compte du sexisme qui nous entoure, beaucoup de choses qu’on a apprécié nous révolte !

    Et, il y a peu de temps, je suis revenue sur ton blog pour voir comment tu as évolué et Oh la belle surprise ! Ta prise de conscience m’a ravis et ton dernier post est extraordinaire ! Je reviens donc sur ton blog avec l’intention de ne plus te quitter depuis que tu nous a rejoins dans le clan des exaspérées par le sexisme ! Continue comme ça, je suis impatiente de découvrir ce que tu vas pouvoir nous dessiner 😀

  • Clémence dit :

    Votre démarche reste sincère et vraie. Il faut parfois du temps pour se rendre compte de ces phénomènes de société.
    Prenons pour exemple la dernière campagne de pub Always, avec le fameux #LikeAGirl.
    On adhère ou pas, mais le fond est vrai. Nous même en tant que femmes/filles il nous est arrivé de dire à des hommes qu’ils faisaient ceci ou celà comme des nanas.
    Le plus important n’est pas ce qui a été fait ou dit, mas bien la réflexion suite à ça. Peut être que votre travail peut faire penser qu’il y a contradiction pour certains. Je ne suis pas d’accord. Vous avez mûri, découvert de nouvelles choses qui vous poussent à parler haut et fort aujourd’hui. Et finalement, cette évolution dans votre travail et votre personnalité, rend ce combat bien plus intéressant.

    Alors, merci!

  • Apsara Bird dit :

    Salut Maureen,
    Pétard. C’est la deuxième fois en moins de deux mois que je t’écris alors que ça fait plusieurs années que je te lis.

    Si je devais être très très honnête je dirai que le féminisme me dérange – j’entends d’ici les harauts de la foule en colère.

    Le féminisme me dérange parce que je n’ai jamais pensé que les femmes devaient être sauvées. Je ne pense pas que les femmes doivent être sauvées parce que je n’ai jamais pensé les femmes comme de petites choses faibles et fragiles.

    Je ne suis pas féministe car lorsque je pense à moi, je pense à moi comme un à humain. C’est la confrontation sociale qui me range dans « les femmes ». Seule, je suis « moi » et « moi » ce n’est ni une femme ni un homme. Effectivement, je suis une femelle humaine. Great.

    Quand on regarde le rapport mâle/femelle des autres espèces cela semblerai incongru d’avoir besoin de « défendre » l’un ou l’autre de leur représentant.Il ne viendrai à l’esprit de personne d’avoir de la déconsidération pour les lionnes, les ourses ou les biches au prétexte que ce sont des femelles. Eh bien je refuse de porter un regard différent sur les femmes.

    J’ai toujours refusé de limiter mon champs de possibilité au prétexte que « je suis une fille ».
    Porter des talons ne m’empêche pas de me servir d’une scie sauteuse.

    Et par dessus toutes les choses qui me sont clairement incompréhensibles et auxquelles je suis hermétiques, reste ce profond désarroi face à cette idée qui à l’air d’être pourtant assez partagée « pourquoi être féminine serait-il une injure faite aux femmes?.. »

    Quand je regarde les féministes de mon entourage – ou du moins celles qui se revendiquent comme telles – je m’aperçois bien souvent que ce sont des femmes en guerre avec elle-même, qui revendiquent l’égalité mais qui se griment en « homme » et qui non contente d’être souvent misandres sont aussi – Ô toi abîme sans fond de paradoxe – très souvent de grandes misogynes… Qui a dit qu’égalité devait être synonyme de similarité?..

    Je serai toujours intimement convaincue que s’accepter et s’aimer tel/telle qu’on est, avec nos goûts, nos préférences et nos singularités est la seule voie qui mène à la paix. Parce que réussir à s’accepter et s’aimer sois-même c’est le meilleur exercice qui puisse exister pour accepter et aimer l’autre.

  • Leeloo dit :

    Diglee, je t’aime.
    Voilà, fallait que je te le dise. J’ai du commenter en tout et pour tout deux fois sur ton blog, je n’aime pas les commentaires, les longs discours, mais aujourd’hui, j’ai envie.

    J’ai découvert ton blog quand j’étais ado, ado et pas encore avec l’envie de m’assumer, d’être féminine, j’étais garçon manqué car je détestais les critiques quand j’osais la mini-jupe, et ton blog était ma petite bulle fraîche : du froufrou, des paillettes et de la légèreté, des histoires de nanas qui en se prennent pas la tête et qui aiment Lady Gaga. Miam.

    & puis j’ai grandis, et force est de constater que toi aussi, et que nos chemins se sont en quelques sorte croisés dans nos combats : comme toi, je suis étiquetée « féministe » par mes proches, mon entourage, du fait des mes combats (bien que ce mot soit large, et revêt bien trop d’images qui parfois ne me correspondent pas). Me voilà à 22 ans, engagée dans le combat contre le harcèlement de rue, la sexualisation abusive de la femme dans la société, la prostitution et j’en passe. Finalement, je préfèrerai le terme de  » libertiste  » si cela existait, car je suis pour la liberté, mais la belle, la vraie, celle que chacun veut et qui n’empiète pas de mauvaise manière sur l’autre. Bref, je m’emmêle et je ne sais plus m’exprimer.

    Ton blog, je l’ai suivi aussi, j’ai continué, car nous avons pris le même chemin, finalement. J’aime toujours autant ton trait, et j’aime encore plus ce que tu abordes. Je m’y retrouve souvent, et souvent, tu m’ôtes les mots de la bouche. Maintenant, je m’assume, j’aime me maquiller, j’aime le thé, les gateaux, les licornes, les paillettes, mais aussi les journées off en pyjama. & j’assume. J’assume mes robes, mes jupes, mes fesses un peu imposantes qui rendent mes jupes et mes robes moins barbantes, j’assume l’image parfois sexy, parfois légère que je renvois et que j’ai envie de renvoyer : please, laissez moi donc porter des bas ! (ceci est un exemple anecdotique, mes copines de promo étaient presque offusquées quand elles ont su à l’époque que parfois j’en portais sous mes jupes ou mes pantalons en place des collants car je préférais ça et me sentais plus jolie en dedans de mes vêtements). Bref².

    Pour preuve, je vous ai tous cités, toi, Mirion, Thomas Mathieu, dans mon article sur le harcèlement de rue : http://www.leeloonicorn.fr/2014/11/societe-harcelement-de-rue-sexisme.html , article que j’ai mis du temps à rédiger pour essayer de ne pas m’emmêler dans mes idées, j’ai fait un plan, une vraie dissertation, ça me tenait à coeur d’en parler, et même s’il est totalement passé inaperçu dans le flot de futilités dont je parle sur mon blog, hé bien je suis fière d’avoir un lien à donner quand on me demande mon avis. Quelque chose où je me suis enfin exprimée librement sur la chose. & j’ai envie de continuer, et d’être moins futile. Je ne sais pas encore comment m’y prendre mais ça viendra.

    Dieu que j’aimerai savoir dessiner comme toi, et m’exprimer au travers de ça. Ecrire ça, je sais faire. Ca a toujours été mon moyen d’expression premier. Je fais de la photo mais c’est un outil dont je ne sais pas encore me servir pour des projets de ce type, ça viendra également.

    J’en parle souvent, et maintenant, mes proches sont assez sensibilisés sur la chose, mon chéri a lu le livre de Thomas d’une traite, lui qui de base n’est pas macho et déteste ce genre de comportements, il fut choquer de voir jusqu’où ça pouvait aller. Il partage donc mon combat, mes idées, et quand je décide de m’habiller un peu court, un peu sexy, il ne me vois jamais comme un simple objet sexuel, il ne prends pas ça comme un processus de séduction, il me voit belle, libre et épanouie. Point. (je crois que je m’embrouille encore dans mes propos. J’aurai du faire un plan de rédaction pour ce commentaire).

    Alors je voulais te remercier, toi, et puis Mirion, et puis Thomas, et puis tout les autres finalement, de montrer ce combat, d’en parler de façon publique, de s’insurger contre des choses qui pour beaucoup semblent banales ou  » n’être rien « .

    Aujourd’hui, je dis merci à Maureen et non plus à Diglee.
    Tu as su insuffler à ton personnage et à ton blog tellement de toi, comme tu le dis, il devient plus personnel, plus intime. Merci à toi d’avoir souvent été ma petite bulle d’air, mon inspiration, et merci à toi de poser les mots (et les beaux dessins <3) sur un combat que je partage.

    Bonne continuation !

  • Jade dit :

    Merci de faire passer des messages aussi importants, qui poussent à la réflexion. On en a tous besoin je crois.

  • Lou dit :

    Salut !

    Je suis ce que tu fais de plus ou moins près depuis plusieurs années, et je me retrouve presque dans tout ce que tu racontes (surtout sur tes combats intérieurs, ton émotivité à fleur de peau, mais ça y est, je me suis habituée à l’idée que ceux qui rient souvent pleurent souvent aussi ! ). Et en plus, je m’appelle Lou, et ton blog contribue à rendre ce prénom plutôt classe !
    Bref.
    Je n’ai jamais pris le temps de commenter, mais je pense que ça vaut le coup de te dire que ton message d’aujourd’hui est très beau, et fait du bien. Merci donc pour ce message, et oui, tu fais ce que tu veux de ton corps, tu peux mettre un tutu rose paillette et être contre les clichés féminins. Bale’kouilles, les convictions n’ont rien à voir avec la taille de ta jupe ou des poils sur les jambes…

    Oublie les commentaires des gens débiles (je sais que c’est dur), oui il y a des gens cons dans le monde, et on les retrouve particulièrement dans les commentaire anonymes sur internet. Ce que tu fais, c’est toi, c’est honnête, et c’est super.

    Bon dimanche et bonne continuation pour tout ! Tu es géniale !

    La bise (oui carrément),

    Lou

  • Amnesty-shelter dit :

    Bonjour Maureen, je suis ton blog depuis peut être 4 ans maintenant , et au départ j’étais attristée de ne plus retrouver ton humour « girly » (si on peut l’appeler ainsi) qu’on pouvait voir dans tes posts, avec des aventures quotidiennes pleines de paillettes et de folie, comme illustrées dans ta bannière « controversée » par les précédents commentaires (du post « It Follows »). Pourtant, au fur et à mesure de tes récents posts, j’ai apprécié ta façon de voir les choses au sujet de ton féminisme naissant. Et j’ai tenté de faire le point sur moi-même. C’est vrai, nous baignons dans une société sexiste, capitaliste, vouant un culte exacerbé à l’apparence et à la célébrité. Et c’est vrai aussi que je regardais d’un mauvais œil les « féministes », possédant moi-même un discours machiste tel que « Oh là là ces féministes… Toujours en train de gueuler.. ».

    J’en ai aujourd’hui honte, parce que je me rends de plus en plus compte, de part le harcèlement de rue ou des stéréotypes féminins, que je me condamnais moi-même à rentrer dans le moule de la femme-objet. Ayant déjà été témoin comme la plupart des femmes de harcèlement de rue, même insignifiant comme un klaxon de voiture, je me disais que c’était « normal » et que j’avais affaire à des types louches et « beaufs ». Pourtant, en grandissant et depuis 2 ans maintenant, je m’en étonne davantage, voyant le nombre de gars me reluquant de façon exagérée, s’accroître. Me croyant d’abord parano, je me disais que je me faisais des films. Mais dorénavant, j’y fais plus attention et ces comportements me choquent de plus en plus, alimentés par la lecture de témoignages sur Hollaback par exemple. J’ai eu d’abord peur, mais je me suis souvenue que ces sites ne sont pas faits pour que l’on ait peur et qu’on ne sorte plus de chez soi: ils sont crées pour que l’on prenne CONSCIENCE d’un phénomène grandissant. Bref, je sens que je vais m’égarer. (d’ailleurs je sens que ce commentaire est déjà assez long).

    Bref, tout ça pour dire que je suis ta pensée, et que je te trouve bien forte parce que même si tu t’es senti contradictoire par rapport à des dessins passés « involontairement sexistes », tu l’as reconnu et tu ne te contentes pas de suivre la masse qui continue de crier « C’est normal! ». Tu réfléchis, tu t’interroges, tu en P A R L E S! Et rien que d’en parler est un geste pour la femme.

    Bref, un long commentaire maladroit pour te dire BRAVO!

  • MC dit :

    Je trouve chouette ces échanges et quand bien même, certain(e)s sont agressifs ou de mauvaises fois, je trouve génial que tu partages tes impressions car tu n’ignores pas que tu es bien lue ! Je suis sûre que tu participes à ta manière à la sensibilisation (éducation?) du féminisme à une partie de ton lectorat en les entrainant dans tes propres réflexions ; pour les autres, te lire secoue, dynamise et fait réfléchir. Bref, pour moi un quasi sans faute.
    Par pitié, continue comme ça ! (Ouaiiiiiis, avec les paillettes et touuuuuuut !)
    Un immense merci !

  • Ella dit :

    Il ne faut pas confondre sexisme et stéréotypes.
    Que tu dessines une nana en tutu seins à l’air dégustant des cupcakes n’est pas sexiste.
    C’est un stéréotype qui est plutôt drôle et qui englobe une bonne partie des filles et femmes de notre époque, remplacer la femme de ton dessin par un homme n’aurait aucun sens et rendrait ton dessin sans aucun intérêt.
    Le sexisme est beaucoup plus méchant et stupide que ça et le féminisme est beaucoup trop exagéré à mon sens.
    En créant un mouvement pour défendre la femme, j’ai plutôt la sensation que la femme seule n’est pas capable de se débrouiller face à des machos aux idées préhistoriques.
    Il faudrait un peu regarder plus loin que l’image de nu dans une scène au cinéma et arrêter également de penser à la place des autres.
    Quelqu’un a t il demandé aux actrices en question si elles étaient malheureuses de devoir dévoiler leur intimité devant des millions de gens ?
    Et soyons franches ? combien de femmes se mettraient volontairement nue et avec un large sourire pour le mois de salaire que « ces » actrices obtiennent ? Non pas qu’elles soient vénales ou considérée comme des putes. Tout comme dans notre travail, elles ont des choses à faire beaucoup moins intéressantes pour elles où beaucoup moins agréables que leur patron leur demande.
    Sincèrement, est ce que quelqu’un leur met un révolver sur la tempe ? est ce qu’elles sont obligées de faire ce métier ? Sont elles trop stupides pour faire autre chose si la nudité de leur travail les dérangent ? Je ne suis pas convaincue.
    Il n’y a qu’a regarder ne serait ce que les émissions en vogue qui pour ma part sont totalement navrantes mais qui pour certaines en sont à leur 5eme voir 6 eme saison ou les femmes sont des paires de seins ambulant sans cervelles et qui aiment finalement se trémousser au bord d’une piscine.
    Quand aux déballages de photos envoyées en MMS à l’homme aimé, peut être aussi faut il arrêter d’être stupides. C’est pas nouveau, il y a des gens bien et des salauds, et comme il n’y a pas encore de détecteurs, autant faire attention à ce qu’on fait.
    Il me parait anormal de parler de sexisme et d’ensuite dire que la femme à le droit de s’habiller comme elle veut….
    Oui, on s’habille comme on veux, mais même toi Maureen, tu n’échappes pas aux remarques sur tes shorts court et tes tenues qui sont considérées comme limite.
    Faire attention à son apparence aussi est un moyen déjà de se respecter soi même et de ne pas attirer des cons machos qui nous considère comme des objets voire de la viande.
    Quand je vois des gamines de 15 ans maquillées comme des voitures volées et habillées avec les pull à la mode qui couvrent au dessus du nombril et mini short sans collants je pense qu’elles rigoleraient largement en lisant ton article sur le sexisme, pour peu qu’elles sachent seulement ce que ça veut dire.
    La mode actuelle est sexiste et tu es tombée en plein dedans toi aussi.
    La femme est et a toujours voulu être sexy, désirée être convoitée et si certaines se fichent totalement de la dernière robe à la mode, d’autres ne supporteraient pas qu’on ne les remarquent pas et souhaitent inconsciemment susciter l’envie chez le sexe opposé.
    Sinon pourquoi le maquillage ? pourquoi la jalousie inhérente aux femmes et beaucoup moins prononcée chez l’homme ?
    J’adorai tes dessins et tes stéréotypes féminin qui étaient plutôt justes et mignons.
    Le sexisme est totalement différent de ce que tu décris dans ton texte il faudrait revoir la définition des mots que tu dis défendre.

  • phil dit :

    je me souviens de ton post quand tu essayais d’expliquer que tu ne voulais plus être (seulement) diglee mais maureen…
    je crois que les deux font partie de toi et ce serait dommage de vouloir te distancier de diglee pour que seule maureen subiste. c’est ton identité yin-yang, tu as ce coté girly-fun qui a fait (entre autres) ton succès. on a découvert ensuite que tu n’étais pas « que » ça mais on aime aussi cette facette de ta personnalité, dont tu sais jouer justement comme personne.
    cette crise de maturité est naturelle mais tu as le talent et la chance de pouvoir « être » les deux, comme d’autres auteurs de talent ont réussi à endosser selon leur inspiration, un style et un esprit qui leur permetait de s’exprimer différemment.
    alors assume plutôt diglee à 100% (voire plus!) avec ses mises en scène ou codes très « girly » (donc un peu sexiste pourquoi pas) où l’humour et ton talent d’écriture est sans équivoque – et dévelloppe ton inspiration plus naturelle, intellectuelle et féministe (et plus à venir). tu es maureen ET diglee – et nous on aime les deux!

  • Maëlle dit :

    Merci pour ces deux derniers articles qui expliquent bien à quel point c’est difficile à analyser, rien n’est tout noir ou tout blanc…
    Je suis dans la même situation, en pleine prise de conscience depuis qq années, et c’est super de te lire.
    <3

  • Lolo dit :

    Moi ex avocate d’affaires qui a tout plaqué pour suivre mon mec au vietnam….
    Je te lis depuis des années, tout comme je lis Pénélope joli cœur ou Margaux motin.
    Je, tu, elles, nous sommes femmes avant d’être feministe.
    Et avant d' »être femme » il y a etre.
    Etre ce n’est ni faite ni avoir,
    Etre …. Femme…
    Etre femme dans jn environnement ultra masculin où des que tu mets du bleu marine t’es une grande originale
    Etre femme dans un milieu où tu exprimes ta puissance avec la hauteur de tes talons et le prix de ton sac (très masculin comme facon de faire….)
    Le point commun entre toi en string à paillettes et moi en tailleur-talons aiguilles, ou toutes les deux en leggings noir et petit débardeur blanc (parce que c’est samedi et c’est corvée de ménage)?
    Cette féminité justement qui nous permet, comme tu le dis si bien, si on le veut d’alterner paillette et jean, string et culotte, Talon et basket, brushing et bad hair day.
    Ouvre ta penderie : je te souhaite qu’elle soit aussi variée que la mienne, parce que je me permets d’être moi en changeant de tenue au gré de mes humeurs : classique, BCBG, couture, sport, trendy, nature, pouf pouf vulgaire si je veux!
    Etre femme, etre pleinement femme, c’est l’être librement.

    MAIs, attention, la liberté ca n’est pas faire ce que je veux (en mode caprice). C’est vouloir ce que je fais.
    Je suis libre si les actes que j’accomplis sont pleinement voulus et engagent tout mon etre de femme.
    La petite actrice de 17 ans, si elle avait eu le choix, aurait elle spontanément choisi de tourner la scène en lingerie rose bonbon?
    Au vietnam j’ai defile, parce qu’au Viêtnam, les agences cherchent des gueules d’occidentales
    Oui, à 32 ans, moi l’ex avocate d’affaires qui a fait 10 ans d’études, ca m’a fait marrer de défiler.
    Ét j’ai adoré defile en Ao Zai (tenue traditionnelle) et en corset à plume ét jupe de satin. En revanche la lingerie, j’ai dit niet. Ét aux petites minettes de 17 ans à qui on posait la question, j’ai dit « tu es libre de dire non! ». Ét elles ont dit non!
    Alors ne te renie pas, ni dans ce que tu as fait avant, ni dans tes recherches d’aujourd’hui.
    Tes licornes en tutu à paillettes ont fait rire des milliers de lectrices. Sois en fière!

    Miley cyrus est-elle vraiment libre dans ses choix? J’en doute! Tout comme Britney sœurs n’a pas du Bcp l’être, à l’inverse de Madonna. Mais bon je n’en sais rien je ne les connais pas.
    Etais tu libre quand tu as dessiné ton flirter Addict (que j’ai emporté avec moi au Vietnam)? J’en sais rien mais je le crois. Ét je peux te dire que les jours de déprime je suis bien contente d’ouvrir un de tes. Bouquins! Parce qu’ils sont drôles, légers mais pas futiles.
    J’ai lu une jour que les femmes avaient besoin de futilité pour faire baisser la pression, parce qu’elle ne savent pas segmenter.
    Je crois que c’est vrai.
    C’est vrai qu’une femme, même ttes concentrée sur une tache, est capable de penser à d’autres choses en même temps. Pas un homme.
    Alors continue ton introspection, ton évolution, j’aurais autant de plaisir à lire  » glitter bitch 3, le retour de la vengeance » , que ton Anna, ou que ton futur manifeste « la révolte des licornes à pailettes »

  • Joy dit :

    Diglee,

    Concernant tes interrogations sur cette féminité exacerbée et caricaturale, dis-toi que tu performes le genre 😉

    Amitiés féministes

  • Flocon dit :

    Salut Diglee, pour être honnête je n’aimais pas ton blog avant à 100% justement à cause de ce côté girly qui m’insupportait. Non pas que je déteste les choses féminines, mais je ne voyais pas l’intérêt de faire du « GIRLY » une part de la personnalité d’un blog, par exemple Laurel est une femme et on le sait mais ça n’a jamais été une part imposante de sa personnalité.

    Donc je trouve ça raffraichissant de ta part ta remise en question, et je sais que prendre conscience du sexisme qui nous entoure nous donne une grande claque et un air morose. On a du mal à rentrer à nouveau dans ce moule de la fille qui aime faire de la patisserie et pinterest pendant que son chéri velu répare un énième meuble.

    Je pense qu’on a TOUS été sexistes (et racistes, homophobes probablement, et plein de istes) dans notre vie parce que c’est l’environnement dans lequel on a grandi. Quand j’étais plus jeune, je détestais les trucs ulta girly ou sexualisés sans trop savoir pourquoi et j’étais un peu en mode slutshaming envers les filles qui venaient à l’école en talons jupe courte. Je crois au final que je me sentais oppressée par une image à laquelle je ne correspondais pas (j’étais assez tomboy) mais heureusement j’ai très vite laché cette affaire et simplement décidé d’accepter ce que j’aimais, ou n’aimais pas et accepté les autres.

    Pour moi, on peut aimer ces trucs ultra stéreotypés et être féministe si on n’impose pas sa vue aux autres, et ça inclus les hommes. Je ne supporte pas les « anti-féministes » car tout ce que je vois chez eux c’est qu’ils sont très contents de leurs labels mais n’iront pas défendre les hommes qui aiment les cupcakes et les talons hauts et se font descendrent dans la rue.
    Bref oui parler de sujets qui fachent comme ta note sur ce film c’est pas drôle et ça mets les gens mal à l’aise mais ça fait avancer les choses selon moi. Contente que tu utilise ta notoriété pour éduquer les gens !

  • Sophie dit :

    Là Maureen, chapeau! Franchement tu mériterais un gros calin de remerciement pour ce post. C’est beau, c’est sincère et tu nous as vraiment ouvert ton coeur et ton esprit. Effectivement le post sur it Follows mà laissé perplexe. pas sur ce que tu penses mais sur ce que l’on fait, nous les femmes avec notre corps. Sur comment se positionner, positionner notre corps. Mais là, tu exprimes vraiment les doutes que je peux avoir aussi, moie t tant d’autres.
    Ce n’est vraiment pas facile ce que tu fais, et traiter un sujet comme celui-là l’est encore moins.
    Continue comme ça, à lire, à apprendre, à faire des posts qui font penser. Mème si c’est dur, qu’il y a des sales commentaires, qu¡il faille faire des post de mise au point dernière.
    Tu déchires, voilà.
    je t’envoie des bisous et des calins virtuels.

  • Arthis dit :

    Bon sang, mais c’est pas vrai. Encore une qui tombe dans le cliché du « combat ». Va falloir arrêter un jour.

    Jusqu’ici je prenais beaucoup de plaisir à lire ce blog, j’achetais vos bouquins, mais là, vous m’avez perdu.

    Vous savez quoi ? Je suis quelqu’un qui ne me bat pas pour le droit des femmes. Je ne suis pas un ardent défenseur de la condition féminine. Mieux encore, je déplore le combat des féministes qui monte en flèche depuis quelques années. C’est du grand n’importe quoi.

    Maintenant que vous, qui me lisez, êtes bien remontés et prêts à me faire mordre la poussière, lisez attentivement.

    Le sexisme est inhérent à la vie. Il sera toujours présent, quoi qu’il arrive, parce que l’être humain a tendance à sexualiser ce qui l’entoure. Et c’est normal, le sexe est un besoin qui fait partie de nous et qui se retrouve instrumentalisé par notre intelligence.

    Le problème se situe dans l’éducation, et votre super combat ne fait qu’exacerber la déconsidération et l’énervement des gens. Rien que le mot « combat », ou encore la « défense » des droits a un caractère violent. Pourquoi ne pas parler de sensibilisation ? Pourquoi ne pas amener les gens qui vous entourent à réfléchir autrement qu’en crachant votre venin sur ce qui vous déplaît ? Quel exemple enrichissant vous donnez là.

    Comme je vous disais plus tôt, je ne me bats pas pour les droits de la femme. J’agis, tous les jours. Mais jamais je ne me battrai comme vous le faites. Je ne me considère pas comme supérieur parce que je suis un homme. Je suis simplement différent, et j’embrasse ces différences. J’accepte qu’une femme est capable de faire certaines choses qu’un homme ne sait pas faire, et qu’elle est incapable de faire d’autres choses. Je SAIS qu’homme et femme sont égaux sur des tas de domaines. Et j’accepte que certains hommes sont capables de faire des choses impossibles pour moi, tout comme certaines femmes sont capables de surpasser d’autres femmes. Nous sommes tous des êtres humain, bon sang !

    Et alors, qu’est-ce que ça fout que vous ayez eu une période strass et paillettes en mode collants et dessins dénudés ? Ca vous rend moins humaine ? Moins capable ? Plus conne ? Êtes-vous moins entière parce que vous avez donné une IMAGE en particulier ? Vous rendez-vous compte de ce que vous faites ? Votre combat crée l’intolérance.

    A la place, ÉDUQUEZ, SENSIBILISEZ. Une image ne veut rien dire si on ne met pas de mots derrière. Regardez le drame Charlie Hebdo, des gens sont morts pour des putains d’images parce que les gens sont pas foutus de les comprendre. Et quoi, des femmes vont commencer à attaquer les gens qui ne les considèrent pas comme elles veulent ? Oh, attendez, j’avais oublié les Femens. RIDICULE. Vous ne changerez pas le monde comme ça. Ca ne changera pas en un jour. Pour ça, il faut (encore une fois) éduquer. Vos amis, vos enfants. Vos parents, parfois. Tous les moyens sont meilleurs qu’un combat. La violence n’entraîne que la violence, on ne vous a jamais appris ça ? Quand vous l’aurez compris, vous serez à-même de changer le regard des gens sur leur comportement.

    J’ai toujours traité les femmes comme je traite les hommes : du mieux possible. De manière égale. Comme des êtres humains. Et en tenant compte des différences individuelles, parce que nous sommes TOUS différents. Je suis d’accord que le monde doit changer, mais pas en se battant. Vos simagrées en viennent à me faire peur de tenir la porte pour me faire ENCORE engueuler parce que je suis un porc sexiste. Je n’oserai bientôt plus dire que je cuisine, fais le ménage, le repassage, parce que j’ai peur qu’on me confonde avec vos combattants. C’est là que vous voulez arriver ?

    Commencez à éduquer, pas à terroriser.

    Quel monde, j’vous jure.

    Je reste à votre disposition si vous voulez parler de mon point de vue et essayer de comprendre ce que vous pourriez ne pas comprendre. Tout comme si vous voulez m’expliquer ce que je peux ne pas avoir bien compris.

    En attendant, pour ce que ça vaut, vous avez un abonné et client de moins.

  • cibirdy dit :

    J’étais déjà 100% d’accord avec toi suite au post d’hier mais chapeau pour ce nouveau post plein d’humilité. Je me pose les mêmes questions que toi sur le féminisme, sur la legitimité et la cohérence de certaines de mes opinions et c’est parfois difficile de répondre aux attaques de l’entourage. Bref je pense que c’est aussi une force de ne pas avoir un avis arrêté sur la chose et laisser de la place à la remise en question. Rester enfermée sur une position ne fait pas toujours avancer les choses et éveille du mépris chez les autres. Bravo pour ton travail et les questionnements que tu partages qui permettent à tes lecteurs de reflechir aussi (enfin c’est l’effet que ça a sur moi)

  • Nanette dit :

    Wow ! On peut dire que ton article permet vraiment de voir ton évolution. Je n’ai jamais été très « féministe » parce que je ne défends pas toutes les idées qui s’y rattachent généralement. Mais je suis encore jeune et je pense que ma position va évoluer. Cependant j’admire ta capacité à remettre tout ton travail en question. Tout le monde n’en est pas capable, et probablement pas ceux qui ont pu te critiquer. Je n’ai pas lu ton post sur « It follows » parce que j’attends de voir le film et de me faire ma propre opinion, mais je suis plutôt d’accord avec ce que je viens de lire. En tout cas j’ai toujours beaucoup aimé ce que tu fais et j’espère que tu continueras à faire preuve d’autant d’humour dans un univers toujours très proche de tes lecteurs, même en abordant des sujets plus graves. Je te souhaite de trouver un style qui correspondra plus à ta maturité. Et après ce très long commentaire je te souhaite bon courage !

  • Anne-Claire dit :

    C’est un gros problème pour moi aussi, et c’est difficile de trouver un juste milieu,féministe oui, mais féminine. Evidement que c’est compatible, être féministe au point de s’interdire quelque chose parce que ça fait trop fille c’est limite misogyne.
    Au finale c’est peut être le terme « feminine » qui pose problème, oui j’aime le maquillage et les talons haut, non ce n’est pas réservé aux filles, je passe tellement de temps a admirer des mecs comme Jeffree Star, Adam Lambert, Yanis Marshall… que pour moi ce ne sont pas des produits « genré ».
    Mais pour en revenir au film, je comprend très bien ton point de vue, et je rajouterais que par contre pour « Scary Movie » la scene de la fille a moitié a poils est nécessaire puis ce qu’elle denonce le cliché du genre.

  • Bonjour Maureen,

    J’avais lu ton article hier et je l’avais trouvé très juste. Je trouve encore plus admirable que tu sois capable de te remettre en question et de faire face aux critiques, que tu les acceptes et que tu cherches à développer et à rendre ton point de vue encore plus clair – je trouve ça tellement important comme qualité, et peu de personnes en sont capable, alors chapeau ! Si certains pouvaient faire preuve d’autant d’humilité au lieu de s’entêter et de rester aveugle à d’autres point de vue, les choses iraient bien mieux en ce monde…
    Et je te rejoins à 100% sur le fait que tu as le droit de te représenter en tutu à paillettes, car le féminisme, ce n’est justement pas un reniement des « clichés de fille » ou de la « féminité » (encore que celle-ci est bien subjective ;-)) mais de combattre les stéréotypes et d’enfermer les filles et les femmes uniquement dans ces clichés – tout comme les hommes, d’ailleurs.

    Bref, encore bravo, et bon dimanche – tu l’as bien mérité !
    Zoé

  • Et pour répondre au commentaire d’Arthis : je ne pense pas que Maureen souhaite changer les choses en une journée – sinon elle ne serait d’ailleurs pas revenue sur le sujet aujourd’hui, ni bien d’autres fois ! – mais qu’elle veut justement SENSIBILISER et EDUQUER, comme vous le faites si bien remarquer en majuscules 😉 Vous pensez qu’elle ne le fait pas ? Et que fait-elle alors ? Pleurer sur son sort ? Critiquer à tout va ? « Terroriser » (je cite vos mots – un peu forts au passage, non ?!) ? Je ne pense pas, non…
    – et Maureen, ne soit pas triste d’avoir perdu un(e) lecteur(e), car en échange tu en gagneras beaucoup d’autres 😉 Personnellement, j’ai commencé à m’intéresser de nouveau à ton blog quand tu as été moins « girly » et que tu t’es tournée vers des projets plus artistiques – Anna – ou plus engagés – cet article par exemple)

  • M dit :

    Cela fait quelques années que je suis ton blog ( la première fois que je l’ai lu j’avais peut-être 14/15 ans. Aujourd’hui j’en ai 18 et je commence seulement à réfléchir à tout un tas de choses, et la tournure qu’a pris ton blog me pousse à encore plus réfléchir ( eh oui, quelle fille n’a jamais été quelque peu « dérangée » dans la rue par des hommes pas tout à fait respectueux ? Moi en tout cas un seul commentaire me met déjà la haine pour une journée… )

    BREF tout ça pour dire que ce dernier poste m’a beaucoup touchée, intéressée, et m’a poussé à laisser un commentaire de soutien. Merci d’être de ceux qui essaient de changer un peu les choses!

  • gougallougou dit :

    Je suis vraiment émue de te lire et je me retrouve tellement dans tes réflexions. Je vais avoir 30 ans et en pleine réflexion sur le sexisme, le féminisme…C’est un combat complexe mais tellement intéressant. ..continue comme cela…

  • Norma dit :

    Woah… Je suis vraiment pleine d’admiration.
    Je dois avouer, pour être tout à fait honnête, que je n’ai pas toujours lu ce blog… La période paillettes/froufrous me rebutait assez. Je ne connaissais de toi que l’étiquette ‘girly’, et je la trouvais creuse.
    Mais tes récents posts me permettent de voir à quel point j’ai pu me tromper, et je me sens réellement reconnaissante envers toi, pour tout ce que tu partages autour du sexisme, parce que tu as le courage et la maturité de t’exposer à des reproches de tous bords. C’est une chose extrêmement forte que d’assumer à la fois ce qu’on est et ce qu’on a pu être, et ce, devant un public aussi massif. Ta bannière ne me choque pas. Elle fait sens.
    Ton évolution fait réellement plaisir et m’inspire beaucoup de bonnes choses. A seulement vingt ans, j’espère avoir encore beaucoup de chemin devant moi.
    En un mot, merci.
    J’ai hâte de pouvoir lire Anna.
    Norma

  • Marie dit :

    En tout cas ce qu’on peut se dire à la lecture des commentaires de cet article et du précédent c’est que peu importe ce que tu diras, il y aura toujours de mécontents… Précédent article des personnes ne te jugeant pas légitime dans le combat du féminisme, et cet article ci des personnes ne voulant pas que tu rejoignes ce combat, voir carrément déçu de tes opinions.

  • Noémie dit :

    Maureen,

    Tu n’es pas la seule à essayer de te trouver dans ce combat. Éducation genrée, tabous, féminité et féminisme… C’est difficile de trouver sa place dans ce débat au vu de la stigmatisation qui est faite autour de ce mouvement -celui-ci aussi- par les médias, et de ce fait par la population. On est tous victimes des médias, qu’importe notre âge, le tout était de s’en rendre compte !

    Le plus important est à mes yeux de rester sincère, et je pense que c’est cette sincérité qui te servira dans tes idées 🙂 et auprès des gens que tu aimes, au delà de l’hystérie « diagnostiquée » chez les féministes.

    Tu prends du recul, tu te questionnes et ça, c’est le plus important, et je pense qu’on est toutes / tous sur la bonne voie à partir de là !

    Bonne continuation, et au plaisir de te lire ! 🙂 <3

  • Cess dit :

    J’ai lu l’article précédent et je lis celui-ci.
    Je ne comprends pas que vous soyez obligée de vous justifier.
    Moi j’aime beaucoup ce que vous faites, j’ai toutes vos BD, et je trouve votre combat justifié et vos mots justes.
    Ne pas nourrir les trolls, parce que vous avez tous les droits de publier ce que vous pensez !

  • Noura dit :

    Je serai clairement pas la première à le dire mais putain ce que tu dis dans tes réflexions à ce sujet et le fait que tu publies ça comme beaucoup de gens je trouve ça incroyable et non seulement je me retrouve dans ce que tu dis mais en plus ça m’aide à me forger une idée sur la question. Je suis hyper contente d’avoir découvert ton blog et franchement t’es une des premières à m’avoir ouvert les yeux sur tout ça alors merci.

  • Erinna dit :

    Well said and well done.

    (Un tome 2 de Forever bitch ???? yeeeeeeeees !! :)))))) – je sais que ce n’est pas le sujet mais pas grave, jsuis contente quand même)

  • Maïlis dit :

    La réponse à toutes ces interrogations est elle intrinsèquement dans le rôle de la femme ou bien dans celui du respect de l’être (humain, voir vivant)?
    Personnellement comme beaucoup de femmes en ces temps troublés où le statut de femme devient complexe voir dangereux dans certains pays, je me pose ces questions « féministes ».

    Mais dans le discours de beaucoup de femmes je n’entends parler que de la femme. Le problème est moins dans l’image de la femme qui est véhiculée en ce moment, que dans l’apprentissage du respect que nous, humains, avons les uns des autres. On ne peut faire avancer le statut de la femme sans faire avancer l’ensemble du processus qui changera les mentalités.
    C’est comme vouloir s’occuper des problèmes d’environnement ou de surcharge de prisons ou de fraudes fiscales sans foutre le nez dans la constitution.
    En gros je soutiens toutes initiatives féministes et notamment après avoir lu ton billet j’ai approuvé ton message, cependant pour moi le féminisme ne peut pas gagner du terrain sans un changement radicale de vision de notre société, tout comme l’écologie ou tout autre pensées axées sur le bon sens, l’égalité et la paix.
    J’emprunterai donc les mots d’Etienne Chouard: « Nous devons trouver la cause des causes ».
    Et pour moi la cause des causes est moins dans la place de la femme dans la société que dans la place du respect mutuel.
    ps: bien sur ceci n’est qu’un avis personnel merci de ne pas fustiger XD
    pps: Sinon Diglee merci de ton travail, c’est bien ça ouvre les yeux à plein de gens et puis moi je passe toujours un bon moment à te lire.

  • Nana dit :

    tu as toute mon affection, personne ne t’en veut pour rien, avance à ton rythme, mais sache que tu ne pourras pas refaire le monde à toi toute seule, alors ne te fais pas trop mal_ c’est déjà assez fou tout ce que tu écris, tout ce que tu nous as dit_
    tu m’as beaucoup touché_ j’aime ce que tu écris, notre combat de femme est loin d’être fini, en france, comme dans le reste du monde_

    n’oublie pas que je te dois toujours un thé et un gateau, au moins à la fnac =)

    des bisous <3

  • Marline dit :

    Juste un petit mot pour te dire que je te soutiens à 200% dans ta démarche.
    Continue 😉

  • LioFisher dit :

    Je trouve très dommage que vous vous sentiez obligée de vous justifier sur votre précédent article sur les deux points qui me semblaient les moins importants. Continuez votre travail, armez vous de courage, faites-vous confiance…
    J’ai réagi (longuement) à votre article sur It follows, parce que je suis cinéphile, c’est la seule raison qui m’a motivé à vous écrire. Pas d’émettre de jugement sur votre personne, mais sur le discours véhiculé, très maladroit.

    It follows est un film indépendant, et non une production de studio de cinéma, donc aucun diktat n’a été imposé au réalisateur, quant à la présence (ou non) d’acteurs et d’actrices dénudés. C’est lui qui tient les rennes ! Je schématise bien évidemment.

    Enfin, quelque chose me chagrine dans toute cette affaire : pourquoi partir du principe que le réalisateur de ce film est forcément hétérosexuel, disposé à mettre à l’image ses propres fantasmes ?

  • Carry dit :

    Hello Maureen !

    Je profite de ce post pour faire part de ma perdition dans ce combat que nous essayons toutes de mener.
    Nous vivons malheureusement dans une société pleine de paradoxes. Ou peut être que c’est justement parce que le sexisme est omniprésent que les femmes « libres » se sexualisent ce qui mène à la sexualisation de la femme qui ensuite mène au sexisme…? Je m’explique.
    Tu as poussé un coup de gueule contre ce film (qui soit dit en passant à l’air bien naze comme tu l’as dit haha) moi je voudrais justement pousser un coup de gueule contre ces femmes « libres ». Oui je mets libre entre guillemets. Je prends toujours l’exemple des Femen. J’avoue ne pas être au point au niveau de leur combat, le comment du pourquoi, et pour cause, leur manière de faire m’exaspère, me révolte à chaque fois. Elles se disent féministes, soit. Pour autant, montrer ses seins pour défendre une cause, je ne comprends pas très bien. A ce que je sache, aucun homme n’a jamais eu besoin de montrer son pénis pour revendiquer des idées. Alors pourquoi ces femmes se sentent sans arrêt obligées de se mettre nues ou de parler avec leur corps? Elles sont libres, féministes, ok, mais en utilisant ainsi leur corps, elle participe à la sexualisation de la femme, non? Pareil pour toute la clique des Miley Cyrus et compagnie. Rares sont les hommes qui utilisent leur corps pour vendre, non? Alors je sais pas… C’est un peu le même questionnement que la poule ou l’oeuf en premier? Le sexisme ou les nanas « libres » qui sexualisent leur corps? Le sexisme a peut être amené ses filles, inconsciemment à vendre leur corps pour s’exprimer. Tristesse.
    Le fait est que la femme est très sexuelle, fantasmée autant par les hommes que les femmes. Clairement, voir un pénis est moins sympa qu’un joli corps de femme. Alors quoi? Si les femmes veulent se mettre nues, soit, qu’elles le fassent. Je trouve la démarche de cette journaliste plutôt légitime. La sexualisation voulue et forcée n’est certes pas la même chose mais n’empêche qu’au bout du compte il y a toujours sexualisation. Le corps d’une femme est sexuel, mais s’il faut l’utiliser pour faire entendre sa musique ou revendiquer des ides, c’est quand même un peu triste. Pourtant je l’ai fait, poser à moitié nue, montré mes seins, ça me fait rire, juste pour le fun. Pour le coup c’était voulu mais il n’y avait aucun discours derrière. Je n’utilisais pas mon corps, juste je le montrais parce que ça me faisait rire et je me dit féministe.
    Après pour ce qui est de ce post, se représenter en nana girly, je pense pas que ça soit anti-féministe. Le féminisme c’est justement donner la liberté aux femmes d’être ce qu’elles veulent être, sans pression, sans volonté externe. Je vais pas me cacher, j’adore ce qui brille, les paillettes, et ma couleur préférée est le rose. Cliché? On s’en fout ! C’est surtout les réflexions du genre « toi t’es une vraie fille » qui sont rageuses… Alors quoi? Il y a des fausses filles? La blague. J’avais justement réagis à un article du magazine Paulette qui rageait contre la pub Victoria’s secret et ses mannequins parfaits en disant que les gens voulaient des « vraies filles » soit disant rondes ou un peu moins bien faites et moi qui suis toute mince, je me suis sentie complétement rejetée. Soit j’étais pas une vraie fille, soit j’étais considérée comme une fille anorexique, cimer les filles ! (Soit dit en passant, cette mode de diaboliser la minceur pour que les rondes se sentent mieux, c’est horrible. Jamais j’oserai dire à une fille ronde qu’elle est grosse, par contre moi je dois fermer ma gueule quand on me dit que j’ai la force d’un moineau mort…).
    Enfin bref, désolée pour ce long commentaire, un peu mal foutu, qui voulait surtout dire que les mecs sont parfois à l’ouest à propos de ça, mais que ce sont nous, les filles, qui somment complètement perdues. Parfois je rêve d’un scénario un peu fou où les filles arrêtent d’accepter de se mettre nue pour vendre un gel douche, une voiture ou un film d’horreur naze, ce qui fait basculer le monde entier. Sans nous les filles, et nos corps de rêves, l’économie et la façon dont notre monde tourne prendrait un gros coup dans les dents, et je pense que c’est ça aussi dont il faut qu’on se rende compte…
    Je sais pas si tout ça est très clair haha mais au moins j’aurai ajouté ma petite participation au débat en essayant de vus faire partagé ma pensée.

    Love

  • @jdek_twit dit :

    J’ai adoré IT Follows http://www.madmoizelle.com/it-follows-critique-306722 et en même temps je suis aussi d’accord avec toi, poils aux bras.

    Je pense que le sexisme y joue un rôle à part entière. Ce sont les films d’horreur qui exacerbent et donc permettent de mieux comprendre les « émotions » qui nous parviennent de notre cerveau reptilien. D’ailleurs, depuis que les hommes et les femmes sont sur cette terre, il n’y a pas eu grande évolution dans la nature humaine… (ah si, il y a quand même un petit peu moins d’esclavage, le droit de vote et d’avortement pour certaines femmes et le mariage pour tous dans certains coins du monde).

    Je suis sexiste mais je me soigne.

    PS: Tu penseras à acheter un bouquet à ton homme pour la St-Valentin ;-?

    JDK Don’t Worry Be Happy ! 😀

  • Jess' dit :

    Tu. Es. Légitime. Point barre.
    Femmes à propos du féminisme, on l’est toutes quand on est sincères et qu’on se renseigne. On peut dire des bêtises par méconnaissance parfois mais on reste légitime.
    Et tu es très suivie donc c’est encore plus crucial que tu te sentes légitime.

    La réaction de certaines féministes ou militants, prend-la aussi avec des pincettes. Quand on a gravi la montagne, c’est toujours plus facile de dire à celles et ceux qui l’attaquent seulement qu’ils y connaissent rien. La grande difficulté avec les années je trouve, c’est d’arriver à rester bienveillant avec celles et ceux qui commencent le chemin, ne pas les rabrouer car ils ne voient pas encore certains détails, ne font pas encore bien certains trucs. C’est nul et contre-productif mais le risque est réel.

    Quant à ton évolution…ça fait déjà quelques temps que je te suis et lis avec plaisir tes réflexions. Je déteste pourtant la culture girly dans laquelle je ne me reconnais pas et dont je hais la pression. Alors te lire, te voir passer dans le féminisme, élargir tes sujets de posts…sans pour autant te renier, c’est cool. Continue!

  • Carry dit :

    (Petit commentaire en plus, que tu pourras supprimer par la suite)
    J’ai vu que tu citais Petra Collins dans tes références, tu connais surement mais si ce n’est pas le cas, regarde le travail de Arvida Byström. Elle est « girly », elle aime les couleurs pastels, le rose et les licornes et pourtant elle s’est affranchie de tous les codes de la féminité de par sa pilosité qu’elle laisse à l’air libre et rien que pour ça, je la respecte trop. Je me dis que ce petit acte, qui parait tellement anodin, doit être tellement dur à assumer au quotidien… Enfin voilà tu me diras ce que tu en penses si ça te dit !

  • Marjorie dit :

    Petit réconfort du soir, de tomber sur ce poste.
    D’abord parce que ce que tu dis semble intéressant et très juste, parce que tu admets les faiblesses que tu as toi-même pu présenter a ce sujet, tu sais les assumer et rebondir, ce qui est courageux, honnête, et je pense, essentiel au fond. Ça fait du bieeeen d’entendre ces choses là qui souvent ne sont pas révélées.
    Ensuite parce qu’on réalise qu’il n’y a pas d’age imposable a la maturité d’esprit. Moi qui, à 21 ans, commençait a culpabiliser de douter, de ne pas avoir d’opinion affirmée sur tel aspect de la société, de ne pas être capable de prendre position sur tout… On m’en a récemment fait le reproche ce qui m’a un peu blessé et déstabilisé. Maintenant je me dis que ce n’est finalement pas si dramatique que ça, et que c’est peut être meme une richesse.
    Alors merci 🙂

  • Elise dit :

    Bravo,

    Non pas pour le sujet du message, même si ce combat est important, mais pour le courage, l’honnêteté et l’intelligence qui s’en dégage.

  • Pauline dit :

    Salut Diglee,

    Tes mots raisonnent vraiment en moi sur ma remise en question actuelle. Pour ce qui est de ta bannière, je voulais réagir : il n’y a aucun message anti-féministe là dedans, car pour moi, au contraire, l’important est de pouvoir s’habiller comme on veut et aimer les paillettes si on le veut. Tant que tu n’affirmes pas qu’être une fille c’est ça et uniquement ça.

    Et ça me rappelle certains articles de Madmoizelle où elles mettent justement en avant le fait que l’on puisse s’habiller comme on le veut, malgré le harcèlement de rue, malgré les clichés véhiculés (« une meuf en talon et jupe courte veut forcément coucher avec un mec là tout de suite »), et malgré le slut shaming (–> Grosse remise en question pour moi aussi le slut shaming, j’ai réalisé que je véhiculais aussi les clichés avant ça).

    Bref, pour résumer, je te suis depuis quelques années et d’autant plus maintenant que l’on entame une réflexion au même moment sur le même sujet.

    Bonne continuation à toi !

  • viviane dit :

    Bonjour,

    J’ai adoré te lire. Non seulement tu as un talent fou pour le dessin mais en plus tu as une très belle plume, douce et incisive. Comme toi, comme le paradoxe féminin, comme nous tous. J’ai longtemps cherché un truc super intelligent à te laisser en commentaire, une direction claire, mais je vais faire comme les psychiatres, répondre à une question par une autre question 🙂 Peut être que l’unique interrogation serait « Qui je veux être ? et non qui faudrait il que je sois ? » N’y a t’ il pas autant de vision de la féminité qu’il y a de femmes ? Et ne serait-ce pas là toute la liberté de chacune d’entre elle ? A condition d’avoir réfléchi sérieusement à la question et me semble que c’est ton cas. Le pire ennemi d’une pensée c’est l’absolutisme, vouloir représenter l’image/la direction/les valeurs parfaites. Nous n’atteindrons jamais cet idéal et de la savoir permet de s’en rapprocher au plus près. Cultivons le paradoxe comme une richesse et non comme un égarement. Si tu penses à ce que tu fais et que tu le fais avec amour sans volonté de blesser. Alors tu es dans le vrai. Parfois malheureusement, face à des personnes butées/ignorantes/ou qui elles mêmes se confortent dans des clichés, la réponse peut aussi être « Qu’est ce que ça peut te foutre ? » 🙂 Protège toi. On sent dans tes notes que tu as une volonté de transparence, tu reconnais tes limites, tes peurs, ta sincérité est touchante. Explique, mais ne te justifie pas. Tu n’as pas de comptes à rendre. Une femme, dans son désir de liberté et d’égalité envers les hommes doit elle devenir son image ? J’ai arrêté d’employer le mot « féminisme » en me décrivant car c’est une réponse aussi radicale que le machisme. Et j’ai aussi beaucoup remarqué que si on voulait qu’un homme soit sensibilisé à un discours, ne pas employer ce mot était assez judicieux. Ayant évolué dans des milieux punk, j’ai pu remarquer la détresse des genres et des sexes. Certains hommes « féministes » se retrouvaient véritablement coincés dans leurs idéaux, sous l’emprise tyrannique de certaines femmes devenues elles même machistes… expérience intéressante. Je terminerai donc avec cette citation « Une personne qui fait du mal, est une personne qui souffre, on ne combat pas la souffrance, on l’apaise » Bonne journée. V

  • Fanelle dit :

    « Quand on a 17 ans, qu’on rêve d’être actrice et qu’on nous dit que « telle scène » sera à jouer en petite culotte sans quoi on ne sera pas retenue, je ne suis pas sûre qu’il soit si AISÉ de dire non.
    Ça, c’est dégueulasse, et c’est une réalité établie par une société patriarcale ancestrale qui pense que l’homme a du désir sexuel, que c’est dans sa nature d’homme, et que la femme est là pour y répondre, qu’elle n’a pas de désir propre (ou alors, c’est une pute). »

    Tout à fait bien résumé !!!

    Que dire de plus… Si tu gardes une apparence « soft » quand tu cherches du taf, parce que toi, tu penses que tu vends tes compétences et pas ton corps, c’est marrant, c’est pas toi qu’on emploie !!!

  • Chlouwy dit :

    Je partage, comme d’habitude ! En espérant que cela fera changer les moeurs…
    Merci pour tout ce que tu fais ♥

  • vi dit :

    Beaucoup d’interrogations dans ces derniers pots. Votre démarche est sincère, bravo.
    Perso, ce qui me rebute le plus, ce n’est pas qu’on habille les filles en rose ou les garçons en bleu, c’est plutôt le côté mercantil qui se cache derrière.
    L’individu n’est pas un objet à vendre, homme ou femme. La plupart des produits pour enfants sont des horreurs marchandes, stéréotypées, sans aucune valeur artistique. Pour vendre des tonnes de niaiseries, on est capable des pires scènes porno (cf. photo pub marques de luxe) sous prétexte d’art alors qu’elles sont sont le résultat de beaucoup trop d’argent mis en jeu et d’études marketing hors de prix.
    Le sexe sert à vendre et sexualiser tous les objets aussi.

    Bonnes recherches à vous

  • Edith dit :

    Bonjour Maureen,
    Si je peux me permettre, pour Madonna, c’est avant toute autre chose du marketing.
    Son attitude fait parler & tout ce qui a trait au sexe se vend très bien chez les frustrés qui sont très nombreux !!
    Et tout cela remplit le compte en banque de la dame.
    Bonne journée.

  • Tiffany dit :

    Bonjour,
    Je lis tes articles de blog depuis celui sur le sexisme que j’avais partagé car adoré! J’ai acheté l’agenda 2014-2015 et depuis peu, j’achète aussi tes BD. Je ne trouve pas du tout que tes dessins sont antiféministes car je les vois plutôt comme de l’auto-dérision, oui on aime porter des talons et alors?
    En tout cas, j’ai lu tes deux derniers articles et je ne vois pas du tout en quoi tu as pu être incohérente dans tes propos! J’admire ta « lutte » (si on peut parler de lutte mais je pense que s’en est véritablement une) et la façon dont tu le fais (le dessin ça donne toujours plus envie qu’un gros pavé où on a lâché après la première ligne aussi intéressant qu’il puisse être).
    Tu auras toujours des critiques de personnes qui ne se rendent pas compte de tous les clichés véhiculés. Je travaille à UGC à Lyon (Part Dieu) et je me rend bien compte de tout cela mais tes articles m’aident encore plus à le comprendre donc je te remercie! Continues comme ça!

  • Ombelle dit :

    Bravo pour le post précédent et pour l’attitude! je me souviens avoir écrit ici il a longtemps sur le sujet maison close et je pense que ton cheminement nous a rapprochées!! pour ce post ci, tranquille! peu importe ce que tu as dessiné ou ce que tu porteras ou diras! !! laisse causer! une chose est sure: quand on dénonce quoi que ce soit, les haters hate et nous plaquent sous le nez une quelconque tare que nous avons, un comportement fautif (pour dénoncer il faudrait être pure comme la neige? comme ça facile, personne n’ose dénoncer quoi que ce soit!! et l’immobilisme règne….) ou la variante, on te plaque sous le nez un autre malheur du monde supposément plus grand pour décrédibiliser ce que tu défends.. deux attitudes à regarder comme ce qu’elles sont: de la mauvaise foi et des attaques réactionnaires !! entre parenthèses le cinéma est déjà épuisant de sexisme, mis la télé?? c’est hallucinant, les pubs en général? quand tu as des enfants et que tu vois le discours qui les matraque, tu flippes! quelle liberté pour s’affirmer et s’épanouir? courage pour tout !! bon dessin et bonne route!!

  • Maryline.G dit :

    J’avoue ne pas avoir lu tous les commentaires, alors j’espère que je n’aurais pas été la seule à dire ce qui suit et qui me semble logique! Je pense que ce post n’aurait jamais dû exister ou tout simplement qu’il n’avait pas a être nécessaire! Je suis d’accord que la critique est essentielle pour avancer, mais je pense que tu n’avais pas besoin de te justifier auprès de ceux qui ne comprennent pas ta position ou ton discours. Ça s’appel la vie, on grandi, on évolue, on affine notre vision du monde avec le temps car celui ci ne fait que changer. Ne pas avoir de regrets sur les posts passés, juste s’en servir pour mieux s’orienter ou se comprendre.
    Keep going!

  • May dit :

    Chère Maureen,
    Tu poses avec intelligence et lucidité des dessins et des mots sur les questionnements qui me traversent depuis des mois.
    Donc MERCI.

  • Marion dit :

    Cette « mise au point », elle avait l’air nécessaire (pour toi) pour clarifier les propos et c’est sûrement plus utile et moins démoralisant que de répondre au cas par cas dans des commentaires (et on sait bien que ça ne sert à rien)… MAIS.

    Déjà je trouve que tu n’as pas à t’expliquer sur le premier point, ce qu’on te reproche est complètement à côté de la plaque. Tu as toujours parlé des thèmes qui te tiennent à coeur sur ce blog depuis le début, alors si tu commences à entrer dans ce genre de justification ou de débat, tu en as pour la vie entière.
    Je connais le travail de Mirrion Male et je l’apprécie vraiment beaucoup, mais je suis pour la multiplication des actions ! Quel est le but d’aller tacler qqn parce qu’il fait un post (argumenté) sur le sexisme ? On devrait plutôt l’applaudir.
    Ensuite tu parles de ce que tu veux, c’est normal que tes centres d’intérêt évoluent, et c’est tant mieux.
    Suit ton blog qui veut.

    Pour bien connaitre l’illustration aussi, je sais que ce n’est pas facile de sortir d’une production « genrée » (c’est le mot à la mode), parce que c’est ce qu’on nous demande le plus souvent. Alors on s’enferme dans des schémas par confort ou par peur.
    J’oserais même faire un parallèle avec ce que tu dis sur les jeunes actrices de 17 ans qui se dénudent quasi systématiquement… Quand on débute on n’ose pas toujours dire non aux princesses, aux chevaliers, ou aux stéréotypes « girly ». C’est comme ça, c’est plus simple. Il faut du courage pour sortir de ces stéréotypes installés, ou pour les faire évoluer.

    Ensuite, j’ai toujours pensé (peut être naïvement) que tes dessins « à caractère sexiste » étaient empreints de second degrés, ou du moins qu’ils portaient en eux une part de dérision.
    Cette légèreté assumée me plaisait bien, et elle n’est pas du tout incompatible avec un discours féministe, alors j’espère que tu vas continuer à dessiner des paillettes !

    L’égalité et le féminisme sont des terrains glissants, tu ne pourras jamais en parler publiquement sans te faire d’ennemi(e)s, ça ne s’est jamais vu jusqu’à aujourd’hui et ça n’ira pas en s’arrangeant… Alors je te félicite pour ton courage et pour ta franchise, que je trouvent exemplaires.

  • Sarah dit :

    Le post le plus intéressant à mon goût, wawh tu as poussé la reflexion et je t’en remercie, je n’ai que 20 ans et je me revendique assez timidement féministe pour le moment tant c’est complexe comme sujet et j’ai toujours peur de me contredire ou de ne pas être cohérente. Tu as su en pointer les nuances, les interrogations, les paradoxes avec simplicité. je te suis depuis quelques années et je vois ton évolution au niveau de ton travail et du message que tu fais passer à travers lui. Bravo.

  • Sarah B. dit :

    Et quand bien même Maureen, tu as placé des clichés sexistes involontairement dans tes BD?… Qui n’a jamais réagi par automatisme? On est toutes et tous encore bien imbibé(e)s de ces clichés. Et ce même après avoir pris conscience de tout cela. Il faut quand même se rendre compte qu’il y a plus de 20 ans d’automatisme à « corriger ».
    Tu es illustratrice, tu es jeune. Tu évolues. Et ton évolution se voit au travers de tes dessins. Il y a eu pour toi comme pour nous tous une prise de conscience énorme sur le sexisme aujourd’hui.
    Le tout c’est pas de se concentrer sur ce qu’il y a eu avant mais sur ce qui se passe maintenant. Comme tu dis, tu as la chance de faire un métier qui te permet de faire passer des messages. Et tu y parviens, en plus d’avoir un très joli coup de crayon.
    Je vais pas te faire de pavé parce que vu le nombre de commentaires que tu reçois, tu ne dois plus t’y retrouver.
    En clair, ne te justifie pas. Transmets ce qui te semble juste. Transmets ce qui sont tes valeurs et que tu penses juste de vouloir partager. Il n’y a pas de vérité absolue juste un échange et le respect de l’autre.

    Pour en revenir à ton autre article où tu te lâches sur « It follows », je ne peux que partager ton avis. Toujours les mêmes clichés de la femme grande, longue, belle, longues jambes, petite tenue etc. Nudité apparente parce qu’il faut bien exciter les mâles qui regarderaient le film. Et là encore c’est du sexisme parce que c’est poursuivre le cliché du mâle qui a besoin de voir un femme nue pour garder sa concentration durant le film. Ouh le vilain mâle en rut qui a besoin de voir sa sexualité constamment stimulée.
    Je suis sidérée par la réaction de tes amis. Il est toujours plus facile de fermer les yeux et minimaliser que de les ouvrir et faire des efforts pour que les choses changent. Dur de sortir de son confort et d’ouvrir son gueule. Mais par peur d’être rejetés, les gens préfèrent plutôt la fermer.
    Que veux-tu. J’avais une prof au collège qui disait: « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. »
    C’est là que, je pense, il faut réfléchir sur le rôle des instits et des profs qui jouent un rôle majeure dans la sensibilisation au respect de l’autre à leurs élèves. Respect de l’homme, respect de la femme, respect de sa vie privée etc. Ca doit commencer le plus tôt possible et pas qu’avec les parents.

    J’aurais tellement d’autres choses à dire mais vu que tu es inondée de commentaires, je vais en rester là.

    Continue, Maureen, ton métier, ton talent et ta voix sont des atouts précieux pour tordre le cou aux clichés et mettre en avant ce qui est caché.

    Bises

  • Georgia dit :

    Diglee,
    Bravo pour ton courage, d’oser évoluer et en plus d’assumer publiquement cette évolution, pas toujours évident vu les polémiques souvent stériles qui flambent vite sur les internets…

    J’ai été très intéressée par ton billet et par le précédent sur « It follows », qui ont complètement cassée l’étiquette « blog girly pas très intéressant » que j’avais collée à ton site (une belle remise en cause pour moi aussi donc !).

    Plus je vieillis (bon, j’ai ton âge…), plus je mouline les sujets complexes qui me trottent dans la tête (féminisme et autre, écologie, alternative au capitalisme…), plus j’ai en tête le titre d’un livre d’interview de Desprogres, « La seule certitude que j’ai, c’est d’être dans le doute ».
    Je crois qu’il ne faut jamais arrêter de douter, pour continuer à avancer, mais qu’il faut aussi être très très indulgent avec soi-même, avec ce qu’on a pu penser comme juste à un moment.

    On fait toujours ce qu’on peut avec ce qu’on est, ce qu’on sait, notre contexte de vie. Quand on repense à qui on était quelques années en arrière, parfois on se fait peur, mais dans 10 ans, on aura peur de notre « nous » de maintenant sans doute ! Mais c’est pas grave, c’est la vie. Et il y a dans mon entourage trop de gens insupportables parce qu’ils pensent détenir la vérité pour que j’arrête de douter, même si c’est souvent fatigant !

    Bref, encore bravo, et courage pour la suite, je reviendrai te lire.

  • Maïpi dit :

    Ca fait longtemps que je te suis/lis et jamais je ne commente.
    Hier j’ai pris le temps de tout bien lire ton billet, aujourd’hui, j’avoue, je ne le lis qu’en travers.
    Mis je t’écris pour te dire que je suis tout d’accord avec toi. Refuse le sexisme, c’est accepter qu’on peut aimer les paillettes, se balader à moitié nue, et ne pas subir des remarques déplacées pour autant. C’est aussi permettre aux mecs de porter du rose, des dentelles, des jupes, si ça leur chante. C’est s’offusquer qu’on fasse des remarques sur les tenues vestimentaires des journalistes/femmes politiques, avant de parler de ce qui sort de leur bouche (et leurs méninges) et ne même pas remarquer qu’un journaliste a porté exactement la même tenue à la télé durant un an (c’est un Australien, qui voulait combattre justement l’injustice sexiste qui fait qu’on s’intéresse à la trogne de sa collègue et à ses dires à lui, un mec bien quoi).
    Bref, je suis pas spécialement féministe,car je ne me reconnais pas dans beaucoup de discours revanchards de la plupart de mes contemporaines qui s’en revendiquent. J’ai aucun compte à régler avec personne, mais j’ai bcp à combattre dans ma volonté anti-sexiste qui concerne certes plus souvent les femmes que les hommes mais est loin d’exclure ces derniers. Je me revendique antisexiste primaire, et j’aurais été tout aussi offusquée que toi de la non-réaction ou non-compréhension de tes potes de ciné (car c’est de là que ton post est parti).

    J’ai fait un message pas du tout construit, mais ça, tu t’en fous, hein ? 😀

    La bise. Et continue.

  • Louise dit :

    Merci Maureen pour ce post génial, et pour ton blog en général.
    Ça fait du bien de temps en temps de remettre les points sur les i.
    J’espère qu’on pourra tous et toutes faire avancer les choses !

  • Lili dit :

    Bonsoir,
    J’ai découvert ton blog il y a 3 ans et je le suis régulièrement car… il me plait tout simplement!
    Ensuite, on a beau essayer d’être parfaite, ben parfois, on failli… Avoir des contradictions, c’est bien aussi, surtout si on en est consciente! Je me surnomme parfois « MLF à moi toute seule » et j’assume totalement le fait d’être une fille qui s’habille comme elle veut (moi ma guerre de 14-18 dans ma tête en ce moment, c’est quid des femmes qui portent le voilent… et je travaille sur les quartier! Bref…). Je n’ai pas encore d’enfant mais j’ai une filleule; haute responsabilité morale (c’est la fille de ma meilleure amie, alors, oui, je prend mon rôle au sérieux!). A Noël, dilemme: je suis tombée sur une chaussette garnie Reine des neiges et je sais qu’elle en raffole (de ce truc de fille, bleu certes mais bien fifille tout de même!). Et bien vu sa mine méga réjouie quand elle a ouvert le paquet, je n’ai pas regretté! Elle avais un autre cadeau pour contre balancer ;p (autre exemple: pour ses 2 ans, elle a eu droit à un tutu repetto… rose… avec un t-shirt gris imprimé tête de mort!! – Merci Gap et son rayon bien garçon ;p ).
    Voili, voilou pour ma petite contribution: ne pas être parfaite mais ne pas être dupe non plus. Continuons à être ce que nous sommes!!

  • Chou dit :

    Je pense que ça doit être mon premier commentaire sur ton site, je te suis depuis la sortie de ton premier livre. Pourquoi ? Pour la fraicheur qui y était présente. J’ai donc suivit ce blog pendant des années mais je dénote quelque chose qui a changé ces derniers temps. Mise à part le fait que tu as disparu, ce que je peux comprendre vu le temps que tu passes sur un post et les commandes en cours que tu as surement. Mais je me pose une question: si tu remets en cause toutes ces années de « frivolités » pailleteuses et pink, pourquoi ne pas fermer ce blog ? Peut être est il temps pour Diglee de tirer sa révérence pour laisser Maureen s’épanouir ?
    J’ai la sensation de t’avoir perdue en route.. Je trouve tes posts longs, moins recherchés, moins drole, excuse moi je te donne simplement mon avis. Je retrouve trop l’influence d’autres illustratrices dans tes themes et j’ai la sensation que tu t’es perdu toi même… Mais plus grave, pour moi, le fait de commencer a dénigrer ton ancien travail c’est aussi un peu nous dénigrer de l’avoir apprécier. Je pense que tu devrais juste etre fiere de ce que tu as fais jusqu’ici sans te remettre perpétuellement en question, je trouve ça personnellement assez fatiguant, et prendre simplement une nouvelle route. Évolue, n’enterre pas ton passé, ça ne t’aidera pas.
    Voilà…

  • Nono-la-Manette dit :

    Bonjour, Diglee.

    Je fais partie de ces féministes qui vous critiquaient parfois. Et je vous aimais bien en même temps, parce que tout n’était pas que clichés sexistes dans ce que vous faisiez non plus.

    Je voulais vous dire chapeau. C’est super rare de se remettre en question. C’est rare de tomber « tard » (même s’il n’est jamais trop tard) dans le féminisme, je suis un vieux militant et je l’ai rarement vu. C’est courageux, vous risquez d’y perdre une partie de votre public mais vous le faites, ça veut dire que vous êtes sincère dans votre travail d’artiste, et ça c’est rare aussi.

    Donc bravo, et courage pour la suite.

  • Ramhione dit :

    Bonjour Diglee,

    Je suis d’accord avec tes propos, et je trouve qu’en effet, on voit que tu évolues de jours en jours dans ton discours. Je pense qu’il en est de même pour la plupart des gens qui ont une réflexion, la pensée grandit, elle se précise avec les expériences. En tout cas, j’adhère totalement à ton discours, et j’avais déjà le même avis plusieurs années auparavant… ce qui ne m’empêche pas d’apprécier tes dessins depuis longtemps. Si je trouvais parfois, le côté girly poussé loin, c’est aussi ça qui me fait rire. Je considère presque ça comme une caricature de la gente féminine. Il faut savoir prendre du recul sur les choses, même si encore une fois, le sexisme passe souvent malheureusement par l’humour (je pense à la publicité par exemple). La question est épineuse…
    Bref continue à nous donner ton avis perso, c’est toujours agréable de découvrir de nouvelles références, et de voir que l’on est nombreuses dans cette même recherche…

  • Lafapidd dit :

    Je n’ai qu’une chose à dire Maureen : Big up !
    Et merci – zut ça fait 2 ^^
    Marie

  • ElNizulf dit :

    La naissance d’une féministe, c’est toujours magnifique 🙂 Félicitation et bon courage pour avoir ouvert les yeux. Une fois que l’on se rend compte de tous ce sexisme au quotidien, ça devient difficile mais il faut supporter et dénoncer, bravo DIglee, tu changes de ces blogs d’illustratrices à chat et ptit copain meuble qui parlent souvent de sujets futiles.

  • lea dit :

    Vous n’êtes qu’une autre féministe blanche qui se permet d’écrire des conneries telle que le racisme dans le cinéma est intoléré. Depuis quand? Dans un pays où le racisme est subventionné par l’état?
    Genre vraiment, Qu’a t’on fait au bon Dieu était le meilleur film au BO français l’année dernier.Puis il y’avait Samba autre film raciste, et sans parler de Bande Fille film raciste fait par une autre féministe blanche encensé à outrance par la presse blanche.

    Je n’attend rien d’autre des féministes blanches que de la malhonnêteté intellectuelle.

    Je suis juste heureuse que vous ne nous avez pas sorti le fameux women is the Nigger of the world.

  • Melo dit :

    Bonsoir,

    Ayant lu tes propos et te suivant depuis quelques temps (années), je te soutient et comprend que tu dois te poser pas mal de questions.
    Oui nous faisons tous des erreurs, mais c’est ce qui nous fait avancer, changer, reflechir, voir les choses autrement. Nous évoluons tout les jours un petit peu… nous changeons de cap à un moment donné, c’est normal, on passe de 20 ans à 27 ans , en 7 ans il s’en passe des choses !
    Juste pour dire : meme si on aura jamais confiance en nous, il est bon d’être soutenu et de soutenir nos idées et idéaux.
    Garde le cap, je crois en toi et ton travail 🙂 (et moi meme je suis perdu, qui ne l’est pas à un moment donné).
    Et concernant ton article, je t’approuves et je pense la meme chose, je disais exactement les meme propos que tu tiens / tenais depuis des années et aujourd’hui encore… et si on peut faire changer les choses, allons-y (et tu as le moyen, je pense, de faire circuler tes idées plus facilement que d’autres).
    MERCI pour tout, Bon courage, et bonne continuation 🙂
    (et bonne soirée)

  • Madeleine dit :

    Il y a beaucoup de racisme dans le cinéma, tu ne te sens simplement pas heurtée et ne le remarque pas quand cela se présente. La réponse de Lorenzo sur son blog est parfaite par ailleurs.

  • EmiQND dit :

    Il n’y a aucune justifications à donner avec le fait d’être en petite tenue et par la même féministe. Quand on parle de libération de la femme, c’est aussi pour pouvoir se balader en petite tenue sans avoir à se justifier. Je ne suis pas particulièrement féministe mais je suis une femme. Une femme qui supporte plus toutes c’est discréditations, être féministe c’est essayer de changer cette mentalité biaisé encré dans notre société mais c’est aussi accepté l’engouement de l’homme pour la femme et ainsi son envie et besoin de la voir dénudé.

  • Steff la voisine dit :

    J’ai lu très peu de commentaires donc je vais certainement répéter des choses déjà écrites.
    L’idée que j’ai envie de faire passer c’est qu’on soit un homme ou une femme nous sommes tous influencés par notre éducation, nos expériences, nos lectures et surtout par ce que véhicule la société. A chacun de faire le tri pour se trouver soi et c’est loin d’être évident, nous vivons dans un monde basé sur la consommation, sur l’image. Nos envies nous sont dictées, nos pensées sont orientées.
    A côté de tout ça, tout le monde y va de son opinion, chacun défend son clan, sa communauté…
    Pas toujours évident donc de faire des choix, de se croire totalement libre, de ne pas se sentir sous influence.
    Je dirais que ce sont les expériences qui nous forgent, les rencontres, les lectures. Tout cela joue sur nos sensibilités différentes. Et là ça commence à être un peu plus clair dans notre tête. Nos convictions se forment
    Les principales idées qui te caractérisent tu les as depuis certainement longtemps mais tu les exprimes sûrement différemment.
    Si tu veux faire passer tes idées et éclairer, ouvrir l’esprit des gens, tu pourras le faire avec subtilité, sensualité et humour. Ton message passera, doucement, petit à petit, peut-être pas chez tout le monde (il y des cons qu’on ne pourra pas sauver) mais tu arriveras à diffuser tes idées. Elles ne sont pas vraiment confuses puisque je suppose que tu as toujours été pour l’égalité homme/femme. Les paillettes sont un faux problème selon moi 😉

    Ne te sens pas non plus obligée de te trouver tout de suite, d’avoir des opinions tranchées sur tout. Nous avons tous le droit d’avoir des contradictions.

    Voilà pour mon commentaire pas très bien construit 😉 Je me relis et j’ai un peu honte ;P

  • Carla dit :

    Hello Maureen,

    Moi je te suis depuis de longues années ton blog et c’était ce coté girly qui était très attachant (quoi que très rose quand même parfois ahahah) mais clairement avec les années nous avons vu ton personnage évoluer et c’est ca qui est beau. Nous nous retrouvons un peu toutes en toi et je dirais que pas beaucoup de gens prendrait la peine de réaliser un post « réponse aux réactions ».

    Bravo!!
    (laché de paillettes habillée en commando!)

    XX

  • Natacha dit :

    Hi Diglee !

    Je t’avouerais que j’ai été un peu déçue par tout ça en lisant la réponse de Lorenzo hier soir.
    En fait j’ai été surprise par le titre de son article, et également par le fait que cet « ami » que tu avais croqué était Lorenzo !
    Quand j’ai lu ton post la première fois, je t’avouerais que j’ai relu parfois certains passages, parce que je ne comprenais pas le lien avec le féminisme. Je suis attentive à cette notion de « sexisme » depuis quelques temps, notamment parce que dans la com’ souvent y’a des dérapages… Ton post appelait un nouveau questionnement pour moi vis à vis du cinéma que j’affectionne tant. Hors dans la présentation que tu as fait du film, je pensais qu’on avait à faire à un gros nanard américain avec d’énièmes clichés imbuvables. Mais la description qu’en a fait Lorenzo m’a du coup intriguée, avec tout l’aspect métaphorique du film. Je pense qu’il y a eu des raccourcis et une focalisation à partir du moment que l’héroïne n’était pas très habillée, en sous-vêtements etc… C’est dommage en effet que vous n’ayez pas pu en parler tous les deux à la fin du film, et je comprends que légèrement échauffé par le sujet, tu te sois lancée dans un exutoire au dessin.
    Après coup, (et après avoir partagé ton post sur Facebook), je me dis que moi aussi j’ai du relire ton post, essayer de comprendre ce qui m’avait chagriné au premier abord, « digéré » le sujet, et peut être aussi « me faire mon propre avis » sur le film en question. Mais la façon dont tu l’avais présenté m’avait stoppé, et je serais peut être passer à côté, au vu des propres de Lorenzo qui y a vu un bel exemple de cinéma (raison pour laquelle je décide quand même de le voir).
    Je pense qu’il y a du bon et du moins bon dans vos oppositions et la quête d’un sujet n’est pas toute simple, justement au fil des années, parfois l’avis qu’on avait sur un sujet peut totalement basculer, être remis en question. Bref, le débat n’est jamais clos, en tout cas s’y on s’attache à entendre ce que chacun a à dire. A quand le post de l’après-débat de tous les deux ? 🙂

    Des bisous Diglee ! And keep going this way !

  • Appo dit :

    Haaaaan un tome 2 de forever bitch !! <3 <3 <3 quand est ce qu'il sort ???

    Et sinon, j'adhère totalement à ton point de vue. Mais malheureusement, je ne sais pas encore comment faire comprendre ce genre de chose… on en est tellement loin….

    La nudité, la sexualité des femmes, ce sont des choses encore tellement tabous dans l'esprit commun quand ces dernières (les femmes) ne sont pas objétisées (j'adore le terme).
    Je ressens encore tellement fort le clivage entre les femmes qui "couchent", et celle qui sont "biens". Les femmes à l'aise avec leur corps, leurs nudités, considérées comme "faciles", et celles qui se couvrent pudiquement, considérée comme "bien".
    Et comment leur faire comprendre, à tous, que c'est leur CHOIX qui importe.
    Le sujet est tellement vaste, les mœurs tellement ancrées. J'avoue que c'est un long, vaste et difficile débat.
    Mais chapeau pour le post.
    En fait, j'adorerai en discuter de vive voix. Si un jour tu proposes une rencontre avec tout le monde hein ^^

    des biz

  • Ydrill dit :

    J’adore TOUT ce qu’il y a écrit dans cet article !

  • Je ne vois pas le rapport entre ton propos et ta bannière…
    On peut être une femme féminine, aimant le rose, les paillettes, les licornes, les chats, les talons (etc) et être pour la cause féminine!
    Ton article sur le film m’a beaucoup parlé, je m’énerve de plus en plus devant des films où soit la nana est à moitié idiote et en tenue très légére soit la nana est intelligente et là on nous l’a colle en col roulé, boots etc… Alors que les messieurs, quoi qu’il arrive garde une certaine intégrité visuel.
    Que la nana soit sexy je m’en fiche complétement, mais qu’elle soit à moitié nulle sans aucun rapport aucun avec le propos du film non.
    Tu l’expliques mieux que moi par contre ah ah ah
    Pour l’histoire du « plagiat » oO là, j’hallucine, je trouve que les gens abusent et je ne préfère pas m’étendre sur le sujet ah ah ah
    Bref, continue ce que tu fais, de te battre pour les causes dans lesquelles tu crois et si tu as envie de représenter des nanas comme sur ta bannière, surtout, CONTINUUUUUUE <3
    Ah ah ah J'ai 28 ans, j'aime les paillettes, les licornes, je suis Maman, je crois en la femme en tant qu'être humain et non objet et je te fais des bisous 😀
    A bientôt

  • Flore dit :

    Hello

    Il ne s’agit pas tant d’une « fraude », je suis assez persuadée que vous êtes convaincue de vos propos… Il s’agit de tout mélanger et de tout diaboliser. BREF. S’il faut vraiment prendre un parti je serai de l’avis de Lorenzo, et je suis par ailleurs assez affligée qu’il n’y ait pas de lien vers son article.

    Bonne continuation, faites vos petits dessins sur votre vie mais laissez ces sujets tranquilles avant de comprendre de quoi il s’agit véritablement.

  • Luna dit :

    Bravo à toi.

    Une vieille de 40 ans qui n’a pas ton énergie et ton talent. Mais BRAVO !! clap clap clap

  • LN dit :

    Je suis allée lire la réponse du jeune homme ridiculisé dans votre précédent post. Ça m’avait choquée que vous le présentiez ainsi tout en précisant que vous étiez amis. Le désaccord n’exclue pas le respect.
    Le principe est assez détestable. Du coup, on ne s’attend pas à vous voir adopter un féministe qui ne diaboliserait pas tout débat. Si la personne qui n’est simplement pas dans la même lecture que vous d’un film (ce n’est qu’un film, une œuvre peut offrir plusieurs lectures, le nier c’est entrer dans une forme de censure plus que douteuse) se retrouve illico au pilori sur internet, on n’est pas franchement dans un débat ouvert, respectueux et sain.

  • Eve dit :

    Bravo pour le courage de dire tout ça, en effet. C’est bien d’avoir un combat.
    Juste une chose, je reprends un petit passage : « …une société patriarcale ancestrale qui pense que l’homme a du désir sexuel, que c’est dans sa nature d’homme », personnellement je pense que oui justement, un homme n’est pas fait comme une femme et il a des désirs plus « mécaniques » qu’une femme, c’est la nature. (Ce qui ne signifie évidemment pas qu’un homme est une bête affamée qui ne sait pas se contrôler, ce n’est pas du tout ça). On est fait pour être complémentaires, il faut aussi accepter les différences des sexes pour l’épanouissement de chacun. Egalité des droits oui, mais nous avons certains besoins différents. C’est juste mon point de vue.

  • Foals dit :

    Apparemment, tu n’as pas fait attention à certains excellents commentaires sur l’article précédent, notamment celui d’Isabelle B. :
    http://diglee.com/le-sexisme-et-le-cinema-leternel-combat/#comment-102174

    Ou celui de Jieff :
    http://diglee.com/le-sexisme-et-le-cinema-leternel-combat/#comment-102368

    ou encore les courtes mais lumineuses réflexions de LB :
    http://diglee.com/le-sexisme-et-le-cinema-leternel-combat/#comment-102540
    et de Laura :
    http://diglee.com/le-sexisme-et-le-cinema-leternel-combat/#comment-102543

    Ces 4 personnes partagent un point de vue très défendable -et à mon sens, plus pertinent- sur le film.

  • Liiise dit :

    MERCI !!!
    et bravo pour avoir eu le courage de vous lancer dans une telle introspection.

  • Laëtitia dit :

    C’est quand même dingue que des gens trouvent à critiquer suite à de tels posts…
    Ta réflexion, en plus d’être logique, est très poussée, exercice qui n’est pas donné à tout le monde… L’exemple de l’utilisation de nudité à des fins cinématographiques dans « Shame » vs. celui de « It Follows » est très bon.

    C’est normal que tu aies des hésitations sur telle ou telle réflexion… On en a tous (ou presque). Il n’y a pas de vérité absolue, et ceux qui osent penser qu’ils la détiennent manquent cruellement d’intelligence.

    En suivant qu’un temps soit peu ton blog on comprend tout à fait ta démarche…
    Et je ne vois vraiment pas le problème de se représenter court-vêtue entourée de cupcakes… Et en quoi ça remettrait en cause ta position… Au contraire ! Etre féministe c’est être libre avant tout : libre de disposer de son corps, libre de ses choix…
    Après effectivement où est la limite ? Je n’approuve pas du tout les tenues et les comportements de Miley Circus ou de Rihanna, etc. Je doute qu’il s’agisse d’une prise de position féministe, c’est être exhibitionniste et vulgaire avant tout.

  • Vire-tue-elle dit :

    Ca donne envie de réfléchir à tout ce qui nous entoure, merci Diglee !

    https://tienstoiacaroline.wordpress.com

  • Ilham dit :

    Bonsoir Diglee,
    Moi, j’ai adoré ton article sur Mademoizelle, mais là… ton blog me faisait autrefois rire, beaucoup! Et c’est pour ça que je te suivais. Je suis une fille et j’assume de faire des soirées tricot, de prendre des cours pour faire des cupcakes, d’aimer les vêtements bling bling, le maquillage… Bref ce que je ne comprends pas dans ton introspection, c’est la remise en cause de ton travail précédent, de ton ancienne auto dérision… La difficulté, c’est d’assumer sa féminité et je suis ingénieur informatique alors dans ce milieu très masculin, je parle un peu en connaissance de cause. Là, on dirait que tu la regrettes. Mais comme tu dis, peut être as tu vécu des expériences qui t’y ont mené.
    Bref, peut être que ce message est un adieu, car ton blog représentait pour moi un lieu de divertissement, il y a déjà bien assez de médias pour parler de sujets sérieux.
    Merci pour ces moments (sans vouloir citer l’autre;))
    Ilham.

  • Tom dit :

    Maika Monroe, l’actrice qui interprète Jay, a 21 ans, pas 17, et elle n’en est pas à son premier film, alors épargne nous le coup de la petite fille innocente exploitée par le réalisateur. Elle est parfaitement responsable et je doute fortement qu’une actrice aussi douée qu’elle ait un quelconque problème à se dénuder devant une caméra, surtout dans un film de qualité comme « It Follows ».

    Pitié, Diglee, je comprends que tes intentions sont bonnes mais tu n’as juste pas compris le film. Je t’invite à jeter un coup d’œil au commentaire que j’ai laissé hier sur ton post concernant le film, dans lequel je propose ma propre interprétation du film afin de te montrer en quoi tu as, selon moi, tort.

  • Salomé dit :

    Bonjour,

    et merci pour tes deux derniers posts. Je suis ton blog depuis plusieurs années et je vois une évolution, mais évoluer ne veut pas forcément dire se renier. On peut être féministe et girly ou pas tout se qui compte pour moi c’est d’avoir le choix. De s’habiller comme on le veut, d’être frivole…
    Et le plus important et qu’il n’est jamais trop tard pour évoluer et combattre les stéréotypes notamment sur l’image des femmes.

  • TheEroneler dit :

    Ce qu’il manque à cette mise au point, c’est du sang-froid et de la réflexion concernant « It Follows »… Il serait peut-être temps de faire amende honorable sur ce film, qui n’est pas sexiste pour un sou (lisez mon commentaire, et une demi-douzaine d’autres bien mieux écrits que le mien, et de la part de personnes ayant vu le film… ça compte…).

    Il est dommage de constater des attaques à ce film qui sont dénuées de toute once de pertinence ou de vérité. La partialité finira par vous perdre à ce train-là, comme elle perd chaque jour des personnes pourtant conscientes de problèmes systémiques de nos sociétés. Ce serait pure perte pour le féminisme.

  • Chocolat dit :

    Je suis frappé de voir que chaque commentaire n’allant pas dans le sens de l’article se voit presque systématiquement dénigré par des propos absurdes de puérilité. Quel est donc ce dictat de l’opinion? Cette culpabilisation à outrance qui semble ne rien viser d’autre qu’un clivage homme/femme? Pour défendre justement une cause, encore faut-il s’y atteler avec les bonnes armes, car des arguments bancales ne feront jamais que la desservir. Ici le sujet est noble, mais amené avec tant de maladresse et de fausseté qu’il en perd toute valeur.
    Il est triste d’observer qu’une bataille aussi primordiale que celle l’égalité homme/femme soit menée à l’aide d’outils la ridiculisant. Lorsque je lis un article incendiaire (bien mal écrit, soit dit en passant) envers les hommes « écartant trop les jambes dans le métro », ou une plainte intellectualisant outrancièrement un film d’horreur, je plains le brasier égalitaire qui n’est nourri qu’à l’aide de ce bois mouillé.
    Peut-être faudrait-il songer à recadrer le théâtre des batailles afin de faire progresser le conflit.

  • Pia dit :

    Ça avance tout ça, ça avance ! On est sur la bonne voie.
    Courage, continue.
    Et bravo.

    Les questions que tu brasses dans la deuxième partie de ton article m’ont fait penser à ce Must-read absolu :

    https://feminada.wordpress.com/2013/12/29/un-compromis-patriarcal/

  • Anaïs dit :

    Merci pour ces mots qui font du bien. Et je n’ai jamais pensé que tu étais du côté obscur ! =)
    Plein de bisous d’encouragement <3

  • Justine dit :

    Merci pour ce post que j’ai lu attentivement. J’apprécie vraiment le tournant que prend ton blog. J’adhère complètement à ce message qui est de dire qu’être feministe ce n’est pas être anti homme, ni anti féminine. Alors oui ta bannière est « girly » (et même cet adjectif est réducteur), mais ça n’empêche pas d’être feministe et de s’interroger sur la place de la femme dans cette société patriarcale. Le féminisme semble ajd une vieille lutte désuète et a une image de chiennes de garde. Pourtant, je pense que le féminisme a encore besoin d’exister et qu’il peut prendre la forme que chacun(e) d’entre nous veut lui donner. La prise de conscience et la réflexion se font au quotidien par de petits actes.
    Moi ce qui me rend folle c’est cette association systématique des femmes à être des garces entre elles. Bon sang, arrêtons avec ça, et d’autant plus quand on est une femme. Ça suffit de se dénigrer en permanence.
    Voilà, merci à toi de permettre cet espace de discussion.
    Belle route.
    Justine

  • Geoffrey dit :

    J’aime ton blog, et depuis que je l’ai découvert je pose un tout autre regard sur les genres dans l’industrie culturelle au niveau mondial.
    Parce qu’il y a aussi des personnes de sexe masculin qui lisent ton blog, et qui adhèrent à tes idées et à ton cheminement : Je pense que ton blog est une réussite. Un petite victoire, c’est certain. Et un gros coup de bélier dans l’édifice de la société de consommation centrée autour des besoins primaires du mâle.

  • Firenze dit :

    Texte très intéressant, merci.

  • Anne-Laure dit :

    Salut

    Bravo, c’est tres baleze ce que tu fais, le feminisme est une histoire de déconstruction, c’est pour ca que nous n’en sommes pas toutes (et tous :)) toujours au même point, c’est pour ça que la remise en question est nécessaire, parfois douloureuse et toujours courageuse. Je te souhaite de ne jamais arrêter ta reflexion sur toi, sur ton rapport aux autres, à qui tu veux etre, c’est une de choses les plus excitantes de la vie.

  • Shasha dit :

    J’ai trouvé ce post tout simplement parfait ! Je suis tombée dessus via le site cheekmagazine, qui parlait d’assumer son « mauvais féminisme », et je craignais le pire… Mais ton article montre bien que la seule condition pour être une « bonne » féministe, c’est de tout remettre en question, s’interroger sur des clichés, des stéréotypes qui nous ont été présentés comme des évidences, les nier si besoin est. C’est tout ce qu’il faut pour être légitime, à mon sens.
    Et d’ailleurs, je ne pense pas que le féminisme puisse être quelque chose d’inné.. on nous éduque souvent comme ça, on grandit dedans ; quand j’étais petite, je me rappelle m’être entraînée pendant des heures à prendre la pause des princesses disney sur ma chaise de bureau ! Je ne rêvais que d’amour, de prince charmant.. Je ne sais plus quand le déclic est arrivé, sûrement grâce à madmoizelle, mais ça ne me ressemble plus du tout.

    On sert tous et toutes la cause féministe à notre manière, et à notre rythme : moi aussi, j’ai encore peur de m’exprimer de peur de dire une énorme bourde devant des féministes que je respecte, ou pour une hystérique devant les sexistes finis que je veux corriger. Mais j’apprends, je m’intéresse, et je me remets en question.. et je n’ai que 19 ans, donc je suppose que moi aussi j’ai le temps (j’ai l’impression d’être comme les ados sur youtube qui postent « j’aime cette musique et j’ai 11 ans, alors hein » :P). Et dès que j’ai une présentation à faire, je parle d’un sujet féministe… Plus on en parle, plus on aidera à faire changer les mentalités, et ça demande du courage, sur internet comme auprès de nos proches.

    Tout ça pour dire : Big up à toi comme on dit sur Madz, et tu as gagné une lectrice :).

  • Julia dit :

    Ton article m’a vraiment fait réfléchir sur l’image qu’a la femme aujourd’hui. Malgré tous nos efforts, on doit encore se justifier entre sexualité et pouvoir, entre égalité et sexisme.
    Maintenant j’ai juste envie de lire les livres que tu nous conseilles!
    Ne t’arrêtes pas d’écrire !
    Merci <3

  • AnnaBlume dit :

    J’ai trouvé ta remise en question très courageuse. Remettre en question ce que nous sommes, ce que nous créons, ce que nous produisons est une base nécessaire à tout engagement, enfin, j’aimerais que ce soit la base de toute réflexion, surtout des critiques.

    Tombons dans des pièges, ressortons-en courageusement, avec paillettes et rires !

    Parfois je me perds dans milles questions, quel modèle me nuit, quel modèle fait parti de moi, quelle serait la voie juste entre tous ces acquis ? Parfois la domination à des modèles passent par des personnes proches, les mères, les copines qui se moquent gentiment des poils, d’une tenue, d’une attitude. Il y a tellement de pelotes à dénouer, de noeuds à comprendre.

    En tout cas merci d’avoir exprimer tellement de choses qui m’animent.
    Et si tu ne l’as pas encore lu, je te conseille vivement La domination masculine, de Pierre Bourdieu, un petit bouquin qui m’a profondément chamboulé.
    Je lirai ton blog et suivrai tes création avec encore plus grand intérêt.

  • Julie dit :

    Merci pour ce cheminement de tes pensées. Tu es toi femme et rebelle, avec paillette et acharnement.
    Je te suis depuis plusieurs années et ton questionnement va te faire peut-être réaliser que cette explosion artistique qui te semble partir dans plein de directions fait justement qui tu es, c’est ta richesse, c’est ton superpower.

  • chloé kawaii dit :

    oui tu as tout a fait raison.

  • Marie dit :

    Merci pour ce blog. Merci pour ton temps. Merci pour ton talent. Merci pour ton courage à bousculer tes lecteurs. Merci d’assumer.

  • Lunera dit :

    Heyhey ! J’ai réussi à te trouver une place dans mon mémoire de recherche, Diglee ! ^^

  • Matilde dit :

    On est féministe comme on est, avec ou sans paillettes, robe ou rouge à lèvre. L’important est d’ouvrir le débat comme vous la faites ici pour que chacune et chacun arrive à déconstruire nos apprentissages biaisés.
    Merci pour toutes ces interrogations qui ouvrent la réflexion

  • lilou dit :

    definitely so true !!! Thanks!!!!!!!!!♥♥♥

  • Tatiana dit :

    Bravo ! Et merci.
    Je partage avec toi les excès de féminité des jeunes années puis les erreurs, les questions, les doutes afin d’essayer de trouver le point d’équilibre, ce qui me semble juste au sujet du sexisme. Ça n’est pas facile dans notre société, je confirme !
    Ça me rassure de lire/voir que je ne suis pas la seule.

  • Mlle Esculape dit :

    Diglee, Maureen,

    j’ai toujours trouvé certaines personnes totalement injustes envers toi. Te reprochant ta « superficialité » ou ton côté Girly. Plus je te lis, et plus je me dis que tu es une femme intelligente. Je suis également en plein questionnement sur mon « statut » de femme, je comprends les introspections, les films qui énervent alors qu’ils n’auraient rien fait avant…

    Je ne laisse jamais de commentaire, mais des fois la masse silencieuse doit ouvrir sa gueule ! Tu fais du bon travail et je trouve tes réflexions très touchantes. Continue !

    Merci également pour me faire découvrir des auteures bien trop mises à l’écart.

  • Justine dit :

    Bon, je réagis caaaaarrément après la tempête, mais il s’avère que je suis retombée sur ton article quinze ans après l’avoir lu.
    Mais juste BRAVO. Voilà!

Laisser un commentaire

*

Commenter